alcool

Pourquoi il ne faut jamais aller pisser après la premiere bière

La première règle du Bière Club est : retiens-toi le plus longtemps possible, ou tu es mort. Pourquoi ? C'est une histoire de science.

par Iris Bouwmeester
28 May 2018, 12:25pm

Quiconque aime la bière connaît la première règle du Bière Club : ne jamais aller pisser après la première bière. Si par malheur vous êtes assez naïf pour céder aussi vite, vous pouvez être certain que vous passerez une bonne partie de la soirée aux toilettes du bar, comme si le barrage des Trois Gorges venait de céder dans votre vessie. La légende veut que celui qui parvient à tenir au moins deux heures avant sa première vidange ne soit pas frappé par ce mal mystérieux. Ce qui soulève évidemment une question ô combien fondamentale : est-ce que c’est vrai, cette histoire ?

Rappelons d’abord un principe de base : si tu bois de la bière, alors tu devras la pisser. C’est assez logique : tu aimes la bière, donc tu sors en boire une, mais en fait tu n’en bois pas qu’une, et comme tu en as bu plein ton corps produit plus d’urine que d’habitude, qu’il faut bien évacuer à un moment donné. Là où ça se complique, c’est que si tu avais bu la même quantité d’eau, ton envie de pisser ne serait pas si pressante. Pourquoi ?

Voici l’explication : l’absorption d’alcool entraîne la suppression temporaire d’une hormone anti-diurétique (l’ADH). L’ADH fait en sorte que le corps retienne plus longtemps certains fluides afin d’en extraire le plus de substances utiles possible. C’est une fonction capitale, étant donné que notre corps filtre environ 180 litres de liquide (de l’urine en puissance, donc) chaque jour. Le fait que nous n’en expulsions que 1,5 ou 2 litres par jour en dit long sur le rôle de l’ADH, qui permet à cette urine excessive d’être réabsorbée par le corps.

Autrement dit, quand l’ADH disparaît, les liquides sont moins bien recyclés, et la quantité d’urine qui parvient dans la vessie augmente. Mais il faut un peu de temps à l’alcool pour avoir un véritable effet sur l’ADH, ce qui explique que l’on soit souvent pris par une envie soudaine de faire pipi après deux verres.

Par ailleurs, les boissons gazeuses augmentent la pression sur la vessie. L’acide carbonique entraîne une hyperactivité de la vessie, et il est souvent associé à l’incontinence. Le fait que le vin donne moins envie de pisser que la bière s’explique simplement par le fait que le vin contient moins d’acide carbonique.

Les effets contradictoires de l’ADH et de l’acide carbonique expliquent donc pourquoi boire plus de bière fait pisser davantage, mais ils n’expliquent pas pourquoi notre vessie semble incapable de retenir quoi que ce soit après le premier passage aux toilettes, alors que jusque-là tout allait bien.

Cette première visite à l’urinoir semble être un phénomène majeur, une sorte d’ouverture des écluses. Sur Internet, beaucoup de petits malins affirment doctement que c’est un mythe et que seuls ceux qui possèdent une vessie « de faible » en sont affectés, mais il semble bien qu’il y ait en fait une explication scientifique.

Quand nous ne faisons pas pipi pendant un certain temps, nous n’en souffrons pas particulièrement ; à vrai dire, nos tissus perdent en sensibilité et s’habituent à la sensation, un peu comme, à cet instant précis, vous n’avez sans doute pas vraiment conscience que votre peau est en contact avec vos vêtements. Si on ne fait pas pipi pendant un certain temps, on n’en ressent donc pas le besoin pressant puisque notre vessie ne nous ennuie pas trop. Mais après le premier passage aux toilettes, le cerveau se réhabitue à la sensation d’une vessie vide, et saura nous le rappeler dès qu’elle sera à nouveau pleine.

Autrement dit, c’est une histoire vraie : boire de l’alcool donne plus envie de faire pipi. Tôt ou tard, il faudra donc bien aller aux toilettes, et après la première fois, ne comptez pas sur votre vessie pour vous laisser tranquille.

Ne ratez plus jamais rien : inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire et suivez VICE Belgique sur Instagram.