Santé

L'alcoolorexie : quand vous mangez moins pour boire plus

De nouvelles recherches suggèrent que les jeunes étudient de manière obsessionnelle ce qu'ils mangent et font plus de sport afin de se saouler plus vite et plus souvent.

par Gabby Bess
11 February 2019, 10:29am

Photo par Guille Faingold via Stocks

Le meilleur de VICE Belgique, tous les samedis dans votre boîte mail, c'est par ici.

Alice *, qui vit au Royaume-Uni, se souvient des conseils que sa sœur lui avait donnés avant sa première année d'université. « J'étais en convalescence après un trouble de l'alimentation et l'une des choses qui m'a le plus marqué, c'était que ma grande soeur m'avait parlé des kilos que je risquais de prendre avec l'alcool », déclare-t-elle dans un mail.

Sa sœur lui a recommandé de ne boire que de l'alcool fort avec des mix pour régime ne contenant pas beaucoup de calories. Alice est allée plus loin. « Avant les soirées, qui se passaient en moyenne quatre fois par semaine la première année, parfois même davantage, je ne mangeais que des Special K ou un autre bol de céréales hypocaloriques, sans lait. Je pensais que j'aurais à dépenser moins d’argent pour être bourrée, et comme c’est moins calorique, c’était win-win », dit-elle de façon désinvolte, ce qui est peut-être la seule façon de revenir sur quelque chose de stupide - et de potentiellement dangereux - que vous avez fait lors de vos jeunes années.

Le phénomène de l'alcoolorexie, ou restreindre l'apport en calories pour « faire de la place » aux boissons alcoolisées riches en glucides, a déjà fait la une des journaux. En 2008, les troubles alimentaires étaient évoquées, sourcils levés, dans la section Fashion & Style du New York Times, mais les preuves à cette époque n'étaient qu'anecdotiques, et certains ont qualifié cela d'over-hype, de mythe. Cependant, une nouvelle analyse de la Research Society on Alcoholism révèle que l'alcoolorexie est bien réelle - et fréquente chez les étudiants qui veulent soit minimiser leur prise de poids, soit être complètement fait après une petite bière, ou les deux. Les chercheurs soulèvent que ce comportement est étroitement lié à l'abus d'alcool et peut avoir des effets particulièrement négatifs sur la santé, bien que de nombreuses personnes qualifiées d'alcoolorexiques aient tendance à penser qu'il est raisonnable de gérer leurs calories pour compenser les excès liés aux fêtes.

« Nous savons que le risque accru de problèmes liés à la consommation d'alcool n'est pas seulement lié à la quantité ou la fréquence à laquelle boivent les étudiants, mais aussi à la façon dont ils boivent », a déclaré le Dr Dipali V. Rinker, professeur adjoint au département de psychologie de l'Université de Houston qui a travaillé sur l'étude. « Je voulais examiner la façon dont les étudiants se comportent avant, pendant et après avoir bu », a-t-elle déclaré.

Après avoir interrogé des étudiants en ligne et sur le campus, le Dr Rinker a constaté qu'il y avait de nombreux comportements complexes regardant la consommation d'alcool. « Les jeunes vont soit manger moins pour se saouler plus vite - évidemment, il y a une grande différence entre boire sur un estomac rempli ou boire à jeun ; soit restreindre leur alimentation pendant la journée [lorsqu'ils prévoient de boire plus tard]; soit consommer des boissons pauvres en calories pendant la soirée; ou compenser ces excès en ne s'alimentant pas du tout le lendemain ou en allant faire beaucoup de sport. Il existe également des comportements compensatoires de type boulimiques », a-t-elle déclaré.

Quand je suis allée au sport, j'ai eu l'impression de me donner la permission de boire ce soir-là.

Mélissa * a décrit ces méthodes dans la pratique. « Quand j'allais à la salle de sport, j'avais l'impression de me donner la permission de boire [plus tard] ce soir-là parce que j'aurais brûlé la plupart ou toutes les calories que j'allais ingérer », a-t-elle déclaré dans un mail. Mais si vous voulez des chiffres précis (les recherches du Dr Rinker sur le sujet n’ont pas encore été publiées), une étude publiée dans Australian Psychologist rapporte que 57,7% des étudiantes interrogées ont déclaré avoir compensé leur consommation d’alcool d'une façon ou d'une autre.

Le Dr Rinker a déclaré que les personnes alcoolorexiques finissent par boire plus et ont plus de problèmes liés à la consommation d'alcool que celles qui ne se livrent pas à des comportements de consommation compensatoires. Bien que cette confluence d’un trouble de l’alimentation et d’un problème d’alcool soit évidemment risquée, les personnes qui suivent un régime amaigrissant ne le réalisent pas souvent, a-t-elle déclaré.

« Le jeune qui pense qu'un étudiant typique boit [beaucoup] est plus susceptible de boire lui-même », a déclaré le Dr Rinker au sujet de la consommation problématique d'alcool en général. Il en va de même pour l'alcoolorexie, qui semble être une sorte de problème qui se perpétue. Bien que les comportements de consommation compensatoire soient « plus courants que ce à quoi je m'attendais », a déclaré le Dr Rinker, les étudiants pensent que leurs camarades le font encore plus souvent qu'ils ne le font réellement. Elle ajoute que les femmes ayant des antécédents de troubles alimentaires sont plus susceptibles de se livrer à de tels comportements.

Étonnamment, le simple fait d'informer les étudiants que leurs camarades ne sont pas tout le temps en train de boire peut aider à lutter contre la consommation d'alcool apocalyptique. « C'est l'idée que tout le monde le fait, alors je le fais, alors que ce n'est pas vraiment vrai. Nous avons constaté que lorsque nous signalons aux gens que la quantité réelle qu'un étudiant typique consomme est bien moindre que ce qu'ils boivent eux-même, ils réduisent leur consommation », a-t-elle déclaré. Ça pourrait être l'une des premières étapes dans la lutte contre l'alcoolorexie parmi la population étudiante. « Fournir des normes de consommation précises pourrait certainement être un gros pas en avant dans une intervention réellement utile.»

* Les noms ont été changés.

VICE Belgique est aussi sur Instagram.

Cet article a été initialement publié sur VICE US.