Santé

Par pitié, ne vous mettez jamais de paillettes dans le vagin

L’amour des licornes est allé trop loin.
07 juillet 2017, 4:30am
paillettes vagin

Cet article a été initialement publié sur Tonic.

Les capsules de paillettes vaginales sont en rupture de stock, au grand dam des gynécologues. La société Pretty Woman Inc. a lancé « Passion Dust Intimacy Capsules » – des pilules remplies de paillettes comestibles à insérer dans son vagin une heure avant d'avoir des rapports sexuels. Une fois à l'intérieur, les capsules se dissolvent et libèrent des étincelles aromatisées aux bonbons. Un peu comme une boule de bain, en gros, mais pour le vagin.

Ces suppositoires vaginaux contiennent donc des paillettes comestibles à base d'amidon, de la poudre (gomme arabique) d'acacia, du Zea mays starch (amidon de maïs) et du stéarate végétal en capsules de gélatine (désolé, les vagins végans). Le but est de rendre le sexe « plus amusant et agréable » pour les deux parties. Selon la FAQ du site, ces paillettes ont un goût « sucré comme un bonbon, mais pas trop sucré non plus, juste assez pour que votre amant pense que votre "Yara" est tout ce qu'un vagin doit être ; doux, sucré et magique ! » À mon sens, un vagin devrait avoir un goût de vagin, pas de bonbon – mais je digresse.

Il y a manifestement un public pour ce produit, car le site The Pretty Woman a vendu l'ensemble de ses produits et ne fera pas de réassort avant de pouvoir effectuer les commandes en attente. Le compte Instagram promouvant les capsules a été supprimé et, comme le rapporte VICE Canada, le Twitter de la société est désormais privé et la page Facebook indisponible. Sur son blog, la gynécologue Jen Gunter décrypte avec une fréquence alarmante les nouvelles tendances dangereuses entourant le vagin (On y trouve des trucs aussi absurdes que des nids de guêpes, des bâtons de resserrement vaginal et les œufs de jade de Gwyneth Paltrow). Elle a notamment reposté une photo Instagram montrant un fleshlight avec ce qu'elle appelle du « sperme de licorne », accompagnée du slogan « la jolie petite pilule qui vous rend magiquement délicieuse ». En voici une autre version, partagée sur Twitter :

Selon Gunter, ce besoin d'embellir le vagin renvoie un message négatif, et ce produit peut s'avérer réellement nocif. L'amidon contenu dans les paillettes n'est autre que du sucre, et « le fait d'insérer du sucre dans le vagin déchaîne les mauvaises bactéries ». Les paillettes peuvent être irritantes et provoquer une dermatite. Elles peuvent également endommager les bonnes bactéries vaginales et augmenter les risques de développer des infections et de contracter des MST. Une gynécologue interrogée par The Independent s'accorde à dire que les capsules peuvent entraîner des infections telles que la vaginose bactérienne et rendre les rapports sexuels douloureux à cause de l'inflammation.

Elle ajoute que les paillettes vaginales ne sont pas seulement problématiques pour les femmes, mais aussi pour les hommes. En effet, certains apprécient peut-être de voir leur pénis « briller comme une baguette magique en or 24 carats », comme le décrit si bien Pretty Woman Inc., mais honnêtement, qui a envie de se retrouver avec des paillettes coincées dans l'urètre ?

Pour finir cet article en beauté, voici une petite liste des choses qui ne font pas bon ménage avec un vagin :

  • Les œufs de jade
  • L'ail
  • Le yaourt
  • Les nids de guêpe
  • Les herbes de Provence
  • La vapeur d'armoise
  • Les tampons infusés à la weed
  • Les tampons trempés dans l'alcool
  • Les fruits
  • Les sex toys en plastique mou
  • Les poires vaginales