« Il faut faire l'apologie du chômage »