Publicité
guerre

Que se passerait-il si la France subissait une attaque nucléaire ?

Au programme, et sans surprise, beaucoup plus de morts qu'au temps de la Guerre froide. Et un pays entièrement ravagé.

par Arnaud Pagès
29 Novembre 2018, 8:17am

© Jack Guez / AFP

La plupart des gens pensent - et c'était encore mon cas il y a peu - que les risques de déclenchement d'un conflit nucléaire se sont estompés, voire même effacés, au tout début des années 90, lorsque la Guerre Froide a pris fin. Mais dans un monde globalement instable, secoué par des crises économiques récurrentes, et qui voit la montée en puissance des régimes autoritaires, en Europe et tout récemment en Amérique du Sud, menacer un peu plus son équilibre, le risque d'une apocalypse atomique n'est pas derrière nous. Il est bien réel. Et même encore plus élevé qu'avant.

Tout récemment, les crispations diplomatiques, accompagnées de multiples provocations et menaces, entre le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, l'ont même rendu encore un peu plus concret. Notre pays, comme tous les autres, peut donc être à tout moment la cible d'un bombardement nucléaire. Mais que se passerait-il réellement si la France était attaquée aujourd'hui, alors que la technologie militaire a énormément progressée ? Pour répondre à cette question, j'ai discuté avec Jean-Marie Collin, chercheur auGRIP (Groupe de Recherche et d'Information sur la Paix) et porte-arole de l'ICAN France (International Campaign to Abolish Nuclear weapons).

1541685923488-000_Par2415939
L'un des quatre sous-marins à armement nucléaire français. © Jérôme Hary / Marine Nationale / AFP

VICE : Bonjour Jean-Marie, par qui la France pourrait-elle être attaquée en 2018 ?
Jean-Marie Collin : Principalement par la Russie et la Chine. Notre force de dissuasion - la France possède 300 armes nucléaires - est centrée sur ces deux pays. Ce sont eux qui représentent la plus grande menace. Le risque d'une attaque semble minime pour la majorité de la population, mais pas pour les experts. Du fait qu'il existe des armes nucléaires, la possibilité que notre pays soit un jour visé est bien réelle. La France, comme les autres puissances atomiques, a en permanence ses systèmes d'armes en état d'alerte, avec des missiles prêts à être lancés dans les 20 minutes. En fait, le risque d'une guerre nucléaire est permanent.

La France possède pourtant des moyens de riposter qui devraient logiquement décourager toute tentative d'attaque ?
Nous avons des sous-marins lanceurs d'engins qui sont équipés chacun de 16 missiles nucléaires à ogives multiples. Ces sous-marins patrouillent dans les océans du monde entier sans que personne ne sache jamais ou ils sont. Sur ordre du président de la république, ils peuvent frapper n'importe quelle cible. Donc si un pays nous attaquait, il prendrait le risque d'être rayé de la carte. Le problème, c'est que la France se base uniquement sur cette doctrine de dissuasion pour assurer sa protection sans jamais se préparer au pire.

Nous sommes également protégés par notre dispositif anti-missiles !
Nous disposons en effet de missiles anti-missiles Aster 130 qui peuvent détruire une arme nucléaire en vol. Et nous pourrions, grâce à nos satellites, détecter une attaque en amont. Mais combien de temps aurions-nous pour réagir avant l'impact ? 5 minutes ? 10 minutes ? 15 minutes ? Le temps de décision serait beaucoup trop court. Si on considère le taux d'échec très important du dispositif américain anti-missiles Patriot, aujourd'hui le plus avancé, il s'avère qu'il est presque impossible de stopper une attaque.

Si nous étions bombardés, quel serait le scénario le plus probable ? Ce serait pire qu'au temps de la Guerre Froide ?
Ce serait apocalyptique. Un pays qui voudrait frapper la France s'attaquerait en toute logique à Paris en premier. Une seule bombe tuerait immédiatement des millions de personnes et en blesserait très grièvement des millions d'autres. La chaleur dégagée par l'explosion - plusieurs milliers de degrés - mettrait le feu à un grand nombre d'immeubles. Ce serait le chaos. Il n'y aurait plus aucune infrastructure en état de marche. Les communications seraient rompues, et le réseau électrique entièrement détruit. Les membres du gouvernement et de l'exécutif - si ils ne sont pas morts - seraient complètement dépassés.

Pour noircir encore le tableau, les victimes ne pourraient pas être secourues. Elles seraient livrées à elles-mêmes. A Hiroshima, aucun médecin n'a pu intervenir avant plusieurs semaines à cause des radiations. C'est un délai qu'il faudrait énormément allonger de nos jours. Les survivants ne pourraient recevoir aucune aide avant plusieurs mois, voire plusieurs années. Avec la puissance actuelle des bombes, bien supérieure à celles qui ont été lancées sur le Japon en 1945, il suffirait de 50 armes nucléaires pour que la France soit entièrement dévastée.

Il y aurait également des effets secondaires ?
Outre la contamination radioactive liée aux explosions, il y aurait très rapidement un gros problème avec les centrales nucléaires. Si vous avez une rupture de l'alimentation électrique au niveau national, cela met en danger les centrales, même si elles sont situées à 100 kilomètres du point d'impact de la bombe. Si les réacteurs ne sont plus alimentés, ils ne peuvent plus refroidir la fusion du combustible nucléaire. Ils vont alors s'emballer et provoquer une surcatastrophe radioactive avec à la clef une contamination encore plus massive.

Très rapidement également, il y aurait ce qu'on appelle un "hiver nucléaire". Lorsqu'elles explosent, les bombes pulvérisent le sol et les roches sur un rayon de plusieurs kilomètres et les ventilent en particules. Une explosion d'une puissance de 1 mégatonne peut créer jusqu'à 30 000 tonnes de poussières dans l'atmosphère. A cela, il faudrait ajouter la fumée en provenance des incendies généralisés déclenchés par les bombes. Un gigantesque nuage noir, composé de poussières et de débris radioactifs, commencerait à cacher le soleil peu de temps après l'attaque. Le pays serait rapidement plongé dans le noir.

Une attaque contre la France pourrait-elle provoquer une troisième guerre mondiale ?
Si il y a une guerre contre la France, ce serait en fait une guerre contre l'Europe car tous les États seraient touchés. L'embrasement serait inévitable. De leur côté, les Etats-Unis ne pourraient que contre-attaquer eux aussi pour ne pas risquer d'être anéantis, et les russes feraient inévitablement de même . Un conflit nucléaire localisé ne peut qu'aboutir à une guerre mondiale. On estime qu'une telle guerre pourrait coûter la vie à 2 milliards de personnes dans les dix ans qui suivent son déclenchement à cause des famines généralisées provoquées par la contamination des récoltes et par l'hiver nucléaire. Mais il y aurait aussi les épidémies causées par les millions de cadavres qu'il n'aura pas été possible d'enterrer et les très nombreux cancers liées aux radiations. Tous ces phénomènes tueront massivement plusieurs années après la première explosion.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.