FYI.

This story is over 5 years old.

L’Australie dévoile son plan pour exterminer deux millions de chats sauvages

Des millions de chats sauvages errent à travers le continent, et les scientifiques estiment qu’ils sont responsables de l’extinction de certaines espèces.
20.7.15
Photo par Fairfax Media via Getty Images

Le gouvernement australien a l'intention d'éliminer deux millions de chats sauvages d'ici la fin de la décennie, a annoncé le ministre de l'Environnement Greg Hunt mardi dernier. Le ministre lance une guerre contre ces hordes de félins qui rôdent dans le pays. Ces chats sauvages sont présentés comme une terrible menace pour certaines espèces animales du pays.

« D'ici 2020, je veux voir deux millions de chats sauvages abattus, cinq nouvelles îles et dix nouvelles zones sur le continent transformées en refuges sûrs, débarrassés de tout chat sauvage. De strictes mesures de contrôle seront aussi mises en place sur 10 millions d'hectares, » a déclaré Hunt.

Des millions de chats sauvages errent à travers le continent, et les scientifiques estiment qu'ils sont un facteur clé de l'extinction de certaines espèces. L'Australie est le pays qui connaît le plus grand nombre d'extinctions de mammifères. 29 espèces de mammifères qui vivaient sur le territoire australien ont disparu depuis que les Britanniques se sont installés en Nouvelle Galles du Sud, en 1788.

Les colons occidentaux ont introduit les chats sur ce continent, où les fugues et les animaux domestiques abandonnés se sont rapidement multipliés. Selon la plupart des estimations, il y aurait 20 millions de chats sauvages en Australie, alors que certains pensent que ce nombre est de 30 millions.

« Chaque chat tue entre trois et vingt animaux présents en Australie par jour », expliquait en avril à la chaîne australienne ABC, Gregory Andrews — commissaire à la Commission des espèces menacées. « Et donc, si l'on imagine que chaque chat tue 4 animaux par jour, cela représente un carnage de 80 millions d'animaux par jour à l'échelle du pays. »

Plus de 120 espèces menacées — y compris le wombat à nez poilu, le chat marsupial du nord et la chouette Ninoxe — sont en grand danger à cause des chats dans la nature. Ceux-ci peuvent grandir bien plus que les chats domestiques et peser jusqu'à 15 kilos.

« C'est très important d'insister aussi sur le fait que nous ne détestons pas les chats. Nous ne pouvons juste plus tolérer les dommages qu'ils causent à notre faune sauvage. »

La nouvelle « stratégie pour les espèces menacées » établie sur cinq ans inclut l'utilisation d'un programme de surveillance nommé le FeralCatScan qui permet aux riverains de signaler les chats sauvages et leurs activités, et propose également l'augmentation des financements de programmes de gestion de la population féline et de pièges. Quelque 3,6 millions de dollars australiens — près de la moitié du budget de la stratégie — sont alloués à l'éradication des félins.

L'élimination des chats sauvages impliquera l'usage de chiens détecteurs, de barrières, de tirs au pistolet, ainsi que l'utilisation d'un nouvel appât empoisonné qui s'appelle « Curiosity ». Il a été développé par le gouvernement et une compagnie privée de biotechnologie pendant plusieurs années. Un composant toxique dans l'appât arrête le flux d'oxygène dans l'organisme du chat empoisonné — ce qui est décrit dans le plan du gouvernement comme « une nouvelle manière humaine de piéger les chats sauvages. » Le poison sera placé dans des morceaux de viande moulés pour qu'ils ressemblent à des saucisses.

À lire : Un festin de viande de chien pour fêter le solstice d'été en Chine

Andrews a insisté sur le fait que le gouvernement n'a rien contre les chats.

« C'est très important d'insister aussi sur le fait que nous ne détestons pas les chats, » a fait remarquer Gregory Andrews sur la chaîne ABC Radio. « Nous ne pouvons juste plus tolérer les dommages qu'ils causent à notre faune sauvage. »

L'hypothèse selon laquelle tuer des millions de chats va permettre d'influer de façon significative sur la disparition d'autres espèces d'animaux reste sujette au questionnement, étant donné leur nombre gargantuesque — selon les estimations — et leur capacité à se reproduire rapidement.

« Nous nous voilons la face si nous pensons pouvoir les éradiquer », a déclaré en avril à VICE News le Dr. Jim Radford, un défenseur de l'environnement associé à l'organisation Bush Heritage d'Australie. « C'est difficile de les appâter et de les piéger, parce qu'ils sont très craintifs, et l'abattage au pistolet est très difficile, on ne peut pas tirer sur tant de chats que ça. »

« L'Australie est particulièrement vulnérable aux nuisibles introduits, parce qu'elle a été une île pendant des millions d'années, » a-t-il ajouté. « L'histoire de l'évolution ici est une histoire de longue isolation, et les espèces de l'île n'ont pas les ressources pour survivre face à ces nuisibles invasifs. »

Cette nouvelle stratégie représente le premier effort de cette envergure pour tuer des chats sauvages sur le continent australien. Ces chats, qui sont en train d'être catégorisés comme nuisibles et nocifs par les États et territoires australiens, ont déjà été éradiqués complètement de trois îles du pays.

À lire : Une visite au zoo de Gaza