J'ai photographié le « fleuve le plus sale du monde » pendant huit ans