FYI.

This story is over 5 years old.

FRANCE

Marion Maréchal-Le Pen : nièce de Marine ou petite-fille de Jean-Marie ?

La député du Vaucluse doit remplacer son grand père aux élections régionales de PACA en décembre prochain, après que ce dernier a été écarté en raison de déclarations provocantes.
13.4.15
Image via Le Nouvel Observateur

L'hebdomadaire Le Point rapporte que la candidature de Marion Maréchal-Le Pen, à la place de son grand-père a été décidée en fin de semaine dernière. La députée du Vaucluse s'est rendue chez Jean-Marie Le Pen à La Celle-Saint-Cloud pour trouver une porte de sortie à la crise qui agite le FN depuis les déclarations du président d'honneur du parti sur les chambres à gaz comme étant un « détail » de la Seconde Guerre mondiale. Quelques jours plus tard, c'est une nouvelle interview choc dans un journal d'extrême-droite qui avait fait dire à Marine Le Pen qu'elle s'opposerait à la candidature de son père aux prochaines élections locales.

Publicité

Marion Maréchal-Le Pen a nettement condamné ces propos sur les chambres à gaz. En revanche, contrairement aux autres membres du FN, à commencer par sa tante Marine Le Pen, elle est restée parfaitement silencieuse au sujet de l'entretien à Rivarol dans lequel Jean-Marie Le Pen développait des idées comme celle du nécessaire sauvetage du « monde blanc » face à l'immigration. Avant de se mettre d'accord avec Jean-Marie Le Pen, elle avait affirmé qu'elle ne se présenterait pas contre son grand-père : « Je ne veux pas donner le sentiment de profiter de la situation pour me jeter sur la place. C'est lui et la commission d'investiture qui ont les cartes en main, » avait-elle déclaré.

À lire : Le Pen vs Le Pen: « Sa fille, sa créature, lui échappe »

Plus jeune députée de la cinquième République, Marion Maréchal-Le Pen est élue dans le Vaucluse en 2012 à 22 ans. C'est son grand-père qui insiste pour qu'elle se présente à cette élection nationale. Titulaire d'un Master 1 de droit public à l'université Panthéon-Assas, entrée en politique en 2010, la fille de Samuel Maréchal et Yann Le Pen, fille aînée du fondateur du FN, s'est imposée en quelques années comme l'une des figures phares du FN, tenante de la ligne conservatrice du parti alors en pleine réforme, qui fait débat chez les observateurs politiques : vrai virage idéologique ou refonte cosmétique pour rendre plus respectable le parti sulfureux. Elle se fait notamment remarquer en 2013, quand, contrairement à sa tante, elle prend fait et cause pour la « Manif pour Tous », mouvement populaire hétéroclite de courants opposés à la loi autorisant le mariage homosexuel en France. Elle défile dans les rues de Paris avec ceux qui ont le sentiment que leurs valeurs et traditions sont menacées, et n'hésite pas à qualifier les manifestants placés en garde à vue après des affrontements avec les forces de l'ordre de « prisonniers politiques ».

Publicité

Pour le politologue Thomas Guénolé, cité par l'Express, « Marion, c'est le front lepéniste, moins l'antisémitisme. C'est-à-dire un front islamophobe, xénophobe et homophobe. » Dans ce même portrait de Marion Maréchal-Le Pen, on peut lire l'admiration que lui porte son grand-père : « Elle a développé une personnalité politique que, personnellement, je trouve assez fascinante : tellement différente de ce que l'on voit habituellement ! Elle est à la fois réservée, pédagogue, ferme sur le plan du caractère, solide sur les valeurs, jeune maman avec un joli bébé. » confiait Jean-Marie Le Pen en mars dernier, au sujet de sa descendance.

Marion Maréchal-Le Pen, c'était déjà elle sur cette affiche — L'Express (@LEXPRESS)18 Mars 2015

L'affiche officielle de campagne de Jean-Marie Le Pen en PACA en 1992 sur laquelle pose Marion Maréchal-Le Pen, alors âgée de 2 ans.

Comme son grand-père, Marion Maréchal-Le Pen se revendique comme étant « de droite », et s'oppose politiquement à Florian Philippot, le vice-président du FN, acteur central de la stratégie de « dédiabolisation » du FN voulu par sa présidente, et qui prône une approche moins libérale. Cette rivalité entre les Marion Maréchal-Le Pen et Florian Phillipot n'est pas sans rappeler celle qui existe entre ce dernier et Jean-Marie Le Pen.

En région PACA, Marion Maréchal-Le Pen aura a affronter un autre ponte du FN, Bruno Gollnisch. Le député européen, proche de Jean-Marie Le Pen, qui s'était opposé à Marine Le Pen en 2011 pour prendre la présidence du parti a annoncé sa candidature par communiqué ce lundi matin. La région PACA est la région de France que le FN est le plus susceptible d'emporter, puisque le parti y a recueilli un tiers des voix lors du dernier scrutin. Un bureau politique tranchera entre Marion Maréchal-Le Pen et Bruno Gollnisch ce vendredi 17 avril.

Suivez Mélodie Bouchaud sur twitter @meloboucho

Image via Le Nouvel Observateur