Drogue

Les employés de moins de 21 ans pourraient perdre leur job à la SQDC

Une conséquence de la proposition de la CAQ de hausser l’âge de consommation du cannabis.
19936328
CANADIAN PRESS/Mario Beauregard

Même avant son élection, la CAQ se montrait déjà réticente à l’idée de la légalisation du cannabis. Entre autres, une de ses propositions était de hausser l’âge légal pour consommer du weed à 21 ans.

Maintenant que le gouvernement se penche sur des modifications au projet de loi sur le cannabis, on apprend que les employés des boutiques de la Société québécoise du cannabis qui ont moins de 21 ans vont possiblement perdre leur emploi. Comme le rapporte le HuffPost Québec, le député de Québec solidaire Alexandre Leduc a été le premier à mettre en lumière cette situation, lors de la période de questions à l’Assemblée nationale aujourd’hui.

Publicité

« Cette situation est inacceptable à plusieurs égards : inacceptable en matière de droit du travail, inacceptable en matière de droits de la personne et inacceptable en vertu du gros bon sens », d’après Leduc.

Les 15 employés qui pourraient être touchés par cette situation ont rencontré des membres de la direction de la SQDC. Si le projet de loi de la CAQ est adopté, l’entrée dans les boutiques de weed serait interdite aux gens de moins de 21 ans, et cette quinzaine d’employés seraient donc congédiés sans solde, rapporte le Journal de Montréal .

« Nous, dans le fond, on a fait ça dans le but de les préparer au fait qu'il y a un risque. […] Lorsque la loi sera adoptée, il va falloir qu'ils réfléchissent à se trouver un autre emploi ou à commencer à réfléchir à ce qu'ils veulent faire », a expliqué au HuffPost le porte-parole de la SQDC, Fabrice Giguère, ajoutant que les employés conserveraient leur emploi jusque-là.

Pour Alexandre Leduc, le choix d’exiger que les employés aient au moins 21 ans semble arbitraire et inexplicable. De plus, le Syndicat canadien de la fonction publique avance que ces renvois seraient illégaux, selon des documents obtenus par le HuffPost.

Pour plus d'articles comme celui-ci, inscrivez-vous à notre infolettre.

En réponse aux commentaires du député Leduc lors de la période de questions, le ministre des Finances du Québec, Éric Girard, a dit qu’il entamerait des discussions avec le directeur de la SQDC afin de trouver une solution.

On apprenait aussi jeudi matin dans Le Devoir que les employés de deux autres succursales de la SQDC, celles de Trois-Rivières et de Mascouche, se syndiquaient. Cela porte le nombre de boutiques de cannabis syndiquées à quatre, avec celles de Rimouski et de Rosemont.

Billy Eff est sur internet ici et .