Sports

Un footballeur iranien suspendu six mois pour avoir porté un pantalon jaune

Le gardien Sosha Makani, présent en sélection lors de la Coupe du monde 2014, n'a pas le droit de porter des pantalons avec des couleurs vives.
9.6.16
Sosha Makani playing for Persepolis // Via

Un footballeur iranien a été suspendu par la fédération iranienne de football après la publication d'une photo de lui vêtu d'un pantalon jaune vif.

Le comité de moralité de la fédération a jugé que le pantalon de Sosha Makani était inapproprié. Le gardien de but de 29 ans, qui faisait partie de la sélection iranienne lors de la Coupe du monde 2014, est un titulaire indiscutable de l'équipe de Persepolis qui a remporté neuf fois le championnat iranien.

Publicité

Selon le Guardian, les médias locaux ont comparé la couleur de son pantalon à celle de Bob l'éponge. L'agence de presse Asriran a d'ailleurs titré : « Bob l'éponge a causé une suspension de six mois pour Sosha ». Des comparaisons similaires ont aussi fleuri sur les réseaux sociaux.

Iranian Football Federation bans GK Sosha Makani for 6 months for wearing 'SpongeBob trousers' pic.twitter.com/wpPu6daQLR
— The30Duke (@DukeLFC) June 8, 2016

L'Iran a des lois strictes en ce qui concerne la couverture du corps, les vêtements, la musique, Internet et la télévision. Alors que les femmes sont soumises à beaucoup plus de restrictions que les hommes, cette suspension montre que personne n'est à l'abri.

Un membre de la commission de moralité, sous couvert d'anonymat et cité par l'agence de presse sportive Varzesh3, a affirmé que Makani a refusé de se présenter au siège de la Fédération pour s'expliquer. « Nous avons pris cette décision en raison de l'impact que son apparence peut avoir sur la société », aurait dit le bureaucrate.

Makani a déjà eu des précédents avec la justice de son pays. Il a été brièvement emprisonné en janvier après la publication sur les réseaux sociaux de photos de lui en train de poser avec plusieurs femmes ne portant pas le voile.

Au moment de son arrestation, une source judiciaire a affirmé qu'il avait été incarcéré pour des « photos qui participent à la propagation de la corruption et de la prostitution dans la société ». Il est obligatoire pour les femmes iraniennes de porter le hijab.