Publicité
VICE News

Le bug de l’aéroport d’Orly vient d’un ordinateur qui tourne sur Windows 3.1

Le système d’exploitation de Microsoft permet de faire tourner le système Decor qui fournit des informations météorologiques aux pilotes.

par Pierre Longeray
12 Novembre 2015, 3:15pm

Samedi dernier, le maire de Bordeaux et candidat aux primaires du parti Les Républicains, Alain Juppé, devait se rendre à Paris par avion pour le Conseil national du parti majoritaire à droite. Arrivé à l'aéroport de Bordeaux-Mérignac, on lui apprend que l'aéroport d'Orly à Paris est fermé, à cause d'un « problème informatique ».

Ce mercredi, l'hebdomadaire satirique Le Canard Enchaîné révèle la source de la panne informatique, qui a mis en stand-by l'aéroport du sud de Paris pendant près d'une heure et a empêché Juppé, mais aussi Éric Ciotti (député LR), de rejoindre la capitale et le président de leur parti, Nicolas Sarkozy. Le fautif : un ordinateur qui fonctionne sous un système d'exploitation « préhistorique » dit le journal.

La panne a affecté le système Decor (diffusion des Données d'Environnement Contrôle d'Orly et de Roissy), dont les contrôleurs aériens se servent pour fournir des informations météorologiques aux pilotes.

Petite surprise, ce système Decor (indispensable pour faire atterrir les avions en cas de mauvais temps) fonctionne sous Windows 3.1 — un système d'exploitation de Microsoft lancé en 1992. Pas vraiment le fleuron de la technologie informatique. Pour son lancement, la grande nouveauté de Windows 3.1 était le Démineur — ce petit jeu qui a fait perdre pas mal de temps aux premiers heureux propriétaires d'ordinateurs.

Démineur et Solitaire sous Windows 3.1 (via PCWorld)

« Les outils utilisés par les contrôleurs des Aéroports de Paris (ADP) tournent sous 4 OS [systèmes d'exploitation] différents, qui ont tous entre 10 et 20 ans d'âge », nous explique ce jeudi, Alexandre Fiacre, secrétaire général de l'UNSA-IESSA (Union nationale des syndicats autonomes des Ingénieurs Électroniciens des Systèmes de la Sécurité Aérienne).

« Certaines des machines d'ADP tournent sous UNIX [un système d'exploitation très répandu dans les milieux universitaires et les start-ups des années 1980]. Mais aussi sous Windows XP », nous explique Fiacre, qui est ingénieur des systèmes de la sécurité aérienne.

Samedi dernier, il y avait du brouillard près d'Orly. Quand c'est le cas, les contrôleurs aériens doivent fournir aux pilotes le RVR (pour Runway Visual Range, ou portée visuelle de piste en français) que l'on obtient grâce au système Decor, nous explique Fiacre. Le RVR désigne le paramètre météo qui permet de savoir si l'approche de l'avion vers la piste d'atterrissage peut être entreprise ou non. Sans cette information, les pilotes ne peuvent pas atterrir quand la visibilité est mauvaise, au risque de partir dans le décor.

Le File Manager de Windows 3.1 (via PCWorld)

« La difficulté avec un système si ancien, c'est que les gens n'aiment pas en faire la maintenance », nous explique Fiacre. « En plus, l'expertise sur ce genre de système d'exploitation se perd un peu. À Paris, on a seulement 3 spécialistes capables de s'occuper d'un problème sur Decor, et l'un d'entre eux va partir à la retraite l'année prochaine, sans être remplacé » affirme Fiacre.

Fiacre compare le défi de faire fonctionner le système Decor sous Windows 3.1 avec ce que le NASA vit actuellement avec ses sondes Voyager, qui étudient le système solaire. Les processeurs qui font tourner l'ordinateur de bord des deux sondes (Voyager 1 et 2) lancées en 1977 sont des General Electrics de 250 kHz. Autrement dit, les processeurs ont moins de puissance qu'une calculatrice moderne et ne répondent qu'à de vieux langages de programmation comme le FORTRAN. Ainsi la NASA cherche un expert de la programmation des années 1970 pour pouvoir continuer de faire vivre la mission Voyager.

Du code en FROTRAN sur une carte perforée (via Wikimedia Commons)

Retour en 2015. Alexandre Diacre nous confie que cela devient aussi compliqué de trouver des pièces détachées quand il y a un problème sur la machine, « On est parfois obligé de fouiller sur eBay pour remplacer certaines pièces. Ces machines n'ont pas été faites pour fonctionner plus de 20 ans de toute manière. »

Dans le Canard Enchaîné, le ministère des Transports français assure qu'une « modernisation des équipements est prévue pour 2017 » — ce que peine à croire Fiacre. « À mon avis, on changera en 2019 au mieux, ou peut-être même 2021. »

Aucun risque pour les passagers

Pour l'ingénieur, la panne de samedi dernier « n'a pas mis en danger les passagers, puisque les contrôleurs ont agi selon le principe de précaution, afin de ne prendre aucun risque. » Pour lui, il s'agit heureusement d'un « avertissement sans frais », qui illustre le manque de moyens et l'obsolescence de certains systèmes employés pour assurer la sécurité aérienne. ADP n'a pas fait de commentaires pour le moment.

Récemment, le monde de l'aérien a été touché par plusieurs pannes de ce type qui ont ralenti le trafic — notamment à Londres en décembre dernier, qui avait obligé l'annulation d'une cinquantaine de vols, alors que la panne avait duré à peine 36 minutes.

Pour essayer de se moderniser, la compagnie aérienne United Airlines, victime d'une grave panne de son système de réservation en 2011, a innové en juillet dernier. La compagnie a offert plus d'un million de « miles » (l'équivalent de plusieurs dizaines de vols domestiques) à deux personnes qui ont réussi à découvrir des bugs dans le système de sécurité de la compagnie américaine.

Suivez Pierre Longeray sur Twitter : @PLongeray