FYI.

This story is over 5 years old.

Crime

Corée du Nord : Exécutés parce qu'ils regardaient des feuilletons

Des médias sud-coréens annoncent que dix responsables nord-coréens ont été exécutés pour plusieurs crimes, dont celui d'avoir regardé des séries télévisées étrangères.
29.10.14
Photo via Reuters/KCNA

Le leader de Corée du Nord Kim Jong-un aurait récemment exécuté dix responsables du régime parce qu'ils regardaient des feuilletons télévisés, d'après une agence de presse sud-coréenne.

Yonhap News — connue pour ses prises de position anti-nord-coréennes — a annoncé mardi que dix responsables du parti des travailleurs de Corée ont été fusillés après avoir été accusés d'avoir été corrompus, notamment parce qu'ils avaient regardé des feuilletons sud-coréens. Le rapport ne précise pas quand ces exécutions auraient eu lieu.

Publicité

Yonhap cite deux élus sud-coréens qui ont participé à une audition à huis clos de la principale agence d'espionnage sud-coréenne.

Lors de cette séance, il aurait également été dit que Kim Jong-un se serait fait retirer un kyste à la cheville droite par un médecin étranger. Kim Jong-un, qui n'avait pas été vu en public pendant six semaines est réapparu récemment, marchant à l'aide d'une canne. Avant cette disparition temporaire, on avait pu le voir boiter.

Kim Jong-un a éliminé des centaines de responsables du parti depuis qu'il a succédé à son père en 2011, notamment son oncle, Jang Song-thaek, qui a été exécuté pour trahison.

Bien qu'être pris à regarder des feuilletons étrangers ne paraisse pas relever de la haute trahison, cette activité est « hautement illégale » d'après Matthew Reichel, fondateur du Pyongyang Project, un groupe qui organise des voyages d'étude en Corée du Nord pour des étrangers. Matthew Reichel a récemment voyagé pendant un mois à travers la Corée du Nord, et d'après lui, malgré une interdiction stricte des médias étrangers, il est évident que les Nord-Coréens ont accès à la télévision et à des films en provenance de la Corée du Sud, de la Chine et de Hollywood.

« Vous pouvez vous en rendre compte à la façon dont les gens s'habillent, et au type d'informations qu'ils connaissent, » a dit Matthew Reichel à VICE News.

Le nombre de Nord-Coréens qui regarde la télévision sud-coréenne a diminué à cause d'opérations coup de poing contre la contrebande mises en place à la frontière. Mais c'est toujours possible pour certains de la regarder en secret, surtout si l'on est un responsable du parti ou le membres d'une autre élite.

Publicité

« Il n'y a pas moyen d'arrêter complètement ce phénomène parce que ce sont les responsables du parti qui sont demandeurs de ces programmes, » a dit une source au Guardian en juin.

Mais il semble que les hauts dirigeants ne sont pas les seuls nord-coréens à avoir accès aux médias étrangers. D'après Matthew Reichel, les marchés alimentaires et de biens sont «florissants» dans le pays,  ce qui a développé les activités économiques, et avec elles l'accès à la culture étrangère, c'est à dire à la télévision et aux films pour une large large partie de la société nord-coréenne.

« Ces dix dernières années, depuis la fin de la famine, c'est de plus en plus simple d'avoir accès aux informations étrangères, » explique Matthew Reichel. « Pas un accès direct à des émissions politiques à proprement parler, mais par un biais indirect, comme les feuilletons télévisés et les films. »

Les étals des marchés sont plus ou moins autorisés. Ils sont généralement tolérés par le régime qui craint que les fermer ne provoque un effondrement économique et une nouvelle famine semblable à celle des années 1990 qui a causé des milliers de morts. Les marchés sont les rares endroits où l'on peut acheter ou louer sous le manteau des séries interdites.

Le Guardian raconte qu'au lieu d'acheter des DVD, les Nord-Coréens louent des feuilletons pour la moitié du prix d'achat neuf. Pour le même montant qu'un kilo de riz vendu sur un marché.

Publicité

Ceux qui vivent près de la frontière chinoise ou sud-coréenne peuvent utiliser leurs antennes pour regarder secrètement des feuilletons étrangers.

Près de 50 personnes auraient été tuées cette année par des pelotons d'exécution, toujours d'après l'agence Yonhap. Le royaume ermite aurait agrandi ses camps de prisonniers et accéléré le rythme des exécutions publiques.

En juin, la Corée du Nord a menacé de « détruire sans merci » quiconque aurait un lien avec un film occidental (non spécifié) qui met en scène des tentatives d'assassinats de Kim Jong-un. Ce scénario coïncide avec celui du film The Interview, dans lequel jouent Seth Rogen et James Franco. Il raconte l'histoire de deux journalistes qui obtiennent une interview avec Kim Jong-un, ce qui pousse la CIA à les recruter comme assassins.

Kim Jong-un, qui a fait sa scolarité en Suisse, est sans aucun doute familier des médias occidentaux. Il aurait passé « des heures » à regarder des films d'action, notamment avec Jackie Chan. Son père, Kim Jong-il, était cinéphile. Il possédait une collection de 20 000 films de tous genres, depuis les westerns hollywoodiens jusqu'aux films de monstres japonais.

Keegan Hamilton a participé à la rédaction de cet article.

Suivez Olivia Crellin sur Twitter: @OliviaCrellin