Sports

Dans la froideur d’une soirée barcelonaise

Personne n'osait y penser, mais la remontada a bien eu lieu.
09 mars 2017, 9:45am
Marco Verratti sur la pelouse du Camp Nous. Photo Reuters.

En l'espace de trois semaines, les supporters du Paris Saint-Germain sont passés d'une euphorie et d'une confiance à peine dissimulées à une déception et un sentiment de tristesse – teintée de rage – que le résultat de ce huitième de finale retour de Ligue des champions rendent indiscutables et implacables.

L'éventualité d'une remontada barcelonaise semblait improbable, voire saugrenue pour certains. Mais oui, le FC Barcelone en a collé 6 à Kevin Trapp et a éjecté le PSG de la Ligue des champions. Mais oui, la puissance et l'efficacité de l'équipe ne peuvent se résumer à l'état de forme de Leo Messi, Neymar l'a bien démontré mercredi soir au Camp Nou.

Les mauvaises langues pourront toujours dire qu'il aurait fallu bétonner pour ne pas prendre une valise, qu'il aurait fallu aborder cette rencontre avec un état d'esprit différent. Plus facile à dire qu'à faire quand vous êtes acculés aux abords de votre surface et que les joueurs qui ont marché sur la bande à Messi trois semaines auparavant ne sont plus capables d'assurer leurs passes, pétrifiés par un enjeu qu'ils nous pas su, ou pu, affronter.

Les Parisiens étaient prévenus, et nous aussi. Mais après tout, l'expérience de matches à enjeu ne s'invente pas et, en l'absence de Thiago Motta, le PSG en a cruellement manquée. Marquinhos, Rabiot, Matuidi, Cavani, Verratti ont certes du talent mais n'ont que troppeu l'habitude des matches de cet acabit. Thiago Silva, lui, en a vécu un seul, avec la même réussite : le naufrage brésilien contre l'Allemagne (7-1 lors de la Coupe du monde 2014). C'est aujourd'hui ce qui semble manquer au PSG de QSI : des tauliers, capables de rassurer et d'assurer quand on les attend, quand les assauts adverses se font de plus en plus pressants. Et la présence de Javier Pastore sur la pelouse n'aurait sûrement rien changé.

Pour certains cette soirée barcelonaise est une tragédie qui freine le développement du projet qatari à Paris, et pour les plus optimistes c'est peut-être une désillusion qui forge l'expérience, compétence que de tels revers peuvent façonner et solidifier.

Reste à savoir comment les joueurs du PSG vont terminer leur saison face, notamment, à Guingamp, Angers et Bastia. Des matches nettement moins brillants et excitants mais ô combien importants.