Publicité
Sports

Le guide VICE Sports de l'​Euro 2016 : Groupe A – Le groupe des privilégiés

La première étape de notre guide de l'Euro 2016 : le groupe A, où la France se retrouve avec la Suisse, la Roumanie et l'Albanie.

par VICE Sports
06 Juin 2016, 1:40pm

PA Images

Notre premier arrêt dans ce guide de l'Euro 2016 est le groupe A où la France se retrouve avec la Suisse, la Roumanie et l'Albanie. Les hommes de Didier Deschamps sont favoris et il faudrait un foirage spectaculaire pour que les Bleus ne soient plus là en juillet. Mais en même temps, aucune équipe nationale ne réussit à s'auto-détruire aussi régulièrement et facilement que la France.

FRANCE

Comment sont-ils arrivés là ? En étant le pays hôte du tournoi et, donc, en se qualifiant simplement grâce à ce privilège. C'est assez abject comme façon de faire si vous voulez notre avis.

Pour ne rien arranger, la France a été le pays hôte de l'Euro 1984 et de la Coupe du monde 1998, deux compétitions qu'elle a remportées. Les autres équipes peuvent bien rentrer chez elles, parce que c'est joué d'avance.

Les stars : La France a de nombreux joueurs de talents avec une colonne vertébrale composée d'Hugo Lloris, Laurent Koscielny, Paul Pogba et Olivier Giroud. En gros, l'équipe ressemble au onze fantasmé d'Arsenal si toutes les rumeurs de transfert de ces cinq dernières années s'étaient conclues.

La star de la Juventus Paul Pogba aura un rôle crucial à jouer si la France veut s'imposer cet été. // PA Images

Le sélectionneur : Didier Deschamps, le même homme à la tête carrée qui était capitaine lors des victoires de la France au Mondial 1998 et à l'Euro 2000. Il jouit d'une bonne opinion générale quant à ses résultats et est définitivement plus populaire que ses prédécesseurs Laurent Blanc et Raymond Domenech.

Néanmoins, il pourrait comme eux se brouiller avec certains de ses joueurs comme ça a été le cas par le passé en club. On est obligé de prendre en compte la possibilité d'un accrochage avec différentes stars de l'équipe, suivi de grèves, de disputes, de démissions et de Patrice Evra qui s'entraînerait seul à l'écart du groupe.

Ce qu'on peut en attendre : S'ils évitent les grèves et les bagarres, les Français sont les favoris pour la victoire finale. C'est à la maison, ils sont en forme, et ils devraient en plus sortir de leur groupe en première position sans trop de problèmes.

Cugnot Mathieu/EPA

Suisse

Comment sont-ils arrivés là ? Les Suisses ont terminé neuf points derrière l'Angleterre dans le groupe E des qualifications, les hommes de Roy Hodgson les battant 2-0 à domicile et à l'extérieur. Néanmoins, ils se sont assurés la deuxième place et rejouent un Euro après avoir raté leur qualification en 2012.

Les stars : Xherdan Shaqiri et Granit Xhaka profitent tous deux d'une notoriété relative et - grâce à leur généalogie - devraient faire les gros titres à l'occasion du match de la Suisse face à l'Albanie.

En tant que nouvelle recrue d'Arsenal, Xhaka devrait inévitablement se blesser après 15 minutes de jeu. // Jean-Christophe Bott/EPA

Le sélectionneur : Vladimir Petković est le coach de l'équipe de Suisse depuis deux ans maintenant avec des résultats raisonnables. Son palmarès personnel inclut un titre de champion de quatrième division suisse en 2003 et... c'est tout.

Ce qu'on peut en attendre: La Suisse est 14e au classement FIFA, loin devant la Roumanie et l'Albanie. On peut donc s'attendre à ce qu'ils finissent deuxièmes de la poule et se qualifient pour les huitièmes derrière la France. S'ils ne font pas ça, ce sera forcément une mauvaise performance.

Laurent Gillieron/EPA

Roumanie

Comment sont-ils arrivés là ? En finissant deuxième du groupe F des qualifications, un point derrière l'Irlande du Nord. Même s'ils ont fait cinq nuls - ce qui les a fait rater la première place - ils ont tout de même réussi à sortir des qualifications en n'ayant pas perdu un seul match.

Les stars : Si les attaquants de la Roumanie sont pour la plupart relativement inconnus - excepté pour ce bon vieux Claudiu Keserü qui a fait ses classes en Ligue 1 et en Ligue 2 - leur défenseurs sont assez familiers. On a ainsi le remplaçant de Watford Costel Pantilimon aux buts, le défenseur de Naples Vlad Chiricheș et l'ancien arrière de West Ham Răzvan Raț.

Robert Ghement/EPA

Le sélectionneur : Anghel Iordănescu, légende du Steaua Bucarest, qui a été sélectionneur de la Roumanie à trois reprises depuis 1993. C'était lui qui était à la tête de l'équipe en 1998, quand les joueurs s'étaient tous teint les cheveux en blond pour renforcer l'esprit d'équipe et pour porter bonheur. Ils avaient perdu contre la Croatie en huitièmes.

Ce qu'on peut en attendre: La Roumanie pourrait bien sortir de ce groupe, mais ils n'ont absolument aucune chance de remporter la compétition. Sinon, vous vous souvenez de ce truc des cheveux blonds ? Classique.

PA Images

Albanie

Comment sont-ils arrivés là ? L'Albanie a terminé deuxième du groupe de qualifications I, avec 14 points ce qui est plutôt respectable. Si le Portugal a dominé le groupe plutôt confortablement, l'Albanie a tout de même dépassé le Danemark et la Serbie pour s'assurer la deuxième place à la régulière.

Les stars : Ils sont tous des stars en Albanie, mais seul Lorik Cana s'approche vaguement du statut de star internationale après avoir joué au PSG, à l'OM, à Sunderland, à la Lazio, et désormais à Nantes.

Le sélectionneur : Gianni De Biasi, un vétéran italien qui a entraîné le Torino par trois fois. Il est connu pour son sourire Colgate et sa calvitie indécise.

Le sélectionneur Gianni De Biasi avec la star de son équipe Lorik Cana // Paulo Novais/EPA

Ce qu'on peut en attendre : Même si on a envie de les éliminer dès la phase de poules, le simple fait qu'il soient présents à cet Euro montre qu'ils sont capables de défier les prédictions. Il est possible qu'ils puissent battre la Roumanie et la Suisse, mais l'Albanie reste tout de même l'équipe la plus faible du groupe sur le papier.

Leurs chances de se qualifier auraient pu être supérieures s'ils avaient pu prendre Adnan Januzaj, Xherdan Shaqiri et Granit Xhaka, tous potentiellement sélectionnables mais qui ont déjà dit oui à la Belgique et à la Suisse. Mais non, ils devront faire avec Ansi Agolli, Burim Kukelli, et l'attaquant de l'Istanbul Başakşehir Sokol Cikalleshi. Ils ont aussi Taulant Xhaka, le grand frère de Granit, connu surtout pour ne pas être capable de fermer sa maison à clé quand il sort.