Publicité
Crime

Une télé-réalité irakienne met des terroristes face aux familles de leurs victimes

"Aux prises avec la loi" pousse les responsables d'attentats à se confesser publiquement, sur la scène de leurs crimes.

par John Beck
23 Décembre 2014, 4:00pm

Image via AP/Hadi Mizban

Une émission de télévision irakienne force les responsables d'attaques terroristes — dont beaucoup sont affiliés avec l'organisation État islamique (EI) — à se confesser publiquement et à faire face aux familles de leurs victimes.

Aux prises avec la loi est diffusée par la chaîne de télévision contrôlée par le gouvernement Al Iraqiya et produite en partenariat avec les autorités irakiennes.

Des prisonniers, détenus pour terrorisme, menottés et vêtus de combinaisons jaune fluo défilent devant la caméra, souvent sur la scène du crime. Le présentateur Ahmed Hassan leur pose des questions sur leurs actes et leurs liens avec l'EI. Des images des scènes qui ont suivi les attaques à la bombe sont montrées, ainsi que des preuves, comme des empreintes digitales et des échantillons d'ADN censés prouver leur culpabilité.

Ensuite, on fait venir les familles des victimes pour les confronter aux prisonniers.

« C'est lâche ce que tu as fait. Il a détruit nos vies, il a brûlé notre argent, c'est un bâtard. Bâtard ! Nos familles sont mortes, nos enfants sont morts, nos amis sont morts, c'est un bâtard ! » crie un homme au responsable d'une attaque, dans un extrait sous-titré par France 24.

Beaucoup des prisonniers sont silencieux et semblent intimidés. L'un d'eux, appelé Hamza, décrit, en larmes, le mois et demi qu'il dit avoir passé avec l'EI.

L'emission connaît un succès important. Près de 9 millions de personnes la regardent tous les jours d'après France 24

L'EI a envahi de larges régions du nord de l'Irak plus tôt dans l'année, déroutant les forces du gouvernement pourtant en supériorité numérique dans une série de défaites gênantes pour le gouvernement irakien. On a pu voir des soldats déchirer leurs uniformes et fuir au Kurdistan irakien. Certains ont raconté à VICE News qu'en réalité ils avaient été abandonnés par leurs officiers supérieurs et laissés à l'abandon sans vivres.

Des attaques à la bombe ont lieu presque tous les jours en Irak depuis des années, notamment à Bagdad, la capitale. Elles sont souvent l'oeuvre d'insurgés sunnites. Beaucoup d'entre eux sont désormais affiliés à l'EI.

Les forces gouvernementales et celles des Kurdes irakiens font de lents progrès militaires contre l'EI. 

Avec des programmes comme Aux prises avec la loi, une offensive médiatique semble aussi être en route.

Ahmed Hassan a déclaré à Associated Press que son émission montrait de véritables preuves de la culpabilité des terroristes. « Grâce aux caméras de surveillance, nous montrons comment l'accusé a garé sa voiture, la façon dont il l'a faite exploser, comment il a mis en place un assassinat… Nous montrons les photos au public, ainsi que des preuves tangibles, pour ne pas laisser le doute sur le fait qu'il s'agit d'un criminel qui doit payer pour ses crimes. »

Le présentateur a ajouté que tous les participants avaient confié leurs crimes à un juge, et qu'il était donc « impossible » que l'un d'entre eux ait été accusé à tort.

Malgré tout, des doutes sur le système judiciaire irakien ont été émis par le passé. Dans un communiqué, Amnesty International dit que « beaucoup de ceux qui sont accusés de terrorismes ont été emprisonnés, voire condamnés à mort sur la base de 'confessions' obtenues sous la torture. »

Un certain nombre de personnes suspectées d'être des membres de l'EI pourraient aussi avoir été exécutés sommairement. Des douzaines de prisonniers sont morts pendant leur transfert dans les prisons des environs de Bagdad. La version officielle dit que les convois ont été attaqués par des militants. Mais des sources des forces de sécurité sont souvent citées disant qu'en réalité, ils ont été tués par la police. 

Suivez John Beck sur Twitter: @JM_Beck