Le jour où le pilote a annoncé qu'il y avait une bombe dans l’avion

« Maman, tout va bien se passer ? On va arriver à Changi ? »

|
11 avril 2019, 1:59pm

Images : Unsplash

Le mardi 26 mars, le pilote du vol SQ423 de Singapore Airlines a informé les passagers de la présence d’une bombe à bord de l'appareil. Après avoir été escorté par des avions militaires, l'avion a atterri en toute sécurité à l'aéroport de Changi à Singapour. Une analyse de l'avion a montré qu'aucun objet suspect n'était à bord.

Un porte-parole de Singapore Airlines a déclaré à VICE : « Singapore Airlines confirme l'existence d'une menace concernant le SQ423 opérant de Mumbai à Singapour. L'avion est arrivé à Singapour le 26 mars 2019 vers 8 heures (heure locale). Il y avait 263 passagers à bord. Nous assistons les autorités dans leurs enquêtes et regrettons de ne pouvoir fournir plus de détails. »

VICE s'est entretenu avec Vijay Singh, un passager du vol SQ423, afin de savoir ce qui s'est exactement passé à bord.


Le soir du lundi 25 mars, j'étais sur un vol de nuit en provenance de Mumbai et à destination de Singapour. J'étais profondément endormi lorsque l'équipage a commencé à allumer les lumières, nous demandant de remonter nos sièges. Au moment où ils ont fait la deuxième annonce, j'étais complètement réveillé. Ils ont dit : « Mesdames et messieurs, il se pourrait qu’il y ait une bombe dans l'avion. Nous croyons à une fausse alerte, mais nous enquêtons toujours. Des F-16 vont nous escorter à l'aéroport. »

Tout à coup, un avion de combat F-16 est passé devant notre hublot. Puis un autre. Peu de temps après l'annonce, tout le monde s'est assis et a commencé à parler. Il y avait beaucoup de tension dans l'air, de nombreux froncements de sourcils, des gestes nerveux et un sentiment général de confusion et d'incertitude. Certains ont sorti leur téléphone et ont filmé les F-16 qui volaient à l'extérieur.

Mais les F-16 ne m'ont cependant pas rassuré. La vision d’un avion militaire a seulement confirmé que la situation s’aggravait et je n’ai même pas pensé à filmer la scène. Et si c'étaient mes derniers moments ?

Je me demandais ce que les F-16 allaient faire s'il y avait vraiment une bombe dans l'avion. Allaient-ils nous abattre pour protéger Singapour ? Pourquoi des avions militaires ? Pourquoi des F-16 ? En quoi pouvaient-ils nous aider ?

Je commençais à me demander si j’allais m'en sortir mort ou vivant. C'était comme dans un film catastrophe. Les gens bavardaient nerveusement. Les membres de l’équipage essayaient de garder leur sang-froid mais on pouvait voir l'inquiétude dans leurs yeux. Je pensais : « Qui va prendre soin de mes enfants si quelque chose arrive à cet avion ? » La perspective de la mort me regardait droit dans les yeux.

Une petite fille assise derrière moi a demandé à sa mère : « Maman, tout va bien se passer ? On va arriver à Changi ? » Pour la plupart des gens, il était difficile de se trouver dans un espace confiné et de se dire qu'il y avait une bombe dedans. Il n'y avait pas d'échappatoire. Nulle part où courir. On ne pouvait faire rien d’autre que de rester assis et d'espérer que tout irait bien. Les familles étaient paniquées. Tout le monde regardait par la fenêtre. Les avions militaires étaient vraiment proches.

« C’est bizarre de dire aux gens qu’il y a peut-être une bombe dans votre avion alors que vous n’en êtes pas sûr. Qu'est-ce qui justifiait une telle annonce ? Pourquoi effrayer tout le monde ? »

Il n'y avait pas de cris, mais je pouvais imaginer les pensées qui traversaient la tête des gens. Il y avait des couples, des parents avec leurs enfants, des groupes d'amis. Psychologiquement, c’était dur pour tout le monde.

La fillette derrière moi n’arrêtait pas de demander à sa mère pourquoi il y avait des avions militaires à l'extérieur et sa mère essayait de la rassurer en lui disant que tout allait bien. Devant moi, il y avait un adolescent avec son père. Ils se demandaient s'ils avaient bien entendu l'annonce. Ils doutaient de ce qu'ils avaient entendu. Le garçon rassurait son père en lui rappelant que l'annonce disait que c'était probablement une fausse alerte et qu'il n'y avait pas vraiment de bombe.

Le pilote n'a fait aucune autre annonce, ce qui était étrange. En ce qui concerne les conditions météorologiques, les pilotes donnent des mises à jour toutes les 10 minutes. Dans ce cas, il s’agissait d’une alerte à la bombe et on ne nous l’a dit qu’une fois, sans aucune mise à jour. Cela n'a pas aidé à calmer les nerfs à bord.

Les avions ont disparu dès notre arrivée au-dessus de Changi et nous avons atterri en toute sécurité. Ce fut un énorme soulagement de toucher enfin le sol. Mais nous n’avons pas été autorisés à sortir tout de suite. Sachant que nous avions atterri en toute sécurité, les gens ont commencé à relâcher leurs tensions. Des hommes se sont énervés sur les hôtesses, demandant à sortir de l’avion car ils avaient peur de rater leur correspondance. Nous avons dû passer un contrôle de sécurité supplémentaire lors du débarquement, mais rien d’autre n’a été dit à ce sujet. Je suis rentré chez moi, heureux de voir ma famille.

Une semaine après, ma peur a laissé place à la confusion et à la frustration. Personne n'en parle et Singapore Airlines n'a contacté aucun des passagers. Après tout, j’ai juste failli mourir dans leur avion. Rien de grave.

Je me demande pourquoi cette annonce a été faite. C’est bizarre de dire aux gens qu’il y a peut-être une bombe dans votre avion alors que vous n’en êtes pas sûr. Qu'est-ce qui justifiait une telle annonce ? Pourquoi effrayer tout le monde ? Ou est-il préférable que les passagers connaissent cette possibilité ?

Plus tard, des reportages ont annoncé que peu après le décollage de l'avion, quelqu'un avait appelé pour dire qu'il y avait une bombe dans l'avion. Mais ils n’ont fait cette annonce qu’une demi-heure avant l’atterrissage, ce qui n’a également aucun sens. Si la menace était bien réelle, n’aurait-il pas dû y avoir un atterrissage d’urgence ?

Et qu'en est-il de l'enfant et de la femme qui, présents dans l’avion, auraient été arrêtés à l’aéroport pour être interrogés ? Qui sont-ils ? Où sont-ils maintenant ? En quoi sont-ils liés à cette affaire ?

Une semaine après l’incident, je suis reconnaissant d’être en vie, mais j’attends toujours des réponses.

Ne ratez plus jamais rien : inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire et suivez VICE Belgique sur Instagram.

Cet article a été initialement publié sur VICE ASIA.

Plus de VICE
Chaînes de VICE