Deux hommes et quatre patins

On a rencontré Christian et Joel, couple de patineurs gay, qui veut montrer que « deux mecs, deux filles ou un mec et une fille... tout est amusant sur la glace. »

|
14 Août 2018, 9:38am

Photos : Sadak Souici pour Vice FR 

Vice FR Près d’une nationale déserte en bordure de Cergy-Pontoise, là où le goudron fond sous la chaleur et les usines charbonnent, se dresse l’Aren’ice, complexe sportif qui accueille les compétitions de patinage et de hockey sur glace pendant les Gay Games. Dès les premières heures du show, la communauté LGBT du monde entier défile sur la patinoire. Certains sont déguisés, alors que d’autres n’hésitent pas à montrer leurs slips sponsorisés. L’ambiance est détendue. S’il n’y a ni réel enjeu sportif, ni sélection, de grands techniciens de la glace sont aussi présents.

Venus directement des États-Unis, Christian Erwin et Joel Dear sont attendus comme Philippe Candeloro en son temps lors de ses exhibitions à Osaka au Japon. Photographes et autres documentaristes les braquent pour obtenir boucles piqués et autres déclarations. Christian, 26 ans, et Joel, 36 ans, sont les seuls patineurs au monde à danser en duo d’hommes au niveau professionnel (à l’Ice Theater of New York). Leur show synchronisé, tout en rythme, douceur et maîtrise vaut le détour.

Après avoir déchaussé les patins, on est allé causer avec les deux Américains, qui souhaitent montrer qu’il est possible de patiner entre hommes, mais surtout de motiver les fédérations sportives à faire le grand saut vers le tandem de même sexe.

VICE : C'est la première fois q'une compétition de patinage est ouverte aux homosexuels à Paris. Votre fédération vous soutient-elle dans cette démarche ?

Christian : Notre fédération elle-même n'est pas impliquée dans nos compétitions à Paris, mais nous avons reçu beaucoup d'encouragements de la part des membres et des officiels de notre fédération.
Joel : Vous savez, depuis qu'il y a du sport, il y a des gays – hommes et femmes – pour le pratiquer. C'est pour cela que nous sommes là, pour montrer que nous sommes des patineurs gay fiers qui veulent promouvoir l'ouverture. C'est aussi l'occasion de rentre hommage aux nombreuses personnes courageuses qui ont dû sacrifier leur carrière et leurs médailles parce que certains n'acceptaient pas leur sexualité.

Est-ce que les figures changent beaucoup pour un couple de patineurs de même sexe ? En patinage traditionnel, des pas de danses sont imposés aux femmes et aux hommes. Qu’en est-il pour vous?
Christian : Les pas sont prescrits uniquement pour le patinage classique. Nous, nous avons eu toute la liberté de créer le programme que nous voulions.

Vos amis disent que vous êtes le seul duo de patineurs de même sexe à gagner votre vie grâce au patinage aux Etats-Unis. Comment cela se fait ?
Christian : Je suis sûr qu'il y en a d'autres, mais effectivement nous sommes les premiers à être en duo et à réaliser des représentations à grande échelle.
Joel : Le but n'est pas d'être les premiers ou le seul couple de danse sur glace de même sexe. Nous aimerions voir plus de gens se mettre au patinage avec un autre partenaire, indépendamment du sexe ou de la sexualité du couple. Deux mecs, deux filles ou un mec et une fille... tout est amusant sur la glace.

Pensez-vous qu'aujourd'hui il est facile d’assumer son orientation sexuelle dans le sport ? Les Gay Games peuvent-ils aider à faire progresser les mentalités ?
Christian : En patinage artistique, on dit toujours que les hommes qui pratiquent ce sport sont homos. Je me suis battu contre cela pendant des années parce que je détestais l'idée qui voulait que si j'étais patineur, je devais être gay. Je pense que créer un espace pour cette compétition est formidable pour accroître la visibilité de toutes les personnes LGBTQ + dans le patinage.
Joel : Je ne pense pas que ça compte beaucoup. La sexualité d'une personne n'a pas d'impact sur sa pratique sportive. Deux hommes hétéros peuvent patiner ensemble. Pas obligé d'être gay. Je pense que c'est formidable quand quelqu'un peut surmonter n'importe quelle situation défavorable pour s'accepter pour ce qu'il est.

On vous a vu pleurer avant le début de la compétition. Qu’est-ce que cela représente pour vous d’être là ?
Christian : Avant le début du show, on a écouté When We Were Young d’Adele. Dans cette chanson, Adele parle des souvenirs d’un amour passé. Dans le public, il y avait beaucoup de personnes qui ont perdu des proches à cause du VIH. Naturellement, je me suis mis à leur place et j’ai craqué.


Que pensez-vous de la position de Trump via-à-vis de l’homosexualité ?
Christian : Trump a été discriminatoire et diviseur depuis qu'il a commencé à se présenter aux élections. Il est un élitiste qui croit que certains groupes de personnes (hétéros, blancs, riches) méritent d’être plus privilégiés que d’autres. Il est condescendant et méprisant envers les minorités.
Joel : Sur la base des actions politiques récentes de l'administration actuelle, de nombreux groupes minoritaires ont été ciblés et nombre de leurs droits ont été contestés. Je pense qu'à la fois en tant que personnes gays et en tant que citoyens, nous voulons soutenir les droits des femmes, des personnes LGBTQ+ et toutes les autres minorités. Nous devons nous soutenir mutuellement pour promouvoir le changement.