Publicité
Santé

Des chirurgiens australiens ont accidentellement mis le feu à un patient

En pleine opération à cœur ouvert.

par Gavin Butler; traduit par Sandra Proutry-Skrzypek
11 June 2019, 8:23am

Image via Wikipedia (à gauche) ; Public Domain Pictures (à droite)

Il y a une raison pour laquelle les chirurgiens cardiaques sont bien payés. Leur travail est stressant et les enjeux sont élevés. Quand vous êtes en salle d'opération et que la vie de quelqu'un est entre vos mains, il arrive que vous preniez… un coup de chaud.

Imaginez que vous pratiquiez une opération à cœur ouvert sur un patient et que, par exemple, sa cage thoracique s'enflamme de manière soudaine et inexplicable. Imaginez un peu. Sauriez-vous quoi faire dans cette situation ? Moi non.

C'est ce qui s'est passé dans un hôpital de Melbourne l'année dernière. Lors du congrès Euroanaesthesia qui s’est tenu à Vienne le week-end dernier, le docteur Ruth Shaylor et ses collègues d'Austin Health – où l'incident s'est produit – ont présenté le cas d'un homme de 60 ans qui s’est retrouvé en feu pendant une chirurgie cardiaque d'urgence.

L'homme subissait une opération d'urgence suite à une dissection aortique ascendante, c'est-à-dire une déchirure de la couche interne de la paroi de l'aorte. Mais lorsque les chirurgiens ont ouvert son sternum, ils ont remarqué que son poumon droit était collé au sternum sus-jacent : un problème causé par plusieurs poches gonflées et remplies d'air sur les tissus pulmonaires de l'homme – une croissance généralement associée à la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC).

Les chirurgiens ont tenté de décoller le tissu pulmonaire du sternum, mais ils ont perforé accidentellement l'une des poches et de l’air a commencé à s’échapper du poumon. Afin d'éviter que le patient ne souffre de détresse respiratoire, les médecins ont augmenté le débit de gaz anesthésiques à 10 litres par minute et la proportion d'oxygène à 100%.

Prenons un moment pour passer rapidement en revue les facteurs en jeu ici. Il y a de l'oxygène pur un peu partout à ce moment-là, y compris dans une poche perforée au niveau du poumon du patient. Les médecins utilisent un électrocautère, un appareil servant à cautériser les tissus avec de la chaleur. Niveau risques d'incendie, c'est presque catastrophique.

Peu de temps après que l'air du patient a été changé, une étincelle provenant de l'électrocautérisation a enflammé le nécessaire chirurgical – une trousse renfermant les instruments chirurgicaux stérilisés, située près de la cage thoracique ouverte de l'homme – et sa cage thoracique a pris feu. Selon les médecins, l'incendie s'est immédiatement éteint sans blesser le patient et « le reste de l'opération s'est déroulé sans incident ». Dans l'ensemble, l’intervention a même été un succès.

Ne ratez plus jamais rien : inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire et suivez VICE Belgique sur Instagram.

Cet article a été initialement publié sur VICE AU.