Les États-Unis ouvrent une nouvelle base pour drones au Niger

Les États-Unis ont choisi le Niger parce qu'il s'agit du « seul pays d'Afrique de l'ouest qui permet les opérations menées par des avions téléguidés. »

|
30 Septembre 2016, 2:40pm

Le MQ-9 Reaper, survolant le sud de l'Afghanistan. (U.S. Air Force Photo / Lt. Col. Leslie Pratt)

Les États-Unis viennent de construire une nouvelle base militaire destinée aux drones, selon des images satellite. Et son emplacement n'est pas seulement stratégique : il aussi est historique.

Selon des documents obtenus par le site The Intercept, cette nouvelle base doit accueillir « divers avions, de poids léger et moyen ». Elle a été également conçue pour abriter le MQ-1 Predator et le MQ9 Reaper - deux des drones militaires américains les plus connus et puissants.

L'armée de l'air américaine a refusé de confirmer tout détail sur la base. Mais elle a tout de même fait référence à l'installation en parlant d'une « base nigérienne de l'armée de l'air ».

La base se trouve au nord de la ville d'Agadez, en plein centre du Niger. Cette ville vieille de 600 ans est connue pour être l'entrée du désert du Sahara et a été classée au patrimoine de l'Humanité par l'Unesco.

Selon l'armée de l'air américaine, le Reaper a une portée d'environ 1 850 kilomètres – une grande avancée par rapport à son prédécesseur, le Predator. Cela veut dire que ces drones pourraient frapper partout au Nigeria, où le groupe Boko Haram — qui a prêté allégeance à l'État islamique — mène une campagne dévastatrice. Ils pourraient également frapper le nord du Mali, ou encore en Libye, où l'EI est présent. Les drones pourraient aussi frapper certaines régions de la Tunisie, qui sont de plus en plus marquées par l'instabilité et par les luttes communautaires.

Mais il y a une autre raison pour laquelle les États-Unis ont installé leur base, dont le coût est estimé à 100 millions de dollars (89 millions d'euros), au Niger : il s'agit du « seul pays de Afrique de l'ouest qui permet les opérations menées par des avions téléguidés. »

Les États-Unis ont eu plusieurs soucis avec leurs bases de drones en Afrique. Cette année, ils ont dû fermer leur base en Éthiopie, alors qu'elle était utilisée pour mener des frappes contre des positions du groupe terroriste Boko Haram. Selon l'armée américaine, la décision avait été prise car « notre présence à Arba Minch (en Éthiopie) n'est pas nécessaire pour le moment », a-t-elle indiqué au Washington Post.

Difficile de savoir ce qui est arrivée à la base de Garoua, dans le nord du Cameroun, qui permettait également de frapper le Nigeria grâce à des drones.

Le projet de base à Agadez a été évoqué pour la première fois en 2014, mais son implantation avait été mise au second plan, car l'armée de l'air avait déjà une position au Niger, dans la ville de Niamey. Mais selon les documents obtenus par The Intercept, les installations de Niamey sont en train d'être transférées à Agadez.


Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR

Likez la page de VICE News sur Facebook : VICE News FR