Les métalleux en ont marre que vous leur piquiez leur culture
Culture

Les métalleux en ont marre que vous leur piquiez leur culture

Vous n'aimez toujours pas leur musique, mais le monde de la mode a trouvé génial de copier leurs logos sur vos t-shirts.
JB
Antwerp, BE
12 juin 2018, 10:07am

En 2018, Le Heavy Metal n’est toujours pas la musique la plus appréciée par la majorité, mais ses produits dérivés génèrent l’excitation des foules. Le monde de la mode s’arrache les symboles, logos illisibles, et autres allusions aux sciences occultes qui sont les caractéristiques visuelles principales du mouvement. Reste une interrogation : les métalleux se portent-ils mieux depuis l’appropriation culturelle éhontée de leur iconographie par le fashion monde ?

Retour en 2016, où il fût impossible pour quiconque possédant une connexion internet de passer à côté du phénomène. Blogs mode, forums, médias : tout le monde avait son mot à dire sur l’apparition des « looks metal » en première ligne des défilés haute couture. Le flamboyant logo « Vetements », stylisé par Demna Gvasilia sur un sweat de plus de 1 200 euros n’est pas passé inaperçu, au même titre que la collaboration entre Justin Bieber et Mark Riddick (designer célèbre pour ses artworks de groupes death et black metal) pour le nouveau merch de sa tournée. Bien sûr, il n’a pas fallu longtemps pour que les « emprunts » haute couture soient à leurs tours plagiés par la mode grand public. Sans surprise, des marques comme H&M ont profité de l’occasion pour capitaliser sans honte sur des vieux t-shirts de groupes « trop d4rk » et des vestes en cuir à base de faux logos. Mais peut-on légitimement headbanger sur le groupe à tendance néo-nazie « Gray », groupe aussi imaginaire que la metal-cred d’H&M ? La question qui se pose ici ouvre un autre débat, auquel on s’attaquera peut-être une autre fois.

Bien que ce look ait rencontré un grand succès auprès de la majorité des blogueuses mode (ça fait maintenant plus d’une saison, voire trois, presque un record dans le beau monde du consumérisme éphémère), la musique métal en elle-même n’a pas connu le même essor. C’est sans doute la raison pour laquelle personne n’a pris la peine de demander au monde métal ce qu’il pensait de la récupération de sa garde-robe. Après tout, il n’existe pas vraiment de nouveaux Metallica ou Slipknot prêts à assurer la relève des groupes métal légendaires, et on reste bloqués avec les mêmes vieux noms, encore et toujours. Code Orange, le groupe le plus prometteur selon le magazine Rolling Stone, a atteint quelques 1,9 millions de flux d’écoutes sur Spotify. Popularité toute relative quand on sait qu’en seulement vingt jours, un milliard d’auditeurs ont écouté le dernier disque de Migos.

Cependant, certains fans ont réagi à cette appropriation culturelle. Après une fouille approfondie des blogs et forums consacrés au métal, on peut tomber sur des opinions et réactions pour le moins partagées. Beaucoup de sympathisants ne peuvent s’empêcher d’exprimer leur frustration via des malédictions morbides adressées aux « poseurs » (coucou Kanye West et Rihanna). D’autres sont restés de marbre, déclarant n’en avoir absolument rien à foutre. Il est certain que pas mal d’entre eux gardent le silence sur les réseaux, mais sont néanmoins occupés à répondre à cet affront dans une cave humide, marmonnant des imprécations devant un miroir brisé entouré de chandeliers. Les plus modeux d’entre eux, qui en avaient peut-être finalement marre de la rigidité vestimentaire classique associée au genre, ont pu y entrevoir la chance de moderniser un peu leur look.

Heureusement pour ces chasseurs de tendances, il existe sur le marché pas mal de marques qui se présentent comme des marques « métal ». Elles ne font pas de merch de groupes à proprement parler, mais conçoivent des vêtements qui conviennent aux metalhead, comme c’est le cas des marques Fvneral Apparel ou Actual Pain. Or, beaucoup d’entre elles ont fait faillite quelques années à peine après s’être lancées. Que ces marques répondent à une vraie demande ou non, on laissera des gens plus compétents sur le sujet en parler.

Quoi qu’il en soit, on peut voir aujourd’hui des groupes de black metal tels que Deafheaven monter sur scène élégamment coiffés et dans des chaussures bien cirées. Les Polonais Mgla et les Islandais Misthyrming affichent quant à eux le même uniforme : sweat à capuche sous veste de motard en cuir noir, le tout surplombé d’un masque en tissu, noir lui aussi – ces gars-là auraient facilement pu se tailler une place dans le lookbook de Fear of God . Il existe donc aujourd’hui de plus en plus de métalleux qui ne désirent plus calquer leur apparence sur Call of the Wintermoon. Et c’est peut-être une bonne chose.

Le métalleux serait de fait une espèce difficile à cerner, réarrangeant ses plumes quand cela devient nécessaire. Pas de bol donc, pour toutes ces marques encore occupées à placarder des écussons ridicules sur leurs sweats. Parce qu’en 2018, il semblerait qu’on puisse aussi aimer le métal sans pour autant se balader avec des cheveux qui dégringolent jusqu’aux genoux. Ni avoir besoin de porter des combat shoes pour savoir que le génie ultime du métal est Portugais. Mais hé, les gars, c’est peut-être le moment de sortir de votre zone de confort et d’oser acheter ce fute anthracite à la place de l’habituel Levi’s noir ? Vous verrez, avant même de vous en rendre compte, vos anciens camarades de classe, ceux-là même qui vous aimaient bien de loin mais vous trouvaient quand même un peu bizarre, vous contacteront à nouveau. Parce que oui, maintenant que vous êtes sur Instagram, vous avez posté une photo toute mignonne avec votre nouvelle meuf et ce n’est pas passé inaperçu. Vous n’arriverez jamais à la tirer à un concert deathcore car elle déteste cette « musique de sauvages » , mais si elle a finalement succombé à votre charme, c’est plus pour vos blagues sarcastiques et votre mâchoire rasée de près. Laissez donc cette bonne vieille barbe broussailleuse reposer en paix. De votre sombre passé de métalleux normé, seul subsistera votre amour pour la bière et le petit bide qui va avec, mais bon, a-t-on réellement besoin d’un six-pack dans les pogos ? Vous voilà fin prêts pour headbanger toute la nuit.

Pour plus de Vice, c’est par ici.