Des dizaines de milliers de morses sont à nouveau échouées en Alaska

La fonte des glaces semble avoir poussé ces animaux à fuir l’océan, ce qui — pour les scientifiques — met en lumière le changement rapide des conditions climatiques en Arctique.

|
31 Août 2015, 10:55am

Photo via NOAA/EPA

Suite à la fonte de la mer de glace sur laquelle ils se reposent et chassent habituellement, des milliers de phoques ont à nouveau envahi le littoral qui borde le village de Point Lay, en Alaska (extrême nord-ouest des États-Unis).

Ces rassemblements, qui portent le nom « d'échouages », ont été enregistrés pour la première fois en 2007 et se sont répétés à sept reprises sur les neuf dernières années. Des scientifiques et des défenseurs de l'environnement estiment que ces phénomènes comptent parmi les impacts les plus visibles d'un changement climatique rapide à l'oeuvre en Arctique. Une zone qui se réchaufferait deux fois plus vite que le reste du monde. Plus de 35 000 morses s'étaient rassemblés à cet endroit l'année dernière, mais de mauvaises conditions en mer ont empêché les scientifiques d'effectuer des estimations pour cette année, du moins pour l'instant.

« C'est un phénomène nouveau », a déclaré Antony Fisbach, un biologiste spécialisé dans la faune et la flore au Bureau américain d'enquête géologique (USGS). « La formation de grands échouages sur les côtes ont seulement été observés les années où les glaces de la Mer des Tchouktches ont complètement fondu, » a-t-il indiqué.

À lire - Les ours polaires se sont mis à manger des dauphins en Arctique

« L'océan est notre jardin, c'est la plus grande source de nourriture pour nous les indigènes. »

L'étendue de la couche de glace marine lors de la période estivale a atteint son niveau le plus bas en 2012. Cela a été quatre fois le cas ces 12 dernières années. Les données de l'année 2015 ne sont pas encore complètes, mais cette année se classera probablement parmi les cinq plus mauvaises années. En mars dernier, c'est le niveau de la glace marine de l'Arctique en hiver qui a atteint son niveau le plus bas, un record.

La période sans glace dans la Mer des Tchouktches — au large de la côte nord-ouest de l'Alaska — est actuellement longue d'un mois, mais l'USGS prévient que cette période pourrait s'allonger à 4 ou 5 mois d'ici la fin du siècle, si les humains continuent à rejeter des gaz à effet de serre dans l'atmosphère. Certains scientifiques s'attendent à des étés sans glace dans l'Arctique dès 2030.

« Nous avons observé une hausse des températures. Tant les températures à la surface des eaux que dans l'air, et évidemment la glace marine fond plus rapidement, plus tôt, et la période de gel surviennent plus tard chaque année, » a dit James MacCracken, biologiste en chef au Service américain des poissons et de la faune sauvage. « Quand la glace fond complètement, les morses doivent finalement gagner le rivage et s'échouer. Tout est lié. »

Une fois la glace complètement fondue, les femelles et les jeunes morses se ruent sur le rivage, ce qui peut être périlleux pour ces animaux. Des dérangements mineurs, comme la circulation de navires ou d'avions, peuvent provoquer une débandade, mettant alors les plus faibles du groupe en danger. D'après l'USGS, 60 morses — dont beaucoup de jeunes — sont morts en raison du surpeuplement l'année dernière.

« Étant donné la faible étendue de la glace marine cet été, il n'est pas étonnant de voir des morses commencer à affluer sur le rivage à la recherche d'un endroit où se reposer, » a déclaré Margaret Williams, la directrice générale des programmes du Fonds mondial pour la nature (WWF) dans l'Arctique américain. « Le net déclin de la glace marine en Arctique au cours de la dernière décennie est en train de mener à des changements importants pour la faune mais aussi pour les communautés humaines, » a-t-elle précisé.

Leo Ferreira III est le président du Conseil tribal de Point Lay, dont la population est d'environ 250 personnes. « L'océan est notre jardin, c'est la plus grande source de nourriture pour nous les indigènes, » a déclaré Ferreira.

D'après lui, chasser le morse est devenu plus difficile ces dernières années. Les morses regroupés en masse le long de la côte n'arrangent pourtant pas la situation. Par crainte de mouvement de panique parmi les morses, il a été demandé à la communauté de ne pas chasser ces morses une fois qu'ils sont échoués.

À lire : Bravo à tous : Les humains sont désormais des « super-prédateurs » pour les scientifiques

Le président américain Barack Obama va visiter l'Alaska cette semaine dans le but d'attirer l'attention sur l'impact du changement climatique — même si son voyage survient alors qu'il vient d'autoriser de nouveaux forages de pétrole et de gaz dans la région.

À lire : Obama autorise Shell à débuter ses forages pétroliers en Arctique

Suivez Darren Anrkom sur Twitter : @darrenankrom