Publicité
Psycho

Pourquoi détestons-nous autant voir des couples s’embrasser ?

Votre niveau de tolérance aux démonstrations d’affection en public pourrait être lié à votre personnalité.

par Misha Gajewski; traduit par Sandra Proutry-Skrzypek
17 January 2019, 1:29pm

Simon Nentwich / EyeEm/Getty Images

Pour ne plus rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter de VICE Belgique.

Vous patientez à l’arrêt de bus. À côté de vous, un couple se frotte de manière très suggestive. Vous détournez le regard, mais vous entendez toujours le bruit de leurs lèvres qui claquent et de leurs langues qui tournoient. Votre corps se tord de répulsion. Vous êtes complètement dégoûté.

Tout en essayant de ne pas régurgiter votre déjeuner, vous vous demandez pourquoi cette démonstration d'affection vous gêne autant que de surprendre vos parents en train de baiser. Êtes-vous trop prude ? Ou êtes-vous simplement un célibataire aigri, incapable de se réjouir du bonheur des autres ?

Premièrement, ce n’est pas que vous, mais ce n’est pas tout le monde non plus. Les gens réagissent de manière très différente aux démonstrations d’affection en public, explique Karen Blair, professeure de psychologie à l’Université Saint-Francis-Xavier et directrice du KLB Research Lab. « Certaines personnes trouvent ça mignon, d’autres trouvent ça dégoûtant, d’autres encore ne les remarquent même pas », dit-elle.

Il est à noter que les démonstrations d’affection en public sont un phénomène relativement nouveau. Le pelotage était autrefois une activité à huis clos. Le premier baiser à l’écran n’est apparu qu’en 1896 et ce n’est que depuis le XXe siècle que nous ne crions plus au scandale à la vue de deux personnes marchant dans la rue main dans la main. Avant les années 1900, les démonstrations d’affection en public étaient taboues, voire illégales (passibles d'amendes, de peines d'emprisonnement et, dans certains cas extrêmes, de mort). Il se peut que ces débuts chastes continuent d’influencer nos pensées et nos comportements modernes.

À titre d’exemple, il existe au moins un sondage mené auprès d'étudiants universitaires sur l'éthique du travail et la perception des normes sexuelles. Il a révélé que les valeurs traditionnelles puritaines en matière de travail et de sexe influencent encore les mentalités aujourd'hui. Le contexte y est aussi pour beaucoup, selon Blair. Les gens ont tendance à accepter plus volontiers ces démonstrations d’affection lorsqu’elles se font dans les cadres appropriés. Elle explique que nous les tolérons mieux dans des endroits où les gens se disent souvent bonjour ou au revoir.

« Les démonstrations d’affection ne manquent pas dans les aéroports. En fait, elles y sont beaucoup plus fréquentes que partout ailleurs et ne semblent pas susciter de réaction négative chez les gens. Dans ces situations, les gens s’identifient au processus consistant à accueillir ou faire ses adieux à un être cher », poursuit-elle.

Comme l'a écrit Charles Hill, professeur de psychologie au Whittier College, dans un article paru dans le New York Times dans les années 1980, l'une des raisons pour lesquelles les démonstrations d’affection sont moins acceptables dans des endroits où ce n'est pas la norme est qu'elles obligent les gens à devenir des spectateurs involontaires.

Une étude de 2014 a révélé que 95 % des participants hétérosexuels étaient à l'aise en voyant un couple hétérosexuel s'embrasser sur la joue, mais que seulement 55 % d’entre eux l’étaient en voyant un couple gay s’embrasser sur la joue. Une autre étude, menée par Blair et ses collègues, a révélé que les hommes qui avaient plus de préjugés envers les homosexuels étaient plus susceptibles de qualifier de « dégoûtantes » les démonstrations affectives entre hommes.

« Nous avons également constaté que ces mêmes hommes ayant des antécédents de comportement agressif étaient plus susceptibles de montrer des expressions faciales de mépris en réponse aux images de deux hommes qui s’embrassent », ajoute Blair. Cela pourrait expliquer pourquoi les couples de même sexe sont moins susceptibles de manifester leur affection en public.

Cependant, même sans prendre en compte les influences socioculturelles ou les tendances homophobes/racistes, votre façon de réagir aux démonstrations publiques d'affection a beaucoup à voir avec votre personnalité. Comme l'explique Gwendolyn Seidman, professeur de psychologie à l'Université Albright, chacun de nous a un niveau de tolérance personnel au dégoût.

« Les gens diffèrent par leur degré de sensibilité au dégoût, c'est-à-dire la mesure dans laquelle vous trouvez différents types de choses dégoûtantes », dit-elle. En d’autres termes, si vous êtes dégoûté par une chose – comme les fluides corporels –, vous êtes plus susceptible d’être dégoûté par d’autres choses, comme les insectes ou les aliments avariés. « Ainsi, les personnes ayant une sensibilité accrue au dégoût peuvent trouver les démonstrations d’affection en public particulièrement désagréables. »

« Si vous êtes du genre à ne jamais embrasser votre partenaire à l’arrêt de bus, vous allez plus facilement juger ceux qui le font »

Pendant ce temps, Blair suggère que votre type d'attachement personnel – votre façon de réagir dans les relations – peut aussi avoir un rapport avec ce que vous pensez des démonstrations d'affection en public. « Bien que notre type d'attachement soit lié à ce que nous ressentons vis-à-vis de nos relations personnelles, il peut également influer sur la façon dont nous voyons les relations des autres », explique-t-elle. Par conséquent, ajoute-t-elle, si vous êtes une personne peu communicative, vous êtes moins susceptible de réagir positivement aux démonstrations d'affection des autres couples, peut-être parce que vous les considérez comme inutiles ou « exagérées ».

Seidman ajoute que la façon dont vous vous envisagez dans une situation similaire peut influencer ce que vous pensez des démonstrations d'affection en public. « Les gens ont tendance à s'utiliser eux-mêmes comme point de comparaison avec d'autres personnes, dit-elle. Ils jugent les autres en fonction d'eux-mêmes. » En d’autres termes, si vous êtes du genre à ne jamais embrasser votre partenaire à l’arrêt de bus, vous allez plus facilement juger ceux qui le font.

« Il semble qu'il y ait trop de démonstrations d’affection en public », déclare Lydia Emery, étudiante en psychologie à l’université Northwestern. Au cours de ses recherches, Emery a découvert que les gens qui ont tendance à s’épancher sur leur relation amoureuse dans leurs posts Facebook sont considérés comme désagréables. La même chose pourrait s’appliquer aux couples qui s’embrassent passionnément en public, mais des recherches supplémentaires sont nécessaires afin de déterminer si l’aversion pour ces posts Facebook s’applique également aux manifestations d’affection excessives dans la réalité.


Regardez aussi : L'empire de l'édition érotique


Pour ce qui est des raisons pour lesquelles les gens sont si prompts à haïr les démonstrations d’affection en public, Emery émet l'hypothèse que cela pourrait être dû au fait que les gens peuvent comprendre les motivations du couple. Les gens manifestent publiquement de l'affection pour plusieurs raisons, mais selon une étude de l'université du Kansas réalisée sur 349 étudiants, la raison numéro un est « d’améliorer leur image ou leur statut pour montrer qu’ils ont été capables de conquérir une personne en particulier. »

« Personne n’aime les gens qui se vantent », dit Seidman. Dans une autre étude, Emery a constaté que les personnes qui partagent le plus d’informations sur leur relation sont celles qui éprouvent des doutes quant aux sentiments de leur partenaire. Il est donc possible que les gens réagissent négativement à la fausseté de ces démonstrations d'affection, mais Emery souligne que de plus amples recherches sont nécessaires pour le déterminer.

Fait positif, il semble que le fait de détester les démonstrations d’affection en public n’a rien à voir avec l’état de vos relations personnelles. « Les célibataires et les personnes en couple semblent détester ça dans une même mesure », déclare Emery. Mais quel que soit votre avis sur le sujet, vous devez admettre que vous avez de la chance de vivre à une époque où les couples se sentent suffisamment à l'aise pour s'embrasser en public. Essayez simplement de ne pas vous asseoir à côté d’eux dans le bus. Et mettez peut-être des écouteurs.

Suivez VICE Belgique sur Instagram.

Cet article a été initialement publié sur Tonic US.