Identité

Avec le sociologue payé pour regarder du porno amateur

Sven Lewandowski essaie d'en apprendre davantage sur la sexualité humaine – et pour cela, il a besoin de vos sextapes.
27 February 2020, 9:59am
ordi porno sextape
Photo : imago/Waldmüller

Sven Lewandowski regarde du porno amateur tous les jours au nom de la science. Depuis un an, ce sociologue de 50 ans fait des recherches sur la sexualité humaine avec une petite équipe de l'université allemande de Bielefeld. Il regarde des sextapes amateur mettant en scène de vrai·es partenaires sexuels, analyse les vidéos et interroge ensuite les sujets sur leurs comportements sous les draps. Il souhaite ainsi examiner nos habitudes sexuelles et la façon dont elles se forment.

Il trouve ses sujets via des annonces à l'université, des affichages sur des sites de rencontres, des tracts et dans les sex-shops. Il a prévu de travailler sur sa théorie de la sexualité pendant les deux prochaines années, ce qui vous laisse tout le temps de lui envoyer vos propres vidéos si vous souhaitez l'aider dans son étude. En attendant, j'ai quelques questions à lui poser.

Sven Lewandowski. Photo publiée avec son aimable autorisation.

VICE : Bonjour, Sven. Pourquoi vous intéressez-vous autant aux sextapes faites maison ?
Sven Lewandowski : Si vous demandez aux gens comment iels se comportent pendant le sexe, iels vont avoir du mal à vous répondre. Il est vraiment difficile de décrire avec des mots ce que fait votre propre corps pendant l'acte sexuel. La recherche en matière de sexualité n’explore pas du tout l'interaction sexuelle. Les sextapes des gens sont un bon matériel parce qu'elles ne sont pas produites pour les sociologues. Elles dépeignent la réalité et montrent la sexualité dans un environnement privé. Il ne sert à rien de mettre des gens dans un laboratoire et de leur dire : « Maintenant, faites l'amour. »

Et quel est le but de la recherche ?
La question est la suivante : comment fonctionne la sexualité et comment fonctionne la pornographie amateur ? Je crois que notre sexualité est aussi inconsciente que toute autre pratique physique. Au football, chacun manie le ballon à sa façon. Je pense que c'est pareil pour le sexe.

Combien de personnes avez-vous interrogées jusqu'à présent ?
Une poignée seulement. Si vous voulez travailler avec précision, il faut y aller lentement. Notre plus long entretien a duré six heures. La condition préalable est que toutes les personnes représentées dans les films soient des adultes consentant·es. Nous excluons également les vidéos de masturbation car l'étude porte sur l'interaction sexuelle, c'est-à-dire qu’il faut au moins deux personnes. Peu importe la nature du couple. Il peut s'agir de liaisons, d'amitiés ou de relations à long terme.

Quel genre de personnes font du porno amateur, et pourquoi le font-elles ?
Ce sont des gens ordinaires – vous ne pourriez pas le deviner en les croisant dans la rue. Leurs motivations sont incroyablement diverses. Certain·es tournent du porno pour les mêmes raisons qu'iels tournent des vidéos de vacances : pour s'auto-documenter. D'autres trouvent excitant de se filmer et de regarder la vidéo après, ou de savoir que d'autres personnes la verront plus tard. D'autres se filment pour utiliser les vidéos sur des plateformes de sexe et de rencontres. Aujourd'hui, la plupart des gens ont une caméra en permanence et peuvent filmer spontanément. Les gens affichent leur nourriture et leurs enfants – pourquoi pas leur sexualité ? Je ne trouve pas cela si inhabituel.

Le porno amateur est-il réellement représentatif de la sexualité de la personne moyenne ?
Oui, car les gens oublient assez vite la caméra, surtout lorsqu'iels sont chez eux. Bien sûr, on ne peut pas exclure qu’iels essaient d'être un peu plus spectaculaires qu'iels ne le sont dans la vie de tous les jours, surtout lorsque la vidéo est destinée à être diffusée en public. Mais on voit assez facilement quand les gens jouent et quand iels ne jouent pas.

À quoi le voyez-vous ?
Par exemple, nous avons étudié une scène qui est vraiment excellente parce que le couple est manifestement très en phase l'un avec l'autre : elle se glisse sur le lit au-dessus de lui et il attrape ses fesses en passant ses bras entre ses jambes. C’est si parfaitement coordonné que ça ne peut pas être joué. Elle fait probablement le même mouvement à chaque fois qu'iels font l'amour.

On peut voir le degré d’intimité des gens, par exemple lorsqu’une panne survient. Les couples qui ont des relations sexuelles de longue durée peuvent s'en sortir en une demi-seconde, sans communication verbale. La question est la suivante : comment les personnes et les couples développent-iels un style sexuel ensemble ? Il n’y a pas de camp d'entraînement comme pour le foot.

Est-ce que c'est excitant de regarder les vidéos ?
Tout le monde pense que c'est génial de regarder du porno au bureau, mais ce n'est pas vrai. Il faut acquérir une vision professionnelle. En d'autres termes, la capacité de regarder la sexualité sans excitation. Nous regardons les vidéos de très près, en avance rapide et en rembobinage. Si nous voulons décrire une vidéo d'une minute et 30 secondes soigneusement, il faut compter une dizaine de pages. Au total, on peut passer deux semaines à travailler sur une courte vidéo.

Quelle est votre découverte la plus passionnante à ce jour ?
La diversité de la sexualité : différents désirs, différentes pratiques, différentes approches. Le plus excitant, ce sont les micro-interactions. Le flux de choses que vous ne remarqueriez pas normalement, mais qui sont cruciales pour que l'interaction sexuelle fonctionne.

L'université de Bielefeld cherche d'autres participant·es pour le projet. Vous pouvez trouver plus d'informations sur ce lien ou envoyer un mail à Sven Lewandowski à l'adresse suivante : amateurpornographie@uni-bielefeld.de

Suivez VICE Belgique sur Instagram.

Cet article a été publié sur VICE DE.