Culture

Faut-il casser les couilles de tout le monde avec votre #10yearChallenge ?

Vous n’êtes pas béni des dieux. Vous êtes comme tout le monde, l’Eau Précieuse a fait son taf et vous avez arrêté de suivre les conseils make-up du Jeune & Jolie.

par Marine Coutereel
17 January 2019, 10:28am

ahseeit.com 

Pour ne plus rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter de VICE Belgique.

Vous ne pouvez pas avoir surfé sur la toile cette semaine sans être tombé nez-à-nez avec des diptyques étranges en provenance de vos amis, enfin, disons, de vos contacts. Sur ceux-ci s’opposent bien souvent deux portraits du contact en question, le premier où il semble tout droit sorti d’ Hartley, coeurs à vif et le second qui n’est autre que la version actuelle (mais filtrée) de lui-même, c’est-à-dire ce petit avatar avec qui vous discutez de temps en temps sur les réseaux sociaux. Hashtag 10 year challenge.

L’envie de faire pareil a, je dois bien l’avouer, germé dans mon esprit. C’est amusant quand même ce truc, non ? Cela dit, je me suis forcée à résister. Je suis une adulte maintenant, me suis-je dit, plus une adolescente en quête d’approbation sociale. Enfin, même si mon Instagram qui regorge de selfies hurlant au besoin de validation me décrédibilise en deux secondes et qu'à une époque pas si lointaine je changeais de photo de profil Facebook tous les trois jours. À 29 ans, je devrais avoir assez confiance en moi pour ne pas avoir besoin de ce regard extérieur sur ma propre évolution physique tout de même, non ? Cinq heures de scroll plus tard, mes doutes et mes considérations morales se sont évaporées. Je n’ai plus qu’une seule envie, jeter mon téléphone par terre et assassiner sauvagement tous les êtres sur cette planète qui continuent à alimenter ce hashtag infernal.

Soyons honnête plus de sept secondes : on ne poste pas ce genre de chose uniquement sous le coup de la curiosité.

Premièrement, pour des raisons évidentes, Kate O’Neill, la directrice de KO Insights et auteure de Tech Humanists a annoncé récemment que toutes les données récoltées par ces deux simples images mises côte à côte pourraient s’avérer être très, très utiles pour les algorithmes de reconnaissance faciale après lesquels Facebook court depuis un bail. Visiblement ce charabia technique n'en n'a pas effrayé beaucoup.

Si vous continuez à penser que vos amis s’intéressent à ce à quoi vous ressembliez il y a dix ans, préparez-vous à être victime d’une lourde déception. Ils n’en ont rien à foutre. Personne n’en a d’ailleurs absolument rien à foutre.

Ce challenge, c’est tout simplement un moyen supplémentaire d’auto-glorification dans un environnement qui en compte déjà beaucoup trop. Si il y a dix ans, vous étiez gâté par la nature, vous aurez légitimement envie que les autres s’en rappellent encore un fois. Si vous étiez moche, n’oubliez pas que vous allez devoir revivre une fois de plus cette humiliation.

Soyons honnête plus de sept secondes (le temps de la story Instagram de Pauline) : on ne poste pas ce genre de chose uniquement sous le coup de la curiosité. Tout être normalement constitué sait encore très bien à quoi il ressemblait il y a dix ans. Autrement, ça voudrait dire que la personne n’a pas vécu sa propre vie, et c’est un problème somme toute assez sérieux à aller régler d’urgence sur un divan capitonné. Mais acceptons deux secondes la curiosité comme motivation première d’une telle démarche. Vous avez accolé les deux photos, vous avez vu le résultat. Pour des milliers de gens, l’histoire aurait très bien pu s’arrêter là, pour le bien-être d’une population entière. Mais non.

Il n’y a absolument aucun mérite à être plus attirant sur une photo de 2019 que sur celle où l’on est visiblement en pleine prise avec une puberté tenace.

Vous le partagez. Vous crevez d’envie d' interactions. De commentaires qui disent à quel point vous n’avez pas changé ou à quel point le vilain petit canard chétif s’est transformé en bête gracieuse et athlétique. Mais il n’y a absolument aucun mérite à être plus attirant sur une photo de 2019 que sur celle où l’on est visiblement en pleine prise avec une puberté tenace. Vous n’êtes pas béni des dieux. Vous êtes comme tout le monde, l’Eau Précieuse a bien fait son taf et vous avez arrêté de suivre les conseils make-up du Jeune & Jolie.

Qu’importe la photo trompeuse que vous aurez choisie, n’essayez pas de nous faire avaler que vous n’avez pas vieilli. Il n’y a que Pharell Williams (qui soit détient la pierre philosophale, soit se plonge tous les soirs dans un bain de formol) et les célébrités sur qui apparement les années n’auraient aucun impact. Leur secret ? Un jus de citron tous les matins et de bonnes vibes. Sérieusement, y a-t-il encore quelqu’un sur cette terre pour avaler ces conneries ?

Sans doute pas beaucoup plus que de gens qui s’intéressent à votre challenge, désolée. C’est un peu comme quand votre mère, au premier repas de famille avec votre nouveau mec, commence à sortir les albums photo du grenier. Vous entrez alors dans une hystérie familiale collective telle que vous ne remarquez même pas le malheureux qui n’en a rien à foutre opiner du chef devant les images de vous la zézette à l’air en train d’engouffrer des Nic Nacs. S’il a encore envie de vous baiser après ça, gardez le, c’est le bon. S’il a beaucoup plus envie que d’habitude, là, ça devient bizarre.

J’ai donc décidé de suivre le conseil du Dalaï Lama, « ne laissez pas le comportement des autres détruire votre paix intérieure », en tentant d’ignorer cette avalanche de diptyques, et de surtout ne pas y succomber. Car sérieusement, c’est déjà assez difficile d’observer chaque matin une nouvelle ride se creuser, mais si en plus chaque nouveau post nous fait replonger dans une période où l’insouciance dominait nos vies et nos relations, on ne sortira jamais de cette nostalgie écrasante. Laissez reposer le passé là où il est, morfondez-vous sur votre glorieuse adolescence si vous le voulez, mais n’obligez pas les autres à replonger avec vous.

Ah, et pour les engagés qui se pensent originaux, ça fait belle lurette qu’il a été prouvé que ces ours polaires faméliques étaient plus que probablement des hoax. Merci.

Suivez VICE Belgique sur Instagram.