Crime

Un retraité britannique condamné à 350 coups de fouet pour du vin fait maison en Arabie Saoudite

Karl Andree, 74 ans, a déjà été enfermé durant un an à partir d’août 2014. Il se trouve toujours en prison en attendant une nouvelle peine, après avoir enfreint la loi en Arabie Saoudite. Des policiers avaient retrouvé de l'alcool dans sa voiture.
14 octobre 2015, 12:10pm
Photo via Flickr

Le gouvernement britannique a appelé son proche allié, l'Arabie Saoudite, à libérer un homme âgé, condamné à 350 coups de fouet après avoir été attrapé avec du vin fait maison — une sentence qui pourrait le tuer, selon sa famille.

Le citoyen britannique Karl Andree, 74 ans, a été emprisonné durant douze mois à partir d'août 2014, mais est toujours en prison en attendant une peine supplémentaire pour avoir enfreint la loi très stricte d'Arabie Saoudite interdisant l'alcool. La police a trouvé le breuvage dans sa voiture, rapporte sa famille.

« Il y a eu deux sentences. La peine de prison qui s'est terminée en août, et maintenant la peine de flagellation… Je suppose qu'ils le gardent parce qu'elle n'a pas encore eu lieu, » a dit son fils Simon Andree à la BBC. « Nous n'avons aucune idée de ce qui va se passer. »

Simon affirme que lui et son père communiquent « avec beaucoup de difficulté. »

Le Premier ministre britannique David Cameron a écrit au gouvernement d'Arabie Saoudite à propos du cas d'Andree, qu'il a qualifié « d'extrêmement préoccupant », selon l'Association de la presse.

L'intervention de Cameron pour le cas d'Andree est arrivée le même jour qu'une autre annonce du gouvernement britannique : il se retire d'un appel d'offres très critiqué concernant la formation de gardiens de prison en Arabie Saoudite, d'une valeur d'environ 7,6 millions d'euros.

Un porte-parole du Premier ministre a déclaré: « L'offre d'entraînements supplémentaires en Arabie Saoudite a été retirée et le gouvernement a décidé qu'il ne répondrait pas [à l'appel d'offres]. »

Un porte-parole du ministère des Affaires étrangères du Royaume-Uni (FCO) a déclaré que le personnel de l'ambassade vérifiait l'état de santé d'Andree régulièrement. « Des ministres et des hauts fonctionnaires ont mentionné le cas d'Andree avec le gouvernement d'Arabie Saoudite et nous demandons sa libération aussi vite que possible. »

Le ministère avertit sur son site internet que des pénalités sévères sont prévues en Arabie saoudite pour détention d'alcool. « Les peines pour la détention ou le commerce d'alcool sont sévères, » prévient la page des conseils aux voyageurs. « Les deux sont punis de peines de prison. N'entrez pas en Arabie saoudite sous l'emprise de l'alcool. »

Personne n'était disponible pour réagir dans l'immédiat à l'ambassade d'Arabie Saoudite de Londres.

Selon Simon, son père, qui a travaillé dans une compagnie pétrolière dans le Royaume durant 25 ans, est en mauvaise santé, il a souffert d'un cancer à trois reprises et fait de l'asthme.

« Il tient le coup, » a dit Simon. « Il est très inquiet. Il est frustré… Il a eu le temps de s'y habituer mais je ne sais pas comment on peut s'habituer à la prison, surtout à l'étranger. »

« C'est un homme âgé et fragile, et j'ai juste peur que cette peine de flagellation se transforme en peine de mort pour lui, » a dit Simon. « C'est notre plus grande peur, et c'est pourquoi nous essayons de faire connaître son cas pour le sortir de là. »

Simon ajoute : « Je ne critique pas les lois et le mode de vie d'Arabie Saoudite. Mon père a purgé sa peine, il regrette ce qui s'est passé, il voudrait juste rentrer à la maison maintenant. »

À propos du délai de réponse du ministère des Affaires étrangères, Simon a commenté : « Je pense que mon père se trouve en bas de la liste, il est tout en bas d'une liste classée par ordre hiérarchique, et le business qui a lieu entre l'Arabie Saoudite et le Royaume-Uni passe probablement avant lui. »

Des militants soulèvent régulièrement la question des liens économiques entre les deux pays. De mai 2010 à mars 2015, le gouvernement du Royaume-Uni aurait donné son aval pour des contrats d'armement avec l'Arabie Saoudite à hauteur de 4 milliards de pounds, d'après une étude de Campaign Against Arms Trade (CAAT).

Suivez VICE News sur Twitter: __@vicenews

Photo via Flickr