Sexe

On a demandé à des jeunes échangistes à quoi ressemble leur vie sexuelle

Orgies respectueuses, types bourrés et donjons – des vingtenaires nous parlent de leur quotidien.
06 September 2018, 7:16am
illustration partouze

Tout le monde – ou presque – aime le sexe. Sur le papier, avoir des relations sexuelles régulières avec plusieurs partenaires est une bonne chose. Étant impliqué depuis longtemps dans le vaste monde du libertinage et des fétichismes obscurs, j'ai eu l'occasion de voir de plus en plus de gens se joindre à moi au cours des dernières années – probablement sous l'influence combinée de 50 Shades of Grey et de Tinder.

Il y a quelques semaines, un homme s'est fait refouler d'une orgie – ce qui est plutôt normal, sachant que beaucoup de personnes essaient de s'incruster à nos soirées sans connaître les règles à respecter. Pour éclairer les néophytes, j'ai discuté avec plusieurs adeptes de l'échangisme, tous dans leur vingtaine. Ils m'ont raconté comment ils étaient devenus libertins, quelles étaient leurs soirées les plus mémorables – et pourquoi deux, trois ou quatre partenaires sont toujours mieux qu'un seul.

VICE : Comment es-tu devenue échangiste ?
Roisin, 22 ans : Ça m'intriguait depuis longtemps, et j'avais envie d'essayer. Ma dernière relation est partie en vrille parce que j'avais envie de tester toutes sortes de choses qui sortaient de l'ordinaire – ce que mon partenaire ne voulait pas me laisser faire. J'ai regardé un documentaire qui parlait d'orgies, et je lui ai demandé s'il voulait venir. Il a refusé. Après notre rupture, il y a environ deux ans, j'ai cherché « Londres orgies élite » sur Google et tout est parti de là.

Parle-moi un peu de ta première orgie.
C'était très différent de ce à quoi je m'attendais. C'était un événement privé et très sophistiqué, rempli de trentenaires arborant des costumes et des masques. J'y suis allée avec un type que j'avais rencontré sur Internet, et j'ai passé une bonne partie de la soirée à le regarder s'amuser avec d'autres gens. Quand j'ai fini par me joindre à lui, c'était incroyable. Je me rappelle avoir léché une fille tandis qu'un mec me sodomisait, sans que je sache qui c'était. C'était vraiment l'endroit parfait pour expérimenter en toute décontraction.

Peux-tu me parler de tes mauvaises expériences ?
Ma première soirée était clairement la meilleure, et je pense avoir désespérément essayé de retrouver ce sentiment de plénitude. J'ai été à des soirées où des gens se sentaient en droit de me faire ce que bon leur semblait – il faut savoir être ferme et dire non. Je suis jeune et je ne ressemble pas encore à un postérieur de cheval décati, donc ça arrive souvent que je sois la « fille trophée » lors de ces événements. De plus, beaucoup d'échangistes carburent à la drogue – ce n'est pas trop mon truc.

Quelles sont tes meilleures expériences, hormis ta première soirée ?
Mes meilleures expériences se sont déroulées dans la maison d'un particulier, avec des couples et des amis. Les gens avec qui je fais la fête ont tous la vingtaine – ce sont des étudiants avec qui je partage plus que mes tendances sexuelles. C'est beaucoup plus facile d'être détendue avec des gens comme ça.

Pourquoi aimes-tu l'échangisme ?
C'est très amusant, tout simplement. Et je ne suis pas une personne très excentrique en dehors de ça. J'imagine que c'est mon seul vice.

VICE : Quand es-tu devenu échangiste ?
Jay, 24 ans : Je sortais avec une femme plus vieille qui était intéressée par le libertinage, mais qui n'avait pas eu l'occasion de s'y adonner auparavant. Elle était bisexuelle et voulait vraiment essayer d'avoir des rapports avec d'autres femmes – ainsi que des hommes excessivement bien membrés. Ma première expérience fut d'aller dans un club échangiste avec elle.

Qu'est-ce qui t'attire dans l'échangisme ?
Je trouve que c'est un moyen d'agir en suivant son instinct et ses désirs les plus primitifs – sans être imprudent pour autant. Ça permet aux personnes en couple d'être honnêtes l'une envers l'autre, d'accepter le fait que l'on puisse être attiré par d'autres personnes.

Parle-moi un peu de tes meilleurs et pires souvenirs.
Ma meilleure soirée, c'était lors de la privatisation d'un petit hôtel. Il y avait sept couples, quelques filles célibataires, et des types charmants. C'est important lors d'une soirée échangiste : le désir réciproque donne naissance aux meilleures soirées.

Le pire s'est produit lors d'une soirée qui se tenait dans une maison. La plupart des couples se connaissaient déjà. La petitesse de la communauté échangiste explique cela. Sauf que certains invités sortaient ensemble auparavant, ce qui a engendré pas mal de tension.

En quoi l'échangisme affecte-t-il tes relations amoureuses ?
En fait, les personnes mal à l'aise avec l'échangisme sont jalouses très rapidement, ce qui est logique. Par conséquent, une personne jalouse ne pourra jamais accepter de prendre part à une orgie ou un plan à trois.

VICE : Salut les filles. Comment vous êtes-vous rencontrées ?
Jenny, 25 ans : Il y a un an, j'ai passé une soirée au Torture Garden avec un mec que je voyais de temps en temps. J'ai remarqué Fatima. Elle était très belle, et elle me semblait hors de portée, alors j'ai demandé au type qui m'accompagnait d'aller la voir.
Fatima, 25 ans : Il m'a approchée, et m'a emmenée jusque dans une chambre avec Jenny. On a couché ensemble puis Jenny et moi avons pris un Uber en bouffant une part de pizza. C'est devenu notre truc – la pizza post-coïtale.

Quelle est votre situation amoureuse en ce moment ?
F : Je suis dans une relation libre. Je me rends souvent dans des donjons, alors que mon mec est encore un néophyte. Cette idée de relation libre est assez nouvelle pour moi. Pour lui, c'est ce milieu qui est nouveau.

J : On peut dire que je suis dans une relation de dominant/dominée – ce qui n'est pas très romantique à dire. En fait, j'ai un « propriétaire » qui me donne des ordres.

Racontez-moi plus en détail votre dernière orgie.
J : La semaine dernière, Fatima et moi-même avons pris la direction de Berlin pour aller dans le club Insomnia, lors d'une soirée fétichiste et échangiste.

F : On m'a baisée sur une balançoire érotique. On voulait vraiment se faire maltraiter. On a fini par s'installer sur un lit, et des mecs nous ont fessées avec leur ceinture. Jenny m'a alors avoué qu'elle s'ennuyait. Tout le monde baisait, mais de manière très classique. Certains sex-toys étaient en libre accès, mais il s'agissait d'une soirée échangiste somme toute très basique.

Quel est votre pire souvenir d'orgie ?
F : Je suis certaine que Jenny a très mal vécu la nuit où nous nous sommes rencontrées.

J : J'étais hyper énervée. Un type m'a fait un cunnilingus sans me demander mon autorisation. J'en ai pleuré. Sinon, je ne me souviens pas d'une autre mauvaise expérience. J'ai adoré Killing Kittens.

F : Ouais ! Killing Kittens est une soirée échangiste classique. Des couples se mêlent. Une orgie, ça n'a rien de sexy. La plupart du temps, il s'agit de personnes bourrées qui baisent. Des pets de chatte surgissent, des alarmes se déclenchent, des types discutent le plus normalement du monde alors que des couples copulent à quelques mètres.

Pensez-vous que la pratique de l'échangisme est plus répandue aujourd'hui chez les jeunes ?
J : Oui, j'en suis persuadée. J'imagine qu'Internet joue un rôle prépondérant. Avant, l'échangisme était une pratique dissimulée. Aujourd'hui, n'importe qui va dans un club échangiste.

F : Plein de jeunes ont déjà participé à un plan à trois. Ma colocataire est une fille hyper rangée, mais elle a déjà baisé avec deux types en même temps.

Cet article a été publié sur VICE UK.