La « mort de l’égo » est le trip psychédélique ultime