FYI.

This story is over 5 years old.

FRANCE

Le pays du tourisme, pas sympa avec les touristes

À la veille des vacances d’été, le gouvernement français a annoncé une série de mesures pour contrer la sale réputation des Français auprès des touristes du monde entier.
17 juin 2015, 2:55pm
Image via Wikimedia Commons / David Jafra

L'Insee (Institut national des statistiques et des études économiques) a publié ce mardi une étude qui révèle que le tourisme a créé plus d'1,3 millions d'emplois en France en 2011. Une annonce qui survient une semaine après que le ministre des Affaires étrangères a présenté une série de mesures pour améliorer l'accueil des touristes en France.

Laurent Fabius a déclaré lors de la présentation de ces mesures que « S'agissant de notre réputation en matière d'accueil, nous avons encore, pour le dire diplomatiquement, des marges de progression. »

La France est restée, en 2014, la première destination du tourisme mondial avec plus de 80 millions de touristes, mais le pays n'est qu'à la quatrième place dans le classement des dépenses effectuées par ces touristes, selon une étude de l'Organisation mondiale du tourisme.

Les sites les plus visités par ces dizaines de millions de touristes sont dans l'ordre, selon l'Insee, Disneyland Paris, le Musée du Louvre et le Château de Versailles, avec plus de 30 millions de visiteurs à eux trois en 2013. Le tourisme pèse pour environ 7 pour cent du PIB français, selon les chiffres officiels.

Les mesures présentées par Laurent Fabius proviennent du rapport du Conseil de promotion du tourisme, remis le même jour. Un texte proposant 40 mesures pour améliorer l'accueil du tourisme d'ici l'année 2020. Dans ce rapport, on peut lire que la France « est vu[e] comme une destination 'incontournable', porteuse d'une très haute exigence, en tête des intentions de voyage [des touristes étrangers]. Mais l'indice de satisfaction [de ces touristes] enregistre un écart de 30 pour cent par rapport à la moyenne européenne en matière de rapport qualité/prix. » Autrement dit, la France reste un des pays les plus attractifs, même si les Français ne semblent pas faire beaucoup d'efforts selon les touristes qui leur rendent visite. Ce chiffre des 30 pour cent qui illustre la déception éprouvée par certains touristes, est depuis largement repris dans les médias étrangers, comme le Telegraph, qui revient sur ce « paradoxe » d'une terre de tourisme qui a peu d'égards pour les touristes.

Le ministre Laurent Fabius a dénombré quatre chantiers pour que la France soit un meilleur pays touristique : plus de numérique, un meilleur accueil, la formation des professionnels du tourisme et l'investissement dans le secteur.

Le tourisme est un trésor national ! J'ai présenté aujourd'hui les mesures phares du Conseil de Promotion du Tourisme — Laurent Fabius (@LaurentFabius)June 11, 2015

François-Xavier Decelle est un chercheur spécialiste de l'économie du tourisme à l'Université Paris 1. Contacté par VICE News ce mercredi, il explique qu'il y a « un problème traditionnel chez certains acteurs du tourisme, en France, qui ne cherchent pas à s'améliorer car les touristes leur tombent dans la main », mais selon lui, « On ne peut pas généraliser, et on trouve ces mêmes comportements opportunistes dans d'autres pays. »

Pour l'économiste, « Le problème tient surtout aux conditions de travail, à la rémunération et à la formation des professionnels du tourisme ». Il estime que le ministère des Affaires étrangères a ciblé « les bons problèmes » et prend « de bonnes initiatives ». L'une d'elles, annoncée par Laurent Fabius dans son discours du 11 juin dernier, est de « travailler à la constitution d'un grand Fonds d'Investissement Tourisme », surnommé FIT et pouvant mobiliser « plusieurs centaines de millions d'euros ».

Lors de la remise du rapport du Conseil de promotion du tourisme, Laurent Fabius a conclu son discours sur un objectif chiffré : « Nous recevons aujourd'hui en France 84 millions de touristes étrangers ; l'objectif, ce sont les 100 millions en 2020. »

Objectif 100 millions de touristes en 2020: les mesures retenues par — France Diplomatie (@francediplo)June 11, 2015

Au-delà de la qualité de l'accueil, le climat sécuritaire et les attentats de janvier dernier à Charlie Hebdo et à l'Hyper Cacher ont-ils démotivé certains touristes cette année ? François-Xavier Decelle a constaté une baisse nette dans certains secteurs : « Les chiffres de la fréquentation des hôtels, notamment par la clientèle haut de gamme, montrent qu'il y a eu une réaction immédiate ». Cependant, selon lui, « C'est un indicateur imprécis et la véritable influence d'un événement isolé comme ces attentats est difficilement mesurable. » Pour l'économiste, « les chocs économiques comme la crise financière ont un impact beaucoup plus important. »

À lire : La police parisienne fait tomber le gang des pickpockets de la Tour Eiffel

Suivez Matthieu Jublin sur Twitter : @MatthieuJublin

_La rue principale de Disneyland Paris. __Image via [Wikimedia Commons / David Jafra_](https://www.flickr.com/photos/bartworldv6/2670222549/)

Publicité