Quand les hackeurs français avaient leurs magazines spécialisés