réseaux sociaux

YouTube a désactivé la chaîne du complotiste Alex Jones

Après Apple, Spotify et Facebook.
Image: Shutterstock

L'article original été publié sur Motherboard.

Alex Jones, fondateur du site web de théories du complot Infowars, a été expulsé de YouTube hier. Sa chaîne, qui comptait 2,4 millions d’abonnés, « a été désactivée pour violation du Règlement de la communauté de YouTube ». YouTube a aussi désactivé la chaîne en direct Infowars Live.

Toutefois, les chaînes Info Wars News et Infowars Documentaries, elles, restent accessibles. Un porte-parole de YouTube a transmis à VICE la déclaration suivante :

Publicité

Tous les utilisateurs acceptent de se conformer à nos conditions d’utilisation et au Règlement de la communauté lorsqu’ils s’inscrivent pour utiliser YouTube. Si des utilisateurs violent cette politique à plusieurs reprises, comme notre politique contre le discours haineux et le harcèlement ou notre interdiction de contourner nos mesures d’application, nous désactivons leur compte.

YouTube a été la dernière des plateformes majeures à bannir Alex Jones en 24 heures. Apple, Spotify et Facebook avaient auparavant supprimé le matériel d’Alex Jones et d’Infowars. Apple a été la première en supprimant les podcasts de l’application Podcasts (Balados) et d’iTunes pour « discours haineux ». Spotify a emboîté le pas en supprimant l’un de ses podcasts en raison de son contenu haineux. Puis Facebook a supprimé quatre pages : Alex Jones Channel, Alex Jones, Infowars et Infowars Nightly News, pour « violations répétées des normes de la communauté ».

YouTube a affirmé au Guardian que le compte d’Alex Jones avait été désactivé parce que ce dernier « est apparu à plusieurs reprises dans des vidéos alors qu’il avait été suspendu de YouTube pour une période de 90 jours ».

En le bannissant, ces compagnies signalent un grand changement dans leur politique à l’égard des contenus pernicieux ou haineux.

YouTube a mis en place la règle des « trois prises », qui se traduit par un avertissement, une suspension puis une résiliation. VICE a appris par des documents coulés dans les médias qu’auparavant, Facebook autorisait « cinq prises » dans une période de 90 jours avant de désactiver une page.

Publicité

Le mois dernier, YouTube a supprimé quatre vidéos d’Infowars pour violation de sa politique sur le « contenu explicite » et a suspendu sa diffusion en direct pendant 90 jours. Les vidéos supprimées traitaient des musulmans et de groupes marginalisés. C’était une première prise. Selon CNN, une deuxième prise empêche la mise en ligne de nouveau contenu pendant deux semaines.

En février, Susan Wojcicki, la PDG de YouTube, a défendu la politique des prises et affirmé que les règles devaient être appliquées de manière constante.

Il n’est donc pas anodin que les mesures prises par Apple aient incité d’autres plateformes à faire de même. Cette réaction en chaîne soulève des questions : pourquoi et pourquoi maintenant?

Beaucoup ont fait remarquer que YouTube, Facebook et les autres ont longtemps toléré Alex Jones, invoquant une politique de modération pour le justifier, et ce, même après qu’Alex Jones a qualifié le massacre de l’école primaire Sandy Hook de canular, faisant peser un risque sur les familles des victimes en affirmant que leurs enfants n’étaient que des « acteurs ». Il est possible, mais extrêmement improbable que YouTube, par exemple, ait découvert du nouveau matériel qui, lui, justifie sa désactivation de sa chaîne, ce qui donnerait à penser que les règles ont été arbitrairement appliquées pour éviter de bannir des utilisateurs populaires comme Infowars.

Pour ce qui est de Facebook, Alex Jones pourra contester la désactivation de ses pages. Sinon, elles seront définitivement désactivées. On ne sait pas si YouTube lui accordera cette possibilité.

Pour plus d'articles comme celui-ci, inscrivez-vous à notre infolettre.