coeur brisé
Illustration : Mathilde Bindervoet 
Identité

Avec des gens qui se sont fait larguer pendant le confinement

Comment soigner un cœur brisé quand on ne peut même pas serrer ses potes dans ses bras ?
05 June 2020, 8:09am

Une de mes amies s'est fait larguer il y a quelques semaines. Sa copine avait passé beaucoup de temps à réfléchir à leur relation pendant le confinement et avait décidé qu'elle voulait être seule. Elle m'a appelé en pleurant : elle voulait juste aller dans un club et embrasser quelqu'un pour oublier son ex. Mais ce n'est pas ce qui s'est passé : elle a dû rester dans sa chambre et regarder le plafond sans personne physiquement là pour la réconforter.

De la Chine à la Belgique, les journalistes et les avocat·es ont fait état de taux de divorce en forte hausse en raison du confinement. Comme les gens ont passé plus de temps seuls avec leurs pensées et partagé un espace avec leur partenaire 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, les tensions qui couvaient ont ressurgi et ont été amplifiées par le stress et l'anxiété liés à la pandémie. J'ai demandé à cinq personnes dont le cœur a été brisé pendant le confinement de partager leur expérience.

BJARNE, 22

Ma copine a récemment mis fin à notre relation. Je vis dans le nord de la Belgique, elle vit dans le sud. Même avant la rupture, on ne s'était pas vu·es depuis deux mois à cause du confinement. C'était assez dur. Et puis un jour, je lui parlais sur FaceTime quand elle m'a soudainement largué. C'était une surprise totale. Elle a dit que le coronavirus n'avait rien à voir avec ça, mais j'ai des doutes.

On était très amoureux·ses depuis un an et demi, et la dernière fois qu'on s'est vu·es, tout allait bien. Je pense que ses sentiments ont peut-être commencé à s'estomper progressivement à cause de la distance, et elle a pensé qu'il serait préférable de rompre maintenant. Cette période était déjà assez difficile comme ça. Ça me fait vraiment mal de ne pas avoir pu lui dire correctement au revoir.

MUUS, 19 ans

C'est la première fois de ma vie que j'ai le cœur brisé et c'est absolument horrible. Mon ex et moi avons été ensemble pendant trois ans. Quand il a décidé de mettre fin à notre relation, la crise de coronavirus ne faisait que commencer : j'avais encore le droit d'aller en cours ou de voir mes potes. Ça m'a aidée. Les restrictions ont eu un impact profond sur moi. Tout ce que je voulais, c'était retrouver mes ami·es pour boire du vin, manger une glace et pleurer. Au lieu de cela, je suis resté enfermée seule dans ma chambre pendant quelques semaines, là où on avait passé tant de temps ensemble. Depuis, tout me fait penser à lui.

Après la rupture, on a un peu parlé au téléphone. Il m'a dit qu'il avait aussi du mal à accepter que notre relation se termine à cette période. Ça m'a fait du bien. Mais je suis souvent triste. J'aurais aimé passer la quarantaine avec lui, rester au lit toute la journée, regarder des films. Maintenant, je veux passer à autre chose, mais le temps semble s'être arrêté. J'ai peur de ne pouvoir surmonter le chagrin qu'une fois que le monde sera redevenu normal.

MATTY, 27 ANS

J'ai rendu visite à mon père fin mars. Ma copine était contre : elle travaille dans un hôpital et avait peur que je lui transmette le virus et qu'elle le transmette à son tour des personnes vulnérables. On devait passer le week-end ensemble à mon retour, mais elle a préféré qu'on attende cinq jours avant de partir.

« Si j'étais resté seul, j'aurais passé tout mon temps à me demander ce qu'elle faisait et à vérifier constamment son Instagram »

Quelques jours plus tard, elle m'a appelé pour me dire qu'elle ne pouvait pas, que ce n'était pas le bon moment pour avoir une relation et qu'elle était vraiment stressée par le Covid-19. J'étais bouleversé. Je ne pouvais pas m'empêcher de penser que peut-être, si je n'étais pas allé voir mon père, on serait encore ensemble.

Je ne voulais pas être seul, alors j'ai appelé mes amis et on s'est confinés ensemble. J'ai fait du skate, joué de la guitare, lu des livres. Si j'étais resté seul, j'aurais passé tout mon temps à me demander ce qu'elle faisait et à vérifier constamment son Instagram. Je n'ai pas eu de nouvelles d'elle depuis ce coup de fil. Je me demande comment elle va.

HENRIETTE, 21 ANS

Lorsque le confinement a été annoncé, je me suis sentie chanceuse d'avoir un copain. Au moins, je ne me sentirais pas seule. Puis il a rompu avec moi. Je suis allée voir une amie, elle m'a réconfortée et on a bu beaucoup de vin ensemble. Selon ma mère, il était sûrement stressé parce que l'industrie dans laquelle il travaille a été durement touchée par la crise du coronavirus. Mais je pense que notre relation se serait terminée de toute façon ; il avait des doutes depuis un certain temps. La pandémie n'a pas causé notre rupture, mais je pense qu'elle l'a accélérée parce qu'il a eu plus de temps pour réfléchir.

« La pandémie n'a pas causé notre rupture, mais je pense qu'elle l'a accélérée parce qu'il a eu plus de temps pour réfléchir. »

Au début, j'étais surtout en colère. N'aurait-il pas pu me larguer après la pandémie ? Mais j'ai vite compris qu'il nous aurait menti à tous les deux. J'ai passé mon premier week-end après la rupture allongée dans un hamac, à pleurer et à lire de la poésie. D'un côté, je me suis sentie très seule. De l'autre, j'ai eu tout le temps du monde pour faire face à ma tristesse et à mes émotions.

Suivez VICE Belgique sur Instagram.

Cet article a été publié sur VICE NL.