climat

Comment radicaliser vos parents face au réchauffement climatique

Il est possible de faire changer d’avis quelqu’un sur le climat – si vous êtes proche de lui.

par Shayla Love; illustrations Cathryn Virginia
22 August 2019, 10:42am

Illustration par Cathryn Virginia

Cette année, lors du dimanche de Pâques, Robert Possnett s’est fait arrêté à Londres pendant une manifestation avec Extinction Rebellion, un groupe qui utilise la désobéissance civile non violente pour sensibiliser au changement climatique. L’arrestation de ce père de trois enfants âgé de 59 ans n’est pas la première et ne sera pas la dernière. Ses ennuis avec la justice l’empêchent de voyager aux États-Unis, notamment à cause de son casier judiciaire, mais il est tellement dévoué qu’il s’en fiche. Il est convoqué en octobre au tribunal et il est probable qu’il aille en prison.

« Qu’est-ce que je vais faire d’autre de ma vie ? » a dit Robert Possnett. « C’est le plus gros combat que l’on a jamais eu. C’est bien plus gros que la Seconde Guerre mondiale. Il n’y a rien d’autre que je puisse faire dans ma vie a part faire du bruit autant que possible. »

Pour la plupart d’entre nous, nos parents ne sont pas prêts à aller en prison au nom de la crise climatique. Aux États-Unis, l’écart est important entre les attitudes des jeunes et des vieux concernant le danger climatique. Les jeunes s’en préoccupent plus — 70 % des Américains âgés de 18 à 34 disent s’en inquiéter comparé au 55 ans et plus, qui ne comptent que 56 %. Si ces jeunes veulent faire bouger les choses, une grande partie du projet se résume à convaincre les plus vieux — qui ont un pouvoir politique disproportionné — qu’il y a des choses à changer.

Fin juillet, Nayeli Jimenez, une activiste de 29 ans qui travaille dans l’édition a tweeté : « Comment inciter ma mère à dire à tous ceux qu’elle rencontre d’arrêter d’utiliser des pailles en plastique afin de démanteler le système qui soutient l’énergie des combustibles fossiles ? Elle est déjà très engagée et j’en suis fière, mais ce que je demande est : comment radicaliser les parents ? »

Le tweet de Nayeli Jimenez résulte de la présence de sa mère à un mariage. Elle a demandé au traiteur d’arrêter de mettre des pailles en plastiques dans les verres. « J’étais super fière, parce que c’est quelque chose que je n’ai jamais entendu de sa bouche, » a expliqué Nayeli Jimenez dans un entretien. « En même temps, on est toujours au même stade : mes actions individuelles sont les seules choses que je puisse faire. »

Les réponses qui ont suivi le tweet ont été rapides et accablantes, et indiquent que beaucoup de personnes partageaient cette opinion. Comment amener nos parents à revendiquer un plus gros combat ? (La réponse préférée de Jimenez a été : « pas de petits enfants jusqu’à ce que le système change). »

Dans les dernières décennies, des psychologues sociaux et comportementaux se sont aussi battus en proposant les meilleures stratégies pour forcer les gens à en faire davantage avec l’environnement. Leurs conclusions montrent qu’il y a des manières de leurs parler du climat pour les motiver à en faire plus, qu’ils nient complètement son existence ou qu’ils aient simplement besoin d’être secoué.

Vous seul pouvez influencer vos parents sur le changement climatique

Dans une récente étude parue dans le Nature Climate Change, Danielle Lawson — doctorante à NC State University — et ses collègues ont découvert que mettre des enfants dans une classe sur les changements environnementaux au collège pouvait avoir un impact sur la vision de leurs parents. Ces effets ont été plus convaincant sur les pères conservateurs — ce qui est significatif puisqu'il a déjà été montré que les hommes blancs conservateurs sont les gens qui s'intéressent le mois à l’urgence climatique.

Danielle Lawson a appelé ce phénomène un cas « d’éducation intergénérationnelle », ce qui est le transfert du savoir et du comportement d’enfants à parents. Cependant, elle pense que l’étude n’a pas été pleinement satisfaisante, car l’identité idéologique et politique s’est unifié avec la crise climatique. Lorsque un enfant parle à ses parents, il ne porte pas le même passif qu’un adulte qui essaierait à son tour d’en parler à des parents.

« En général, quand des parents discutent avec leurs enfants, ils ne voient pas leurs enfants avec une idée derrière la tête, a expliqué Lawson. C’est une opportunité pour ouvrir une conversation d’une manière unique, avec laquelle il faut se battre dans la vie quotidienne. »

La clé est de poser des questions, même si vous voulez leurs faire une leçon de morale

Vous ne devriez pas utiliser le fait d’être à domicile pour balancer à vos parents tous les faits néfastes, en particulier lorsqu’ils sont déjà hésitants. Danielle Lawson recommande de le faire à travers une conversation plus naturelle. Dans l’étude, ses collègues et elle ont demandé aux enfants d’interroger leurs parents sans utiliser l’expression « changement climatique. » À la place, ils posaient des questions de ce genre : « Est-ce que vous avez vu la météo changer là où vous habitez depuis ces dix dernières années ? Est-ce que vous avez vu le niveau de la mer augmenter ? Comment pensez-vous que ça impacte notre population ? »

Vous pouvez, avec ces questions, vous rendre compte que vos parents s’en préoccupent bien plus que vous ne le pensez, a expliqué Janet Swim, psychologue sociale à Penn State. Quand les gens ne parlent pas aux autres des problèmes importants, ils partent du principe qu’ils ne s’en préoccupent pas — donc commencez à avoir ce genre de conversation.

« Vous avancez en pensant que vous êtes seuls, ou accompagnés de quelques personnes, a-t-elle dit, mais une fois que vous commencez à en parler, vous réalisez que d’autres personnes partagent votre opinion. Ces discussions sont une sorte de travail préparatoire pour faire de plus grandes choses. »

Trouver ce qui empêche vos parents d’avancer

Dans un article d’Amercian Psychologist paru en 2011, le professeur en psychologie de l’University of Victoria Robert Gifford a décrit sept domaines de barrières psychologiques qui empêchent les gens de réagir face au réchauffement climatique. Dans ces catégories, il énonce 29 blocages mentaux spécifiques, qu’il appelle « les dragons de l’inaction. »

Reuven Sussman, psychologue social et environnemental à l’Americain Council for Energy-Efficient Economy, a dit que trouver le « dragon » auquel vous vous confrontez peut-être important. « Je dirais que c’est le problème numéro un — vous devez connaître votre public » a dit Reuven Sussman.

L’un des « dragons » les plus communs est que notre cerveau évolue pour répondre au danger précis et imminent, mais il fonctionne mal lorsqu’il s’agit d’une menace qui paraît lointaine. Si c’est le cas pour vos parents, regarder des films ou des documentaires, peut leurs permettre de les faire réagir d’une meilleure manière, a dit Reuven Sussman. « En particulier si vous vous mettez à la place d’un des personnages principaux. »

Ce peut-être également utile si le « dragon » de vos parents est l’ignorance, mais pas suffisant s’ils s’inquiètent par rapport à des risques financiers ou ressentent le désir de maintenir le statu quo, qui passe par la « justification du système ». Dans ce cas-là, parlez moins des effets environnementaux du réchauffement, mais plutôt des aspects sociaux et financiers, car ils seront un meilleur moyen de toucher vos parents. Une fois que vous trouvez les blocages de vos parents, vous pouvez faire preuve de créativité dans vos approches.

Utiliser des combines de psychologie comportementales

Il y a une théorie de psychologie sociale appelée Théorie du crédit idiosyncrasique : lorsque vous êtes dans un groupe, vous gagnez du crédit en vous conformant aux normes de ce même groupe. Grâce à ça, vous pouvez ensuite encaisser du crédit et proposer vos propres idées et changements. Ce qui veut dire qu’en faisant des compromis et en étant agréable, cela peut vous placer dans une meilleure posture face à votre famille et les faire réellement changer.

Ensuite, le cadrage stratégique — la construction d’un argument pour le rendre pertinent face aux croyances d’une personne — peut être également une aide. Une étude récente a fait le constat que les évangélistes se préoccupaient plus du réchauffement climatique si on leurs disait que « la création de Dieu » serait sauvée. L’approche plus laïque est d’utiliser des célébrités pour faire passer le message. Trouvez les choses qui inquiètent le plus vos parents et montrez leurs le lien qu’il y a avec le changement climatique.

Demandez à vos parents de commencer petit, même si cela signifie plaider pour la cause des pailles réutilisables, comme la mère de Nayeli Jimenez. Changer ses habitudes est quelque chose de difficile et les gens ne veulent pas forcément abandonner le rythme de vie auquel ils se sont acclimatés. La Théorie de la Discontinuité des Habitudes suggère qu’un bon changement tient lorsqu’il y a d’autres changements qui sont en train d’être fait, a dit Reuven Sussman. Un déménagement, la retraite, un mariage, un décès dans la famille : c’est à ce moment là que les habitudes sont « dégelées temporairement ». Si vous le pouvez, profitez de ces occasions pour créer un vrai changement.

Reuven Saussman a dit que si ces approches ne fonctionnaient pas, vous pouviez essayer de changer les comportements de vos parents grâce à d’autres raisons, comme par exemple, les convaincre d’aller au travail à vélo parce que c’est plus simple et plus rapide que la conduite. « La santé, le confort et l’argent peuvent être de meilleurs arguments que l’environnement. Cela dépend de votre public » a-t-il expliqué.

Donner quelque chose de concret à faire pour se battre contre le réchauffement climatique

Quand quelqu’un fait quelque chose de bien, il a l’impression de pouvoir faire ce qu’il veut ensuite. (Si vous avez déjà manger un kebab après une session de sport, vous savez ce que ça fait). On appel ça l’autorisation morale. Ce peut être la raison pour laquelle les gens recyclent et font de petits actions individuelles sans porter plus d’attention aux plus gros problèmes.

Mais si vous dites à vos parents qu’ils n’en font pas assez et que vous ne fournissez pas les indications pour en faire plus, cela peut les rendre impuissant. Quand les gens savent ce qu’ils doivent faire, ils sont plus susceptibles de modifier leurs comportements. S’ils se sentent fiers, ils seront d’autant plus motivés à garder le cap.

Tout dépend du point de départ de vos parents. Ca peut être voter pour des candidats qui soulignent l’importance du changement climatique, modifier ses habitudes de dépense, changer de régime alimentaire, partir en vacances moins loin, faire des dons aux associations environnementales ou même leurs demander de vous accompagner lors d’une manifestation.

Assurez-vous de vous comporter de la même manière — l’exemple est un effet stratégique concernant les parents d’après l’étude de Danielle Lawson. « [Les parents] m’ont dit “Eh bien, nos enfants ont commencé à éteindre les lumières de la pièce lorsque nous sortions, donc nous avons commencé à le faire parce qu’ils le faisaient. “ a-t-elle dit. “Ou, j’ai eu un autre parent qui m’a dit avoir commencé à parler à ses représentants puisque ses enfants l’avaient fait. »

Reconnaître qu’il y a plusieurs façons d’être radical

Lorsque les gens changent leurs actions petit à petit, cela peut avoir une influence sur leurs valeurs et attitudes globales. Même si au départ, vous avez une réponse négative, les parents prennent en considération ce qui a été dit en privé, et avec le temps, ils peuvent changer. « Vous ne pouvez pas voir le changement que vous demandiez, mais vous pouvez voir quelque chose » a dit Reuven Sussman. « C’est perturbant pour les gens parce qu’ils veulent un changement immédiat, mais j’aimerais leur dire, de prendre du recul sur la situation et leurs demander s’ils ont remporté de petites victoires pendant une période assez longue. »

En fin de compte, tous les parents ne vont pas être arrêtés dans les rues, mais rappelez-vous qu’il y a d’autres manières de supporter ceux qui le sont. L'activiste britannique, Robert Possnett, a dit qu’il avait beaucoup d’amis qui n’étaient pas prêts à aller en prison, mais qui l’aidaient à sortir lorsqu’il y était. « Il y ceux qui vous soutiennent en silence » a-t-il expliqué. « Ce ne sont pas les gars que vous voyez assis dans les rues de Londres pour bloquer le trafic, mais ils restent des soutiens. »

Nayeli Jimenez a dit la même chose. Elle pense que les parents devraient soutenir les mouvements des jeunes qui font les choses les plus radicales et qui n’ont souvent pas les mêmes ressources que les entreprises qu’ils combattent. « La génération de nos parents sont ceux qui possèdent l’argent » a dit Nayeli Jimenez. « C’est facile de donner de l’argent aux mouvements de jeunes qui font le plus gros du travail. »

Rappelez à vos parents que vous les impliquez à contribuer à leur descendance et tirez parti du fait que les gens se soucient de la manière dont leurs petits enfants se souviendront d’eux. Faites savoir à vos parents à quel point vous seriez fiers et quelle différence ils pourraient faire.

« J’ai élevé une jeune femme puissante, qui s’attend à ce que je fasse tout ce que je peux » a dit Heather Luna, une autre mère de 48 ans d’Extinction Rebellion. « J’utilise tout mon pouvoir

Ne ratez plus jamais rien : inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire et suivez VICE Belgique sur Instagram.

Cet article a été publié sur VICE US.