FYI.

This story is over 5 years old.

Mode

Il y a une fashion week à Los Angeles (mais je me demande bien pourquoi)

L'idée d'une « mode » propre à Los Angeles suscite chez moi des visions de tongs, de bermudas à carreaux et de joggings Juicy Couture avec le mot « slut » écrit au niveau des fesses.
11 novembre 2013, 9:30am

Photos : Jamie Lee Curtis Taete

Quand on pense « fashion week », on pense aux grands paysages de béton et aux canyons urbains de New York, à l'uber-chic de Paris et au raffinement de Milan. Quand j'ai entendu parlé de la fashion week de Los Angeles, organisée par un ensemble assez disparate de stylistes et de trendsetters depuis 2002, j'ai levé un sourcil bien entretenu.

L'idée d'une « mode » propre à Los Angeles suscite chez moi des visions de tongs, de bermudas à carreaux et de joggings Juicy Couture avec le mot « slut » écrit au niveau des fesses. J'ai donc décidé d'aller constater par moi-même, si une ville synonyme, en termes vestimentaires, de « casual », pouvait laisser une empreinte sur la mode haut de gamme. Il s'avère que la réponse à cette question est : non.

Chaque événement de la fashion week est géré indépendamment par différents organismes. Pas étonnant, dès lors, que très peu de gens se soient pointés à chaque sauterie.

Mon premier rendez-vous de la fashion week était une « fête », avant un défilé, qui était parvenue à attirer huit personnes, en comptant le très grand gentillhomme paré d'une cape/rideau de douche/nappe que vous pouvez observer ci-dessus. Ces huit personnes étaient rassemblées dans un espace de la taille du placard d'Anna Wintour. Ça avait tout d'un événement exclusif, puisque seules les personnes les moins intéressantes du monde avaient fait le déplacement pour s'enfiler des petits fours.

Juste après ça, y'a eu les défilés. Enfin, ai-je pensé, la haute couture, le nerf de la guerre ! Dommage que le premier défilé auquel je me suis pointé ait eu lieu au beau milieu d'une monstruosité architecturale, un centre commercial à ciel ouvert appelé The Grove. The Grove est un super endroit pour amener vos jeunes pousses à la recherche de nouvelles baskets ou d'un cadeau pour la fête des pères. S'il y a bien un truc étranger à l'univers de la mode, c'est un Wetzel's Pretzels ; et pourtant, le défilé a eu lieu juste à côté d'une telle enseigne.

Vous ne me croyez pas ?

L'effet sombre et mystérieux de ce druide new age a été quelque peu anéanti par la possibilité d'acheter des coques iPhone fluo à deux pas.

L'un des Trois Mousquetaires s'est pointé en invité surprise, mais il a eu un peu de mal à faire l'aller-retour sur le podium avec sa patte folle. Cela dit, je tiens à féliciter la fashion week de LA pour son respect des quotas COTOREP.

Et ce n'était pas la seule célébrité qu'on verrait au cours des défilés ! Spike, de Buffy contre les vampires, a porté la tenue la plus audacieuse de cette saison, le bas de jogging pattes d'eph !

Ce pipe a parcouru le podium avec maestria, mais quand il a atteint le bout et qu'il a voulu retirer sa capuche pour révéler, d'une manière spectaculaire, son sombre visage, la capuche s'est coincée. Il s'est un peu battu avant d'abandonner. Il a haussé les épaules, défait, devant une foule impassible.

Ça, c'est moi qui envoie un texto à un pot : « LOL puissance 109 ! J'assiste à un défilé dans un centre commercial. »

Voilà une photo d'un mannequin qui me grille en train d'envoyer un texto. Je me suis dit qu'il valait mieux que je trace.

Quelques jours plus tard, on est allés à la Downtown LA's Men's Fashion Week, qui, à en croire ce qui était écrit sur les murs partout, est la seule fashion week consacrée à la mode masculine de tous les États-Unis. À sa décharge, Downtown avait vraiment l'air d'un lieu décent pour héberger une fashion week et pas un magasin American Girl.

Le défilé, ce matin-là, était celui de Noral Apparel, une ligne « urbaine » pour les hommes noirs qui aiment bouder.

Mon photographe et moi étions arrivés tôt, mais parce qu'il s'agissait de la fashion week de Los Angeles, rien n'était organisé. Après avoir passé des semaines à essayer d'obtenir une accréditation, mon nom n'était même pas sur la liste, et j'ai dû montrer à la personne qui m'avait envoyé le mail de confirmation son mail de confirmation pour pouvoir rentrer. Une fois dans le bâtiment, il est devenu évident que le défilé ne commencerait pas à l'heure. Nous avons donc erré dans un salon adjacent qui présentait une collection entière de chapeaux mous pour poires à lavement.

Je n'arrive pas à lire les mots tatoués sur la lèvre inférieure de cet homme, mais je pense que ça dit : « J'ai l'air d'un con avec ce chapeau. »

Ce chapeau est conçu pour les gentlemen pleins de discernement qui préfèrent exhiber leur arme à feu à la vue de tous, tout en ayant le plus grand mal à s'en saisir, en cas de danger. Y'a de bonnes chances pour que, si vous portez ce chapeau en dehors de chez vous, vous finissiez mort, dans le caniveau.

Après une heure passée à fixer des chapeaux, on s'est rendus dans l'espace où le défilé était prévu. Pour la LA Fashion Week, c'était un bon taux de participation.

Les gens ont commencé à se pointer lentement, ce qui a repoussé le début du défilé d'une heure supplémentaire. Ces mecs avaient mis leurs plus beaux... attendez. Il s'agit bien d'un Noir avec une moustache hitlérienne ?

Oui. C'est bien ça. #swagtroisièmereich

Ces mecs avaient le pouvoir d'envoyer des textos de façon parfaitement synchronisée.

C'est à partir du moment où est apparu ce pipe d'inspiration édyptienne que les gens ont commencé à affluer. La femme dans le coin gauche de la photo a ri du début à la fin de l'événement. Genre, vraiment. Elle riait à tout.

Finalement, au bout de deux heures, la pièce s'était remplie et le concours de « moues extrêmes » a commencé.

Tout le monde a pris des snapshots de ces bretelles camouflages pleines de swag.

La tenue suivante devait le gêner autant que moi, puisqu'il a pris soin de dissimuler son visage derrière une barre de censure. Peut-être qu'il savait qu'il allait atterrir dans cet article.

Pour poursuivre le thème de la journée, « les accessoires qui nous rendent la vie difficile », ce mec portait un casque d'isolation sonore et une sorte de ceinture Klingon qui avait l'air hyper lourde.

À la fin, les mannequins ont arrêté de poser et se sont tous mis à regarder les objectifs comme s'ils voulaient taper le mec qui les prenait en photo dans des tenues aussi embarrassantes.

@dave_schilling

Plus de mode :

LA FASHION WEEK NIGÉRIANE

LA FASHION WEEK COLOMBIENNE

LA FASHION WEEK DE NEW YORK... SOUS ACIDES