Publicité
sexe

Le fétichisme sexuel des bulles d’Air Max existe pour de vrai

Ces adorateurs de sneakers détruisent des pompes pour atteindre la félicité.

par Matt Saincome
12 October 2018, 2:11pm

Les collectionneurs de sneakers font partie des collectionneurs les plus passionnés au monde. Le coût de ces chaussures, leur disponibilité limitée et leur qualité ont engendré des meurtres, des émeutes et des files d'attente absurdes depuis les années 1990. Pour certains, ce fanatisme intense s'est transformé en fétichisme sexuel qui consiste à détruire des sneakers. Apparemment, il existe un nombre inifi de méthodes pour détruire des baskets indécemment chères afin de ressentir un certain plaisir.

Au sein de la communauté des destructeurs de sneakers, il existe un groupe de personnes qui s'excite devant des vidéos de gens qui éclatent les bulles d'air de leurs Air Max. Ces vidéos, que l'on trouve principalement sur YouTube, commencent toutes différemment mais se terminent toujours de la même manière – un objet coupant crève la bulle d'air. La vision d'un couteau de chasse, d'une lame de rasoir ou d'une perceuse électrique qui s'approche dangereusement de la bulle, objet du désir, donne des vidéos étranges et curieusement plaisantes. J'ai montré les vidéos à trois experts du fétichisme – aucun d'entre eux n'avait entendu parler de ce phénomène avant.

Dr. Gloria Brame est une spécialiste de tout ce qui est un peu pervers et loufoque. Elle est sexologue privée depuis 14 ans à San Francisco. Elle m'a expliqué que « la destruction de biens est un phénomène récent. S'en prendre à des chaussures, c'est faire du mal pour faire du mal. C'est excitant, dangereux et c'est le signe d'une forte colère ».

Brame explique que le fétichisme évolue en fonction de la culture. À une époque, il y avait des fétichistes des chapeaux bicornes (comme celui que portait Napoléon). La destruction de chaussures est un fétichisme contemporain. D'après Brame, il est représentatif de notre culture qui est devenue plus violente. Il est amusant de partager des vidéos en ligne car c'est un moyen de faire partie de ce que Brame appelle « une fraternité de la bizarrerie ».

Plus j'explorais les forums et les sites dédiés à ce genre de vidéos, plus ce que je voyais devenait bizarre. J'ai décidé de contacter Ginnasio, un destructeur de chaussures particulièrement expérimenté, pour comprendre pourquoi il prenait son pied en bousillant des baskets.

VICE : Pourrais-tu expliquer ce que tu ressens lorsque tu lacères une chaussure toute neuve avec un couteau ?
Ginnasio :
Il est difficile de décrire cette sensation. Parfois, je n'arrive pas à résister à l'envie de le faire, sans raison. Ça m'arrive surtout avec des modèles de sneakers qui sont très connus et tendances. J'ai fait essayer cette pratique à des gens de mon entourage. Certains ont bien aimé ; d'autres ont trouvé ça stupide.

À quel moment as-tu réalisé que tu étais attiré par le fait de détruire des chaussures ? Es-tu attiré sexuellement par les chaussures en général ou seulement par leur destruction ?
J'avais 13 ou 14 ans la première fois que j'ai touché à mes sneakers. Ça m'a amusé, j'ai décidé de continuer. J'aime les sneakers en général, mais seulement quand elles sont défoncées.

Quelle est ta manière préférée de détruire des chaussures ?
Je préfère les abîmer juste assez pour qu'on puisse encore les porter – en faisant des trous et des petites entailles. J'aime bien nager et marcher avec sur des terrains très boueux.

Que est le lien entre la natation, la randonnée et la destruction de chaussures ?
Je ne sais pas pourquoi, mais détruire des chaussures et nager tout habillé, c'est souvent lié. La plupart des gens font les deux.

Détruire une paire de sneakers particulièrement prisée te donne-t-il davantage de plaisir sexuel ?
Oui, probablement. Et puis les publicités de grandes chaînes comme Foot Locker représentent les baskets comme si elles constituaient un mode de vie. On a presque l'impression qu'elle font partie intégrantes du corps. Les publicités Converse montrent toujours des chaussures sales ou abîmées. Ces marques connaissent bien le marché, elles visent cette facette importante de l'humanité.

Combien de chaussures penses-tu détruire chaque année ? Est-ce que tu te ruines à cause de ton fétichisme ?
Je détruis huit à dix paires par an. Mais je les porte pendant des mois après les avoir abîmées, avant de les détruire complètement. Je dépense 1000 dollars en chaussures par an, mais je récupère environ un tiers de mon argent grâce au site EverythingMustDie.com.

Ils te payent pour que tu détruises des chaussures ?
Ils me donnent de l'argent en échange de mes vidéos et les hébergent. D'autres payent le site pour pouvoir les regarder.

Peux-tu me parler de la communauté des destructeurs de chaussures sur YouTube ? Est-ce que vous vous envoyez parfois des chaussures à détruire ?
Oui, parfois. Des gens m'ont demandé de défoncer leurs chaussures pour eux et vice versa. Quand j'ai réalisé qu'il y avait de nombreuses personnes qui partageaient mon hobby à travers le monde, j'étais ravi. J'avais toujours pensé que j'étais le seul. Mais il y a des tas de « destructeurs » qui viennent de pays différents. En revanche, je n'ai jamais rencontré de destructeur de chaussures en personne.

As-tu déjà eu une expérience sexuelle qui combinait la destruction de chaussures à un rapport sexuel traditionnel ?
J'ai eu une expérience sexuelle après la destruction complète de toutes mes affaires, dont mes chaussures. J'ai détruit des choses que je venais d'acheter : un jean blanc, un T-shirt, des chaussettes, des caleçons.

As-tu d'autres préférences sexuelles intéressantes ?
Non, je suis célibataire et hétéro. Mais i on prend en compte mon fétichisme, j'ai également eu des expériences gays.

J'ai entendu dire que c'est une activité surtout répandue chez les hommes gays ; c'est vrai ?
Pas du tout. Ceux qui la pratiquent ont des orientations sexuelles variées, comme partout. Ils sont hétéros, homos ou bisexuels.

Peux-tu éjaculer simplement en entaillant une chaussure ?
Oui, ça m'est arrivé.

Que penses-tu de tous ces commentaires négatifs sur YouTube ?
Ils font partie du jeu et je les accepte – du moment qu'ils sont constructifs et qu'ils ne se limitent pas à des insultes. Et puis, le site qui publie mes vidéos donne une petite partie des fonds qu'il récolte à des œuvres caritatives.

Quels sont les préjugés des gens sur la destruction de chaussures ?
Ils concernent souvent les dépenses inutiles que l'on fait. Je mène une vie tout à fait normale, comme la plupart des destructeurs de chaussures. C'est un hobby étrange, mais ce n'est pas représentatif d'un mode de vie particulier.

Considères-tu cela comme un hobby ou comme du fétichisme ?
Je ne suis pas un fétichiste des pieds. Certains d'entre nous le sont, et ils me demandent de tourner mes vidéos pieds nus. Mais ce que j'aime c'est simplement de défoncer mes chaussures.

Penses-tu que ton attirance pour les chaussures a un quelconque lien avec ton enfance ?
Non. Comme beaucoup d'enfants, j'aimais salir mes chaussures dans des flaques d'eau ou dans la boue. La seule différence, c'est que j'aime toujours le faire.

Suivez maintenant VICE Belgique sur Instagram, Twitter et Flipboard.