Culture

People of the Year : les photographes belges qui ont marqué 2019

On a sélectionné 5 jeunes photographes émergent·es qui méritent une mention spéciale.

par Indira Oskanova, et Alyssa Lepage; illustrations Juliane Noll
17 December 2019, 1:21pm

Cet article a été sponsorisé par Scarlet.

Notre série « PEOPLE OF THE YEAR » présente les belges qui nous (et peut-être vous) ont inspiré·es en 2019.

Cette année, on a suivi la scène photo d’assez près pour pouvoir vous présenter chaque semaine une nouvelle série photo belge abordant une histoire différente, parfois légère, parfois plus sérieuse. En cette fin d’année, on a pris le temps de revoir les images les plus fortes qui nous sont restées en mémoire.

Elise Dervichian (23 ans) pour avoir rompu le silence autour de la culture du viol

1576152249724-Elise

Pour son projet de fin d’étude, Elise a choisi un sujet encore tabou dans notre culture : le viol. Son projet met en scène des femmes ayant été victime de violences sexuelles et de harcèlement. Elles ont eu le courage de parler de ce qu’il leur est arrivé et de se faire photographier, les yeux dans l’objectif. Ces photos nous confrontent, en tant que spectateur·ices, à leur réalité. Elles sont là pour donner du poids à leurs dires, mais l’essence de ce projet réside en les questions que soulèvent les témoignages.

Selon Elise, « les viols que ces femmes ont subis ne sont jamais évoqués dans les médias parce qu’ils sont banalisés ». Du forcing en soirée au « non » pas respecté, il y a encore beaucoup de travail à faire pour intégrer la notion de consentement aux consciences de nos pairs. Le sujet dérange et le terme « culture du viol » perturbe - il a d’ailleurs mis en furie l’un des membres du jury de fin d’année d’Elise. Remettre ce sujet en avant était inéluctable et nécessaire.

Yaqine Hamzaoui (23 ans) pour avoir sublimé la scène musicale locale

1576151532037-Yaqine2
À gauche : Blu Samu | À droite : Martha Da'ro

En avril, Yaqine a gagné notre concours pour être l’une des quatre photographes exposé·es à notre VICE Expo. Son travail était présenté aux côtés de ceux de Thor Salden, Romain Vennekens et Kelly Fober. C'est d’ailleurs également elle qui a documenté notre dernière VICE Party. Yaqine s’en tape de la netteté absolue et cherche plutôt l’imperfection ; elle a le talent pour capter l’essence du sujet, dans le moment présent. Sa façon de capter des instants en image est unique : des jeux de lumières aux cadrages, tout paraît sophistiqué sans pour autant être propret.

Son CV comprend de nombreuses collaborations avec de noms de plus en plus connus dans le paysage musical belge : Blu Samu, le 77, Martha Da’ro, Shungu, entre autres. Récemment, elle s’est mise à clipper des sons, et elle a aussi remporté le titre de « Best Music Photographer » lors des derniers Red Bull Elektropedia Awards.

Noortje Palmers (32 ans) pour avoir défié Instagram et ses règles stupides

1576151618305-Noortje

Avec le graphiste Jasper Decklercq, Noortje a lancé le compte Instagram @taboob, une sorte de recherche sur les limites de la censure lorsqu’il s’agit de seins. Aidée par l'illustratrice Harriet Wouters et par la styliste Farah El Bastani, elle a mis en scène près de septante-cinq seins. Ceux-ci, ornés de bonbons, de confettis, de morceaux de pain ou de diverses garnitures, ont été décorés pour défier le réseaux social et sa politique. L’idée est de voir ce qui, pour Instagram, fait d’un sein un sein ; à censurer ou non.

Dans son travail, Noortje offre une alternative aux photographies parfois ternes et souvent emmerdantes que nous offrent nos feeds (et celleux qui les alimentent). Chez elle, il y a la notion de jeu, une touche de naïveté, beaucoup de couleurs et un sens de l'humour indéniable. En août, elle a sorti une nouvelle série intitulée « EN MASSE » dont « RAINBOW MASSA », un arc-en-ciel constitué de personnalités aux origines et aux identités sexuelles différentes, en est la première œuvre. #freethenipple


Chaque samedi, retrouvez nos meilleurs article de la semaine : inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire.


Mehdi El Taghdouini (26 ans) pour sa série photo qui a été l’une des plus validées de l’année

1576152070064-Mehdi

« Bruxelles c’est sale ; Bruxelles c’est petit ; à Bruxelles il n’y a rien à y faire. » ; Mehdi a voulu nouer les mauvaises langues et faire taire les clichés. Il a pris sur lui et s’est donné la mission de photographier nos rues telles qu’elles sont. Un peu dans la même optique que Yaqine, son but n’est pas de prendre de belles photos pour le seul plaisir de l’esthétique, mais de capturer quelque chose de vrai, de pur.

Avec sa série, il a voulu créer un héritage pour les générations futures afin de leur montrer son Bruxelles, aux antipodes de ce qu’internet nous offre sans retenue : les gourous du fitness, les influenceur·ses et les gros selfies tout moches. On le sait, la photo a changé ; désormais, elle sert principalement à se montrer, souvent dans le but d'impressionner autrui. À travers ses photos, Mehdi souhaite se rapprocher à nouveau du réel. Preuve que ce type de position artistique paie, son interview est l’article le plus lu sur VICE Belgique en 2019.

Indi Mouart (19 ans) pour être bien parti pour immortaliser toutes les icônes de la culture pop nouvelle génération

1576152443799-Indi
À gauche : Juice WRLD, à droite : Billie Eilish.

Indi fait partie de celleux qui ne perdent pas de temps. Du haut de ses 19 ans, l’Anversois a déjà shooté Billie Eilish, Lil Pump, Ski Mask The Slump God, Frank Ocean - liste non-exhaustive. Il a beau être jeune, certaines de ses photos ont déjà marqué l’époque en devenant les traces d’un moment qui appartient définitivement au passé : c’est le cas de celles de Lil Peep ou Juice WRLD, morts peu après qu‘Indi leur ait tiré le portait, ou celles de 6ix9ine, désormais en taule.

Le travail d’Indi est principalement constitué de photos de concerts et de portraits chopés à la volée, mais loin de la photographie d’événement au sens classique. Un simple coup d’oeil à son taf suffit pour comprendre son regard, et la complicité qu’il construit avec ses sujets. Après avoir fait ses débuts au Trix à Anvers, il voyage maintenant dans le monde pour photographier des concerts et les artistes poids lourds qui s’y produisent. Le mec peut aussi se vanter d’avoir été proche de Billie Eilish à un moment… Aidé par une grosse dose de persévérance, un peu de bluff et des tutos Youtube, il a su se frayer un chemin dans le milieu de la photo sans la moindre formation. Ça doit être ça, la réussite à l’Américaine.

Au passage, on pose une dédicace spéciale à nos photographes VICE ; Darwin Cabrera pour avoir exposé à Horst, Romain Vennekens pour son travail avec la Bénédiction et Glauque, puis aussi Kelly Fober et Thor Salden pour la VICE Expo et Antoine Grenez pour son expo au 254Forest. On en oublie sûrement.

Suivez VICE Belgique sur Instagram.

People of the year 2019

Découvrez d'autres photographes belges mis à l'honneur sur VICE en cliquant ici.

Tagged:
Photographie
Belgique
Photo
Photographes belges