Publicité
Tech by VICE

10 questions que vous avez toujours voulu poser à un mec qui est mort et ressuscité… deux fois

« Pour moi il n’y avait rien, seulement les ténèbres. »

par Rhi Holmes; traduit par Sandra Proutry-Skrzypek
27 Novembre 2018, 8:00am

Sasha à l'hôpital

Sasha Eliasson a été déclaré cliniquement mort à deux reprises. La première fois, il étudiait en Suède. Il a perdu le contrôle de sa moto alors qu'il tentait de freiner pour éviter des travaux de construction. Il a été retrouvé inconscient et sans pouls, mais les ambulanciers l'ont réanimé sur les lieux de l'accident.

Puis, quelques mois plus tard, alors qu'il était en rééducation, Sasha a accidentellement pris une surdose d'analgésiques, ce qui a fait chuter son rythme cardiaque à 10 battements par minute et arrêté son système respiratoire. Mais encore une fois, il a été ressuscité.

Nous avons discuté avec Sasha, 26 ans, désormais étudiant en administration des affaires, de ce qu'est la mort, de ce qu'il a appris et de l'orientation que sa vie a prise après sa mort.

VICE : Salut, Sasha. Est-ce que ça fait mal de mourir ?
Sasha Eliasson : Non, pas sur le moment, ni même avant. Vingt-quatre heures se sont écoulées avant que je ne commence à ressentir de la douleur. La première fois, j’étais en état de choc et je n’ai rien senti. La deuxième fois, c'était à cause des analgésiques. J'avais mal, mais ce n'était pas à cause de la mort clinique, c'était simplement une douleur en général. La douleur n'a donc rien à voir avec la mort.

Sasha after surgery
Sasha après son opération

Ta vie a-t-elle défilé devant tes yeux ? Qu'as-tu vu quand tu étais mort ?
Je n’ai vu ni ma vie défiler, ni Jésus, ni la lumière au bout du tunnel, ni quoi que ce soit, en fait. Je n'ai rien vu parce que je n'étais pas vraiment là. Je savais juste que quelque chose s'était passé quand je me suis réveillé. C'était comme une sieste sans aucun rêve. Quand je me suis réveillé, je savais que j'avais dormi, mais je ne savais pas combien de temps. J'étais assez perdu. Je savais seulement que le temps était écoulé.

Quel était l’aspect le plus dégueulasse de la mort – en gros, est-ce que tu t’es chié dessus ?
Pas à ma connaissance. Je pense que ça arrive quand vous êtes mort depuis un moment, mais je suis à peu près sûr que mes muscles étaient encore tendus pendant un certain temps après ma mort. La rééducation a été très douloureuse, cependant. Les progrès sont assez lents, notamment psychologiquement.

« J'ai dû passer un an en cure de désintoxication assez intense, puis j’ai essayé de retrouver une vie normale. Mais maintenant, je suis reconnaissant que ce soit arrivé. Cela m'a forcé à grandir »

Qu'est-ce qui t’es passé par la tête quand ils t’ont dit que tu étais mort l’espace d’un instant ?
C'était plus ou moins une montagne russe d'émotions. Au début, j’ai trouvé ça cool. Mais après coup, j’ai compris que c'était plutôt grave. Et que ça aurait pu être bien pire. Mais dans l’ensemble, je suis une personne plutôt positive, donc cela ne m’a pas vraiment affecté.

Ton rapport à la religion a-t-il changé depuis ? Penses-tu avoir un ange gardien ?
Je n’ai jamais cru en Dieu. Je trouve ça stupide d’affirmer que quelque chose existe alors que vous n’avez rien pour le prouver. Donc non, je ne crois pas qu'il y ait un Dieu, une puissance supérieure ou une vie après la mort. Je ne crois pas non plus que j’ai un ange gardien. J’évite ce genre de raisonnement.

Quel est ton rapport à la mort, maintenant que tu y as survécu deux fois ?
Au début, c’était vraiment difficile. J'ai dû passer un an en cure de désintoxication assez intense, puis j’ai essayé de retrouver une vie normale. Mais maintenant, je suis reconnaissant que ce soit arrivé. Cela m'a forcé à grandir. J’ai un rapport assez positif à mon accident, et à la mort en général. Je n'ai pas peur de la mort. Je ne m'en réjouis pas, je ne veux pas mourir, mais je n’en ai pas peur.

1542682911545-20024128_10155596597779359_8786720368459870827_o
Sasha.

Mènes-tu ta vie différemment depuis ?
Avant, j'étais plutôt prudent et je ne prenais que des risques calculés. J'avais peur du vide, mais maintenant je peux monter sur les toits. L’expérience de la mort a sans doute joué. De manière générale, je vis au jour le jour à présent, plus qu’avant.

Quelle est la réaction des gens lorsque tu leur dis que tu es mort deux fois ?
Ça dépend des gens. Ça dépend s’ils sont religieux ou plus orientés vers la logique. Les gens qui pensent logiquement se disent qu’il est peu probable que j’ai été mort, puisque je suis en vie. Et puis je dois expliquer que j'étais cliniquement mort.

Les croyants, c’est autre chose. Certains essaient de m'expliquer que si j'avais cru en Dieu, j'aurais vu une lumière et trouvé le pardon. D’autres se fâchent et me disent que je n'ai rien vu parce que je suis allé au plus profond de l'enfer, tout simplement parce que je ne croyais pas en Dieu. Je reçois souvent ce genre de messages en ligne. Mais pour moi, cette façon de penser ressemble beaucoup à du tribalisme : quiconque ne fait pas partie du groupe devient un ennemi. Je pense que cela explique assez bien leur comportement.

C’est intense. Les gens se mêlent-ils vraiment de ton expérience ?
C’est arrivé. J’ai posté un article sur Reddit, puis j’ai lu les commentaires. Soit les gens m’insultent, soit ils me défendent. Ce que je leur dis, c'est : n’imposez pas vos opinions aux autres.

Enfin, penses-tu qu’il y ait une vie après la mort ?
Pour moi il n’y avait rien, seulement les ténèbres. Choisissez de croire à ce qui rend votre vie meilleure. N’essayez pas de savoir qui a raison ou qui a tort, parce que vous n’aurez probablement jamais la réponse. Ne perdez pas votre temps à essayer de répondre aux questions sur la vie après la mort, mais vivez simplement votre vie. Tout ce que vous avez à faire est d’accepter le fait que la mort pour ce qu’elle est : une partie de la vie.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.