Un village de l'Alaska veut déménager à cause du réchauffement climatique

Shishmaref, un village reculé de l’Alaska, a organisé un vote ce mercredi pour déménager la communauté toute entière vers une nouvelle localité.

|
19 Août 2016, 1:51pm

Une vue aérienne de Shishmaref. (Bering Land Bridge National Preserve/Creative Commons)

Shishmaref, un village reculé de l'Alaska, juché sur une île étroite à 965 kilomètres au nord d'Anchorage, a organisé un vote mercredi pour déménager la communauté toute entière vers une nouvelle localité, pour le moment incertaine. Un décompte non officiel effectué par le greffier de la ville a comptabilisé 89 votes en faveur d'un départ et 78 contre, mais le vote en lui-même est en grande partie symbolique parce qu'il n'y a pas de financement pour couvrir le coût estimé de 180 millions de dollars nécessaires au déménagement.

Tandis que le gouvernement américain dispose de fonds disponibles pour reconstruire des villages à la suite d'événements extrêmes comme des ouragans ou des tremblements de terre, il n'existe pas de plan fédéral ou national en place pour traiter des désastres liés au changement climatiques. Cependant, de partout dans le pays des villes et villages ressentent les impacts de l'érosion et de la montée du niveau de la mer. Shishmaref n'est pas la seule communauté qui se sent forcée de déménager vers un terrain plus élevé.

La fonte des glaces autour de Shishmaref détruit les sols arctiques, menant à une érosion extrême. Les membres de la communauté rapportent qu'ils ont dû déplacer plus de 30 maisons au cours des quinze dernières années et que, de leur vivant, des pans entiers du littoral ont disparu. En seulement vingt ans, disent-ils, l'île pourrait disparaître entièrement.

Esau Sinnok, âgé de 19 ans, est originaire de Shishmaref et a été invité à la Maison blanche le mois dernier où il a été encensé pour son engagement contre le changement climatique. Il a exprimé l'inquiétude de beaucoup concernant le fait que la délocalisation pourrait en réalité mettre un terme à un mode de vie et briser une communauté qui est restée unie durant des générations.

« Les 650 habitants de Shishmaref sont comme ma famille. Je suis habitué de les voir tous les jours. Si je dois déménager en ville j'aurais le coeur brisé et je serais triste de ne pas voir tous leurs visages », a déclaré Sinnok au Telegraph.