Gaming

À la rencontre d’un joueur professionnel de cartes « Magic »

Un champion du monde du célèbre jeu de cartes nous a parlé de ses revenus et de son programme d'entraînement.
Niccolò Carradori
Florence, IT
Sandra  Proutry-Skrzypek
Paris, FR
27.11.20
Marco Cammilluzz durant une pa
Toutes les photos sont publiées avec l'aimable autorisation de Marco Cammilluzzi.

À 11 ans, j'ai commencé à jouer à Magic : The Gathering, autrement dit le jeu de cartes à collectionner le plus célèbre du monde. Sorti en 1993, Magic se joue en live ou en ligne à au moins deux joueurs. Chaque joueur commence la partie avec 20 points de vie, le but étant de réduire ceux de vos adversaires à 0 en l’attaquant avec des créatures et en lui lançant des sorts. J’étais complètement accro. 

Publicité

Mais ensuite, je suis entré au lycée, où c'était considéré comme ringard. Alors, pour plaire aux filles, j'ai arrêté de jouer. Avec le recul, c'était une énorme erreur. Si j'avais continué, j'aurais peut-être parcouru le monde en tant que joueur professionnel de Magic. Parce que oui, c'est une option de carrière. 

Le jeu a été édité par la société Wizards of The Coast, filiale du géant des jouets et des jeux Hasbro. En fait, Magic génère des profits tellement énormes qu’il est considéré comme l'une des principales sources de revenus de Hasbro depuis plusieurs années. D'ici 2021, le nombre d'utilisateurs enregistrés sur Magic Arena, l’adaptation numérique du jeu, devrait passer à 11 millions, avec une version mobile qui devrait sortir d'ici fin 2020. Et c’est sans compter ceux qui jouent avec des cartes physiques. 

En décembre 2019, le joueur polonais Piotr Głogowski a gagné environ 90 000 euros en remportant le dernier Mythic Championship, un tournoi professionnel sur invitation uniquement, avec une cagnotte de 440 000 euros à gagner. Et ce n'est pas tout : la dernière édition du Mythic Invitational pour Magic Arena, un tournoi super sélectif doté d’une cagnotte de 900 000 euros. Selon le site officiel, le joueur de Magic le mieux payé, le Brésilien Paulo Vitor Damo da Rosa, a gagné 780 000 euros dans sa carrière, et ce, en ne comptant que les plus gros tournois.

Publicité

Pour savoir ce que j'ai raté en tirant ma révérence si jeune, j’ai rencontré Marco Cammilluzzi, membre de l'équipe italienne qui a remporté la Coupe du monde de Magic en 2015. Nous avons discuté de son parcours vers le circuit professionnel, de l'argent en jeu et de la raison pour laquelle Magic est bien plus qu'une question d'argent.

VICE : Quand as-tu commencé à jouer à Magic, et quand as-tu compris que tu pouvais en faire ton travail ?
Marco Cammilluzzi : J'ai commencé à 17 ans. Je jouais au basket à un niveau compétitif, mais je me suis blessé à l'épaule et je n'ai pas pu jouer pendant un an. Je me suis donc mis à Magic. Comme tous les joueurs qui passent au niveau professionnel, j’ai participé à tous les petits tournois et j'ai gravi les échelons. Vers l'âge de 22 ans, j’ai compris que si je m'investissais vraiment, je pouvais obtenir des résultats et gagner de l'argent.

Comment fonctionne le circuit professionnel ?
C'est compliqué, parce que récemment, les choses ont complètement changé. Wizards [of the Coast] a mis en place une Magic Pro League (MPL), avec 32 joueurs sélectionnés sur la base de classements. Andrea Mengucci, qui a gagné la Coupe du monde avec moi en 2015, en fait partie. Ces joueurs reçoivent un vrai salaire de la société [67 000 euros par an en 2018], et se qualifient automatiquement pour chaque tournoi. Tous les autres joueurs doivent passer par les tours qualificatifs et trouver un sponsor pour couvrir leurs dépenses. Ensuite, en fonction d’où vous vous placez, il y a la cagnotte. 

Il existe combien de types de tournois ?
Il y en a beaucoup, c'est un peu comme le tennis. Il y a une différence entre les événements en direct et les événements esport. Les événements en direct comprennent les grands tournois, avec des cagnottes allant de 180 000 euros à 220 000 euros, puis il y a les tournois de moyenne envergure et aussi plusieurs tournois locaux. Pour les événements en ligne, les cagnottes peuvent être beaucoup plus élevées. Plus vous participez à des événements, plus vous gagnez de l'argent. Pour un bon joueur, on parle de centaines de milliers d'euros par an. 

Publicité

Qu'en est-il des joueurs qui ne font pas partie de la MPL ? Peuvent-ils gagner suffisamment d'argent en jouant à Magic ?
Je travaille comme analyste commercial. Si je le voulais, je pourrais vivre de Magic, mais je n'aime pas vraiment parler d'argent – ce n'est pas ce qui me plaît dans le monde du jeu. Le but est avant tout de s’amuser.

Marco Cammilluzzi durant une partie.

Marco Cammilluzzi durant une partie.

Le coronavirus a-t-il eu un impact sur le jeu ?
Malheureusement, il a mis un terme à tous les jeux en direct. Il a accéléré le passage du jeu live au jeu en ligne : tous les événements majeurs sont désormais hébergés sur la plateforme Magic Arena, pour assurer la cohérence. Cela permet évidemment de continuer à jouer, mais cela enlève un peu de « magie », car les voyages ont toujours été pour moi une partie essentielle de l'expérience.

Est-ce un jeu onéreux pour les débutants ? J'ai entendu dire que les meilleures cartes peuvent coûter très cher.
Magic a un coût, c’est certain, mais je ne vois pas cela comme un frein. Je connais beaucoup de joueurs qui n'ont pas beaucoup d'argent et qui ont du succès. Quand vous jouez, vous faites partie d'une communauté, et souvent les joueurs se prêtent des cartes. Mais pour avoir un deck compétitif, il faut dépenser entre 200 et 300 euros.

Mais certaines cartes ont un prix vraiment exorbitant, non ? Récemment, une carte Lotus Noir s'est vendue pour 150 000 euros.
Il y a une explication à cela. Magic est divisé en formats : il y a des joueurs qui n'utilisent que les extensions de cartes qui sont sorties au cours des deux dernières années – le Standard – et d'autres qui utilisent plus ou moins n'importe quelle carte Magic jamais émise. Les cartes qui coûtent des milliers d'euros sont généralement les plus anciennes, issues des premières extensions. Mais les tournois les plus importants se jouent avec des cartes Standard, donc paradoxalement, dans le circuit professionnel, on utilise en fait les cartes les moins chères. 

Publicité

À quelle fréquence t'entraînes-tu et comment ?
J'essaie de jouer au moins trois ou quatre heures par jour, cinq jours par semaine. Je joue en ligne pour affiner ma technique mais, avant la pandémie, je jouais avec ma communauté locale de Rome pour essayer de nouvelles stratégies.

Comment déterminer si un joueur est vraiment bon ?
Il existe deux types de joueurs : ceux qui ont un don naturel et ceux qui savent s'améliorer. Le jeu ne se limite pas à la façon dont vous construisez votre deck, il s'agit aussi de la façon dont vous jouez. Magic est un jeu de lecture et de réaction, où celui qui commet le moins d'erreurs gagne.

Que réagissent les gens quand tu leur dis que tu gagnes de l'argent en jouant à Magic ?
Avant, ils étaient surpris, presque choqués. Aujourd'hui, les choses changent : grâce à l'esport en général, l’image du geek a radicalement changé. Et ce n'est pas seulement l'argent qui surprend les gens, c’est aussi le fait que nous avons l'occasion de voyager dans le monde entier et de rencontrer tant de gens. J'ai voyagé dans toute l'Europe, aux États-Unis, au Japon, en Malaisie et à Porto Rico. J'ai joué à Hawaii, l'endroit le plus incroyable que j'ai jamais vu. Qui sait si j'y serais un jour allé si ce n'était pas pour Magic.

VICE France est sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.
VICE Belgique est sur Instagram et Facebook