Publicité
Stuff

Les Gitans et la « castagne »

Ces derniers jours, deux clans ennemis bien connus des services de police se sont livré une guerre sans merci sur les réseaux sociaux.

par Glenn Cloarec
15 Mai 2015, 10:10am

Les Lopez – représentés par leurs chefs de clan Djo et David – forment une famille comme qui dirait bien connue des services de police.

Ces derniers jours, les deux comparses qui se présentent comme « cousins » et que tout oppose n'ont cessé de s'illustrer sur les réseaux sociaux en compagnie de leurs proches, à grand renfort de provocations, de cris bestiaux et d'armes de poing.

Si la date de la discorde entre les deux hommes – l'un de Clermont-Ferrand dans le « 63 » (Puy-de-Dôme) et l'autre de Cosne-Cours-sur-Loire dans le « 58 » (Nièvre) – semble remonter à 2012, son objet reste quelque peu flou.

David Lopez devant sa caravane, photo via YouTube

À l'époque, Djo – de son vrai nom Christophe – venait d'être condamné en compagnie de son petit-frère Christian à six ans de prison ferme pour détention d'armes et blessures par balles. Cinq ans auparavant, une fusillade avait éclaté à proximité de l'autoroute A9, au niveau de Nîmes, entre le clan Lopez et les Debord, une famille gitane rivale. Selon le Midi Libre, alors que les premiers canardaient les deux voitures des seconds, Marie-France, coiffeuse et mère de famille qui se trouvait au volant de son véhicule, s'est pris une balle perdue au niveau de l'épaule.

Lors du procès, en 2012, Christophe « Djo » Lopez, lui aussi sérieusement blessé durant la rixe, avait admis être l'auteur du coup de feu qui a atteint la pauvre femme.

« Ces gens-là font peur. Ils ont des armes. Mieux vaut leur tirer dessus », avait expliqué au juge l'un des prévenus Debord. « On a agi comme des enfants dans une cour d'’école. Mais maintenant, on ne veut plus d’'histoires », avait déclaré son frère.

Peu après cette condamnation et pour une raison encore inconnue, David Lopez, présumé cousin de Djo, a commencé à s'en prendre publiquement à son homonyme sur YouTube.

Dans une vidéo où il apparaît avec sa femme – qu'on pourrait confondre avec Zezette du Père Noël est une ordure – et où il ne cesse d'invoquer « ses morts et la calotte de ses morts », l'homme au style mi-viking mi-djihadiste explique avoir « pris et enculé » l'épouse de Djo. Faisant face à sa caravane, il jure ensuite que ce dernier et ses sbires « finiraient par payer » à l'occasion de la « fin du monde ». Le court film se terminait sur une phrase alors encore énigmatique pour tout outsider de la communauté gitane : « Lopez de Clermont-Ferrand sa vo rien ».

Si Djo et Christian se trouvaient désormais sous les verrous, la famille Lopez de Clermont n'a cessé de faire parler d'elle. En avril 2013, le journal local La Montagne faisait état d'une vidéo intitulée « Lopez de Clermont-Ferrand 63 » publiée sur YouTube. Durant 43 secondes, on pouvait y voir de jeunes gitans taper contre un sac de frappes, avant de tirer – semble-t-il à balles réelles – en l'air. « On est armés jusqu'au bout », jugeait bon de préciser un dénommé Rocco, avant d'être interrompu par un compagnon tout aussi jovial affirmant que « ceux qui [venaient] dans le 63 [se faisaient] enculer leur mère ».

Quelques mois plus tard, le rappeur Henock Cortes dédicaçait son nouveau morceau « Calibre 12 » aux Lopez, famille qui, de son propre aveu, détient « le record des mâchoires cassées ».

Sorti apparemment il y a peu de prison, Djo, aujourd'hui âgé de 45 ans, est – enfin – apparu à la vue de tous de sorte à répondre à la vieille vidéo de son « cousin » David. Avec un accent mi-clermontois mi-gitan, l'homme, en compagnie de celui qu'on suppose être le fameux Christian et de quatre autres « frères », explique torse nu sur un chemin de campagne la raison pour laquelle David aurait fait une vidéo l'incriminant – ce dernier aurait pris une « volée » et l'aurait très mal digérée. « J'ai pris des coups et des balles, ce n'est pas une tapette qui a abandonné sa femme et ses enfants comme une salope qui va m'impressionner », explique le gitan du 63. « Avec les bagues ou sans les bagues, chez nous c'est la castagne », argumente quant à lui Christian, quelques instants avant que toute la troupe ne conclut le spectacle dans une orgie de cris dithyrambiques, d'insultes, de gonflages de muscles et d'un mémorable « Tous des PD ici, un par un on vous encule ! ».

Peu après, David répondait avec grande fureur aux accusations portées à son encontre. « Tu dis à tout le monde dans la vidéo que tu m'as pris en tête à tête ! Ce que t'oublies frère, c'est que moi je t'ai carotté devant tes frères et sœurs ! Mis en miettes en deux minutes ! [...] J'ai enculé ta femme par-dessus le marché ! » Visiblement au bout du rouleau, l'homme affirme finalement « vouloir en finir » et propose à son ennemi de lui donner rendez-vous « moitié route ». « Amène ta clique de PD, tes petites chiennes, moi je viens tout seul ! [...] Sur mon père, je t'ai mis KO ! KO ! J'en veux Djo, sur mes morts j'en veux ! Donne-moi rendez-vous », clôt-il avec rage et passion, le tout en sautillant devant sa corde à linge.

Quelques heures plus tard – mercredi dernier –, l'ogre s'illustrait de nouveau, cette fois lui aussi accompagné de quatre compagnons d'infortune et de deux fusils de chasse. Telle une compagnie de gorilles enragés, l'escouade crie à pleins poumons la suprématie des Lopez du 58 sur ceux du 63 tandis que son chef renouvelle ses velléités anales sur la personne de Djo et de ses acolytes.

Après près de 48 heures sans nouvelles des deux compères, espérons que la suite de cette saga gitane nous dira finalement lequel des deux clans « enculera ses morts et la calotte de ses morts » à l'issue d'un combat que les internautes de la communauté des gens du voyage décrivent d'ores et déjà comme le « plus attendu » de l'année.

UPDATE - 17 mai : Ce dimanche, les « Lopez du 36 » ont eux aussi souhaité faire parler d'eux en postant une vidéo dans laquelle ils déploraient le manque de « castagne nette » dans le conflit actuel. Si la vidéo prête à sourire, on peut regretter son léger manque d'authenticité. Diverses parodies sont aussi apparues sur les réseaux sociaux.

Cet article sera mis à jour au fil des évènements.

Glenn n'a pas de caravane, mais il a Twitter.

Tagged:
clash
Vice Blog
Clermont-Ferrand
gitans
forains
manouches
David Lopez
Djo Lopez
Jo Lopez
58
63
Cosne-Cours-sur-Loire
Chez nous c'est la castagne
castagne
Henock Cortes
Christophe Lopez
Christian Lopez
Lopez du 63
Lopez du 58
Manouche familiz