Des nouvelles d'un peu partout

Quand le « certificat de virginité » peut vous éviter bien des problèmes

Même s'il n'est pas scientifiquement fiable, un test de virginité peut être crucial pour la sécurité d'une patiente.
11 avril 2016, 5:00am

Photo : Arvida Byström

Cet article est extrait du numéro « Enflammé » de VICE

L'automne dernier, une chaîne de télévision suédoise a annoncé que trois médecins de différentes institutions médicales avaient entrepris des tests de virginité contre la volonté de leurs patientes et à la demande de leurs proches.

Si certains docteurs effectuent en effet le test, selon une étude de l'institut Karolinska qui impliquait 1 000 médecins, la majorité des professionnels de santé suédois se disent prêts à fournir un « certificat de virginité » même si leur patiente n'est plus vierge, et ce afin de la protéger. « Étant donné les circonstances, il est préférable d'avoir de l'empathie pour les patientes », explique Niels Lynöe, professeur d'éthique médicale et auteur de l'étude. Certifier la virginité d'une patiente peut être crucial pour sa sécurité.

Même s'il n'est pas scientifiquement fiable, un test de virginité est généralement effectué avant qu'une femme se marie. « Certains médecins sont même prêts à recoudre l'hymen de leurs patientes de sorte à ce qu'elles saignent le soir de leur nuit de noces », poursuit Lynöe.

Rester vierge jusqu'au mariage est un code d'honneur au Moyen-Orient et dans des pays comme la Serbie et la Slovénie. Si une femme ne passe pas le « test de la nuit de noces », elle risque de se faire répudier, ou pire. En Suède, on estime à 70 000 le nombre d'enfants et adolescents qui vivent dans cette culture de l'honneur.

« Ces femmes ne peuvent pas vraiment se référer aux droits de l'homme et demander une protection de la police car cela signifierait qu'elles doivent couper toute relation avec leurs proches – et la plupart des jeunes femmes ne sont pas prêtes à le faire, affirme Lynöe. Si un mensonge peut aider une femme, alors on peut comprendre pourquoi il est difficile pour un médecin de dire non », conclut-il.