FYI.

This story is over 5 years old.

On a rencontré le réalisateur de The Sound Of Belgium, le seul documentaire jamais fait sur la New Beat

Il nous parle des Tueurs du Brabant, du capitalisme hollandais et de la collection de swastikas du chanteur de Confetti's.
13.11.13

Une émission de radio (Liaisons Dangereuses), deux clubs, (l’Ancienne Belgique et le Bocaccio), trois labels (R&S, Target, USA Import) et un gros smiley jaune : pas besoin de plus pour lancer un mouvement. Influencée par l’acid house, l’EBM et la cold-wave européenne, la New Beat est la seule musique 100 % belge à avoir traversé les océans. La légende veut que tout soit parti d’un DJ qui, en passant un disque de A Split Second à la mauvaise vitesse dans un club en 1986, a déclenché malgré lui cette réponse dark à l’italo disco, faite de basses nucléaires et de beats agressifs. De 1987 à 1989, le courant musical le plus éphémère de l’histoire va envahir les super-clubs du Benelux, les cours de récré, les magazines, la mode, et plus tard la télé et les radios, avant de sombrer dans la caricature et d'engendrer toute la dance que l'on connaîtra dans les années 1990. Blague belge ? Pas vraiment.

Jozef Devillé, un Bruxellois d’une trentaine d’années, s’est largement penché sur le sujet dans un documentaire surpuissant, The Sound Of Belgium, produit par une poignée de types de son école de cinéma, la RITS. DJ de l’impossible, producteurs aux 1000 pseudos, disquaires aux yeux brillants, patrons de clubs et labels, Joey Beltram, CJ Bolland… tous témoignent et tous ont un truc intéressant et utile à dire, ce qui est rarement le cas dans les films musicaux. J’ai rencontré Jozef après la première française du film qui a eu lieu au Rex, le 24 octobre dernier. On a parlé en 90 bpm des Tueurs du Brabant, du capitalisme hollandais et de Western Soul.

Noisey : Il y a beaucoup d'articles sur l'Internet belge à propos de ton film, mais quasiment rien ailleurs.

Jozef Devillé :

C'est normal, on n'a pas de budget pour faire la promo en France. En Belgique non plus d'ailleurs ! Mais j’ai quand même l’impression que les journalistes qui sortaient à l'époque ont vu le film ou en ont entendu parler. Ils vont bientôt écrire dessus. En fait, c'est surtout depuis que le docu a été diffusé sur Plug RTL (une chaîne belge) que ça a explosé.

Lire la suite sur Noisey