FYI.

This story is over 5 years old.

Vice Blog

MUSIQUE - ONEOHTRIX POINT NEVER A TROUVÉ SON NOM GRÂCE À GOOGLE

26.2.10

Daniel Lopatin est un gros geek qui fait de la musique électronique expérimentale fantastique pour gros geeks et qui serait devenu Prince si l'on vivait dans un monde imaginaire peuplé exclusivement de gros geeks. Comme ce n'est pas le cas, il reste chez lui et passe son temps à faire des morceaux dont les structures sont tellement complexes qu'ils n'intéressent que les gros geeks qui lisent Wire, postent sur Hipinion et dont l'activité sexuelle se résume à envoyer des textos aux filles qu'ils trouvent de toute façon trop bêtes pour sortir avec eux. Comme il vient de sortir deux albums fabuleux coup sur coup l'année dernière et qu'il s'apprête à venir en France, on est allés lui poser quelques questions. Lui aussi, il envoie des textos aux filles.

Vice: Comme seulement un petit comité de vingt nerds qui lisent la rubrique Circuit Electric de ce magazine sont au courant de ton existence en France, tu pourrais nous dire qui tu es, Oneohtrix Point Never ?

Oneohtrix Point Never: Je m'appelle Daniel Lopatin, j'ai 27 ans et j'habite Brooklyn, à New York. Je suis musicien, j'écris, et je fais aussi de la vidéo. Quand j'avais 15 ans, j'ai vu le film La Haine, et c'est à cause de ça que pendant les dix années qui ont suivi j'ai pensé que tous les français ressemblaient à KRS-One. C'est aussi à cause de ça que j'envie énormément la culture française.

Publicité

L'année dernière, tu as sorti deux albums différents, un qui s'appelle Russian Mind et le dernier en date, Zones Without People. Mais en cherchant un peu, je me suis aperçu que tu avais sorti des tonnes d'autres trucs, des tapes, des split-singles, mais aussi un double album qui réuni les deux albums de 2009, Rifts. Comment tu fais pour faire autant de musique ?

C'est parce que je ne fais pas grand chose d'autre, en fait. Le mode de vie des jeunes new-yorkais ne m'a jamais vraiment séduit. Je me suis rendu compte qu'à chaque fois que je sortais de mon appartement, je dépensais au moins 20 dollars. Du coup, je ne sors jamais de chez moi. Je reste devant mon bureau et je m'occupe de mes projets d'art géniaux. Quand j'en ai assez, je mate Capricia à la télé ou j'envoie des textos à des filles. J'apprends à cuisiner, aussi. Je suis pas mauvais pour faire les oeufs brouillés aux avocats et aux champignons.

OK ouais, mais t'as pas peur de sortir trop de trucs à la fois ? Ça peut faire flipper les gens qui t'écoutent.

Si on veut ouais, mais il existe une raison pour laquelle j'ai sorti tant de trucs l'année dernière. Ce ne sera pas aussi fou en terme de quantité cette année.

Tu bosses vachement, quand même.

C'est le genre de trucs que je dis les jours où je dois pointer à l'ANPE.

Tu sors la plupart de tes projets sur des formats presque obsolètes, genre, des CD-Rs, des 45 tours et des cassettes audio. C'est parce que c'est plus facile à faire (D.I.Y., punkness, autoprod, ba bla bla…) ou est-ce que tu regrettes le temps où tous ces trucs étaient encore à l'ordre du jour ?

Publicité

Oui c'est pour le côté D.I.Y. du truc, bien que ce soit aussi parce que j'aime les jolis formats. Ce n'est pas complètement utilitaire, quoi. T'as vu les CD-Rs Upstairs ?

Ah non merde, pas encore vus.

Mec, on les a fait en « all-over » noir réflectif, comme sur les anciennes boîtes de Playstation.

Ah ouais, cool. J'ai vu que t'avais un autre blaze sous lequel tu sors encore d'autres projets, KGB MAN. Tu sembles pas mal t'intéresser à la culture russe, aussi.

Déjà, il faut savoir que mes deux parents sont russes, donc je baigne là dedans « génétiquement », je dirais. Le nom KGB MAN m'est apparu quand j'essayais de me rappeler du nom de l'acteur qui jouait le Colonel Chaiko dans White Nights. J'ai fait une recherche Google "white nights kgb man" et j'ai trouvé ça vaguement comique, du coup je l'ai gardé et j'ai décidé de devenir lui. Par ailleurs, le nom de l'acteur est Jerzy Skolimovski et il est plutôt bon dans le film.

Toute l'esthétique que tu développes (aussi bien musicale que visuelle) se rapproche vachement de celle des albums de space-disco pour cokeheads moustachus de la fin des années 1970. Qu'est-ce qui te plaît dans cette période ?

C'est tout particulièrement vrai pour les sessions que j'ai utilisées pour Rifts. C'était une période géniale pour la e-music ; rien n'était transparent, la technologie servait encore à développer une image fantaisiste du futur… mais dans le sens populiste du terme. C'est aussi le moment où la musique électronique a cessé d'être la propriété exclusive de l'avant-garde. Elle s'est retrouvée dans tous les secteurs de la société. Ce que l'on appelle la MPM, la musique psychédélique mécanisée, n'a jamais été aussi pertinente qu'aujourd'hui. La créativité de cette époque a eu un impact énorme sur ma génération, c'est évident. Nous nous tenons sur les épaules des géants d'avant. Mais si tu n'arrives pas à réinventer ou à créer d'autres choses à partir des accomplissements du passé, alors tu n'es juste qu'un cover band.

Publicité

D'ailleurs, tu es tellement fasciné par cette période que tu as crée ton propre Tumblr, Skulltheft, dans lequel tu montres ton impressionnante collection d'images de publicités pour les ordinateurs première génération et les posters de heavy metal rétrofuturistes.

Ouais, mais depuis quelque temps, je suis plus intéressé par les palmiers et la bave des animaux. Je suis même le premier mec sur internet à avoir posté une image de bave animale et une de palmier l'une à côté de l'autre.

Récemment, lorsque j'ai dû décrire la musique que tu fais à un ami, je n'ai pas su quoi dire. C'est de l'electronica ? Du drone ? Un genre de synth-pop à la Tangerine Dream en encore moins dansant ? Bref, j'étais bien emmerdé.

Je ne sais pas vraiment mais je pense que ça veut dire que je fais quelque chose de bien. Dans ma grande tristesse de n'être que le cover band de Return to Forever, j'ai inventé ce nouveau genre de musique que j'appelle SDM, pour solo devotional music.

Pourrais-tu me dire ce qu'est le projet « Upstairs » ? Des potes à toi ? Un genre de collectif artistique plus ou moins flou ?

La plupart sont des amis, même si des fois je m'aperçois qu'ils sortent des projets de mec dont je n'ai jamais entendu parler mais qui font de la musique géniale, comme ces mecs qui s'appellent Innercity. Je crois que t'as raison : c'est un collectif artistique plus ou moins flou. Mais on ne connecte presque que sur internet, et très peu dans la vraie vie donc, bon, appelle ça comme tu veux.

Publicité

Tu comptes sortir combien d'albums cette année ?

Je dois sortir un album cet été, sur Mego. Pas mal de remixs, aussi… pour Blondes, Gonjasufi et Chateau Marmont. Avec un peu de chance, un CD-R Echo Jams bientôt, et aussi un nouveau truc sous KGB MAN. Et encore un autre projet qui s'appelle GAMES et qui ressemble à du Scritti Politti. Ou à peu près.

INTERVIEW : JULIEN MOREL

IMAGES : DANIEL LOPATIN

Oneohtrix Point Never jouera le 13 Mars à Montreuil aux Instants Chavirés avec No Fun Acid et Ningengoukaku.