Publicité
Psycho

Comment savoir quand quelqu'un vous ment

Des pros nous ont filé quelques conseils, à destination de tous ceux qui pensent que leur partenaire les trompe.

par Katherine Gillespie
14 August 2018, 1:26pm

Illustrations de Ben Thomson

Si l'être humain lambda est (sans doute) pétri de qualités, l'honnêteté n'en fait pas partie. Nous mentons tout le temps, c'est un fait. C'est d'ailleurs ce qui nous distingue de la plupart des espèces sur Terre – hormis certains primates, qui maîtrisent sur le bout des doigts l'art de la tromperie. Toute la journée, tous les jours, sans même y réfléchir, nous mentons. Nous mentons sur notre âge, notre prétendu végétarisme, le nombre de relations sexuelles depuis notre adolescence, notre fidélité. Nous assurons aller bien alors que nous sommes au fond du trou et simulons une maladie pour nous délecter d'un week-end de trois jours. Nous promettons à nos partenaires de les aimer « pour la vie » en sachant pertinemment que nous divorcerons d'ici cinq ans.

Le jour où vous aurez compris à quel point les gens autour de vous sont d'inénarrables menteurs – il vaudrait mieux que ça arrive rapidement, sous peine d'être la Cécile de Volanges ou le Candide du quartier – il sera tout à fait naturel de vous demander comment détecter ces mêmes mensonges. Heureusement, des experts – et je ne parle pas de Tim Roth, hein – passent leur vie à tenter de détricoter tous nos tissus de mensonges.

J'ai donc demandé à ces experts de me filer leurs meilleures astuces.

L'expert en langage corporel (aussi appelé expert en communication non verbale, voire synergologue)

J'ai eu le plaisir de m'entretenir par téléphone avec David Alssema, expert en langage corporel. Ce mec est censé être capable de démêler le vrai du faux en sondant le regard et la gestuelle des gens. Si vous partez du principe que tout ça est vrai, c'est un type assez flippant, en somme.

« Lorsqu'il s'agit de détecter un mensonge, le discours est un très bon indicateur, m'a-t-il confié. Pas au niveau des mots utilisés, mais dans les pauses, les moments de silence, etc. Si le discours est fluide et rapide, alors la personne en face de vous dit sans doute la vérité. »

Le regard reste tout le même le meilleur moyen de savoir si quelqu'un ment. Selon ce spécialiste, lorsqu'il s'exprime, un individu regarde un côté précis, qui indique qu'il se souvient ou qu'il invente. En gros, pour savoir à quoi correspond chaque côté, il vous suffit de poser trois questions à votre interlocuteur : « Comment s'est passée ta journée ? », « Pas trop débordé ? » et « Tu fais quoi le week-end prochain ? ». Les deux premières questions portent sur le passé et convoquent ainsi le « souvenir » tandis que la troisième porte sur un événement futur. Observez bien les yeux – les deux premières réponses feront normalement appel aux souvenirs tandis que la dernière sera pure invention. C'est du moins la théorie de David Alssema.

Une fois cette technique assimilée, vous pourrez vous concentrer sur d'autres indicateurs. Si un menteur pense être cerné, il se grattera frénétiquement l'arrière du cou. « C'est un signe d'incertitude », m'a précisé ce synergologue.


La détective privée

L'ancienne détective Julia Robson est aujourd'hui à la tête d'Online Investigations, une entreprise privée spécialisée dans la traque des conjoints et conjointes infidèles. Je lui ai donc demandé de me donner un aperçu des signaux d'alarme.

En discutant avec elle, je me suis rendu compte que démasquer les mensonges de son partenaire est chose assez aisée. Nos instincts les plus primaires nous indiquent très rapidement que quelque chose ne tourne pas rond – le problème, c'est que nous avons tendance à les réprimer. Selon Julia Robson, même si l'on confronte les conjoints à des preuves irréfutables, des photos ou des vidéos, ils nieront l'évidence.

Lorsque vous êtes amoureux, vous avez tendance à faire confiance à votre partenaire. C'est la base même de votre relation – sans ça, il serait difficile de construire quoi que ce soit. Le truc, c'est que les gens autour de vous, eux, n'ont pas besoin de se voiler la face. « Je me souviens d'une cliente qui se rendait souvent à des événements organisés par l'entreprise dans laquelle bossait son mari, m'a dit Julia Robson. Elle trouvait que les collègues de son époux se comportaient très étrangement quand elle était là. Évidemment, comme vous pouvez vous en douter, tout le monde était au courant de la liaison entre son mari et une employée. »

En fait, le comportement d'un partenaire infidèle est tout à fait prévisible.

« Celui-ci – ou celle-ci – achète de nouveaux habits, se remet au sport, perd du poids, passe davantage de temps à se coiffer et s'assure d'être séduisant(e) », a ajouté la détective privée.

Et Julia Robson de poursuivre : « À de très rares occasions, vraiment rares, nous surprenons le conjoint en train de préparer une énorme surprise, par exemple une fête d'anniversaire. Dans la majorité des cas, nous confirmons l'adultère. »

Après avoir reçu la confirmation de l'infidélité de votre partenaire, reste encore l'épreuve ultime : la confrontation. « Lors de la confrontation, un partenaire infidèle se montrera très agressif – symptôme révélateur d'une dissimulation, m'a précisé Julia Robson. Nous demandons tout le temps à nos clients d'observer ce qu'il se passe après. Leur comportement a-t-il changé ? Commence-t-il à passer beaucoup plus de temps à la maison ? Ce sont des signes de culpabilité. »

Un point à retenir ? Si vous soupçonnez votre conjoint d'infidélité, c'est qu'il vous trompe très probablement.

L'expert en examen polygraphique

Après avoir suivi une formation avec le FBI, la police de Los Angeles et les services secrets américains, le consultant Steve van Aperen en est venu à la conclusion suivante : vous n'avez pas besoin des machines pour détecter un mensonge. « Un jour, je me suis dit que ça serait génial de savoir quand une personne vous ment sans avoir besoin d'un détecteur de mensonges », explique-t-il. Après avoir enquêté sur 77 homicides et deux serial killers, Steve voyage désormais aux quatre coins de la Terre pour apprendre aux policiers à détecter un mensonge sans l'aide d'une machine.

« Les études montrent que les gens ne sont pas très bons pour déceler un mensonge, dit-il. Il y a une raison : nous sommes trop influencés par les gens alentour et nous ne vous voulons pas croire au mensonge – surtout lorsqu'il s'agit de nos proches. »

Mais nos proches aussi nous mentent – et s'en sortent impunément. Steve a passé des années à mettre en place des examens polygraphiques – via ce que l'on appelle des détecteurs de mensonges. Il connaît donc parfaitement la question. « Les gens ne peuvent pas induire en erreur un détecteur de mensonges, dit-il. Il s'agit simplement d'un instrument enregistrant le rythme cardiaque, la pression sanguine, la sudation. En fait, si le mec s'en sort, c'est que le policier a posé de mauvaises questions. »

Ainsi, pour devenir un expert dans la détection de mensonges, il vous faut porter une attention particulière aux termes employés. « Vos questions doivent être claires, précises, pour ne laisser aucune chance au menteur », me dit Steve. Il donne un exemple : si vous demandez à Bill Clinton si, oui ou non, il a eu des relations sexuelles avec Monica Lewinsky, il dira non et parviendra à tromper le détecteur. En effet, le terme de relation est trop imprécis. Clinton peut être persuadé que ses actes ne constituent en rien une faute. Par contre, si vous posez une question plus précise, il aura du mal à répondre par la négative.

L'étape suivante consiste à étudier savamment les termes utilisés par votre interlocuteur et son langage corporel. Les menteurs ont souvent tendance à se mettre en retrait lors d'une conversation, à ne jamais se poser comme sujet principal. Steve donne l'exemple d'un couple dont les enfants auraient été enlevés. S'ils ne sont pas coupables, ils emploieront un adjectif possessif – du type « ma fille » et non « la fille » – et agiront comme si leurs enfants étaient encore vivants. « Ils parleront toujours de leurs enfants au présent, exprimeront de l'attente et de l'espoir », me dit Steve.

Si vous soupçonnez que quelqu'un ment, n'hésitez pas non plus à l'écraser de détails. Comportez-vous comme un véritable enquêteur : assommez-le avec un tas de questions à la suite. S'il ment, il devra se débrouiller pour inventer de nouveaux faits à chaque question tout en veillant à la cohérence générale de son récit. C'est un exercice périlleux et le stress entraîne de nombreux faux pas. « Peu importe si le mec en face est bien préparé, avance Steve. Il ne peut pas anticiper vos questions. »

Conclusion

En fait, selon de nombreux spécialistes, les êtres humains savent naturellement dépister les mensonges. Si vous suivez vos instincts les plus profonds, vous pourrez facilement déceler les gens peu fiables. Le problème c'est que, parfois, vous ne voulez pas vous fier à votre instinct – plus particulièrement lorsqu'il vous dit que votre meilleur ami couche avec votre petite copine. Dans un tel cas de figure, n'hésitez pas : demandez de l'aide à des pros, quitte à passer pour un énorme psychopathe.

Cet article a été initialement publié sur VICE France.