Identité

Les 50 moments qui ont défini l'Europe ces 10 dernières années

De Silvio Berlusconi à la crise migratoire, en passant par Greta Thunberg et Paul le poulpe.

par VICE Staff
11 December 2019, 9:24am

Illustrations : Hunter French

Des décennies. C'est ainsi que nous délimitons les grandes tendances de notre culture populaire et que nous déterminons ce qui semble être, du moins sur le moment, les prochains progrès humains. C'est pourquoi l'entrée dans une nouvelle décennie devrait être une célébration de notre sentiment collectif d'émerveillement face à l'avenir, plutôt que de la crainte répandue que tout est déjà foutu pour toujours.

Alors que 2009 laissait place à 2010, nous avions des raisons de croire que le bon sens et la tolérance nous attendaient de l'autre côté. Après tout, les années 2000 avaient commencé par la guerre en Irak et LimeWire, et se sont terminées avec Barack Obama et l'iPhone. Ce message d'espoir et de changement s'est propagé à travers l'Europe et une nouvelle génération de jeunes militants libéraux s'est engagée à s’assurer que notre planète ne brûle pas, que ce soit à cause du changement climatique, de la cupidité financière ou de la guerre.

Puis tout a changé. Il est difficile de déterminer quand, exactement, mais à un moment donné, les premières promesses de 2010 se sont envolées. Soudain, la connectivité à laquelle nous tenions tant était utilisée pour truquer des élections, ouvrant la porte à des populistes d'extrême droite désespérés de reprendre le pouvoir et de décider qui était européen et qui ne l'était pas. Il faut bien avouer que les dix dernières années sur notre continent ont été, au mieux, difficiles. Pour le dire simplement : beaucoup trop de gens ont passé beaucoup trop de temps à défendre leur droit d’exister.

Pourtant, il est important de revenir sur la façon dont nous en sommes arrivés là, ne serait-ce que pour rendre hommage aux personnes tuées dans les attentats terroristes du Bataclan, d'Utøya et du concert d'Ariana Grande à Manchester, pour n’en citer que quelques-uns. Mais il est également important de rappeler qu'une génération de jeunes ayant grandi sur fond de sectarisme et de terreur a réussi à faire progresser la lutte pour la science du climat, l'humanité des migrants et le droit des individus à choisir qui ils sont et qui ils aiment. Voici notre récapitulatif des 50 moments qui ont défini l'Europe de cette décennie.

Islande volcan

À quatre points sur huit sur l’indice d’explosivité volcanique, l’explosion du volcan islandais Eyjafjallajökull a émis environ 250 millions de mètres cubes de fragments volcaniques ainsi qu'un panache de neuf kilomètres de haut. Les cendres ont obscurci le ciel européen pendant des jours, provoquant ainsi la plus grande immobilisation aérienne depuis la Seconde guerre mondiale.

Entre le 14 et le 20 avril, 107 000 vols ont été annulés et 10 millions de passagers affectés. Pour certains, il s'agissait d'une prolongation bienvenue des vacances de Pâques, mais ce n’était pas aussi rose pour les 200 Bengalis en route pour Londres qui – sans les visas appropriés – étaient faits prisonniers (un peu comme Tom Hanks dans Le Terminal) dans un aéroport belge.

FMI Grèce

Nous sommes en 2010 et le spectre de la « grande récession » de 2009 plane toujours. Les gouvernements européens sont aux prises avec une dette et des déficits croissants, et les retombées frappent de plein fouet le vieux secteur bancaire

La Grèce, un pays qui, avant la crise économique mondiale, jouissait d’une économie plutôt solide, est au bord de la faillite. L'augmentation des dépenses publiques pour combler les écarts de revenus ne fait que creuser sa dette. En mai 2010, les pays de la zone euro et le FMI décident d'accorder à la Grèce un prêt de 110 milliards d’euros à la Grèce. En contrepartie, celle-ci doit jouer la carte de l’austérité en nourrissant sa population de mesures strictes. Résultat ? Émeutes, manifestations et agitation générale au sein de la société.

C'est le premier épisode majeur de ce que l'on appellera la crise de la dette européenne et qui se poursuivra en Irlande, en Espagne, au Portugal et à Chypre les années suivantes.

Paul le poulpe foot

Certes, c’est l’équipe espagnole qui, techniquement, a gagné le Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud, mais qui était le vrai héros de l’histoire ? C’était la pieuvre voyante, le céphalopode prophétique, « l'oracle d'Oberhausen », le seul et l’unique : Paul le poulpe.

Les yeux du monde entier se sont rivés sur la créature marine à huit bras, originaire de Weymouth en Angleterre, quand elle a prédit correctement les résultats de huit matchs de l’Allemagne. À chaque fois, on a présenté à Paul le poulpe deux boîtes contenant les drapeaux des concurrents et, à chaque fois, il a désigné le vainqueur.

On ne saura jamais si ce sont les vuvuzelas qui ont eu raison de ce pauvre Paul, mais en octobre 2010, sa mort a été confirmée par le personnel de l’aquarium Sea Life d’Oberhausen en Allemagne, où un mémorial a été érigé en son honneur. Paix à son âme.

The Voice Pays-Bas

Vous souvenez-vous d'une époque avant The Voice ? Avant que l’industrie musicale n'envisage de juger le talent avant les apparences ? Avant que ces fauteuils rouges ne se retournent pour laisser apparaître Jenifer et Florent Pagny ?

Le concept, initialement lancé en Hollande en 2010, est l’idée originale de John de Mol. Un jury de quatre artistes évaluait les participants dans des « auditions à l’aveugle », c'est-à-dire à l’oreille seulement. Quelques ajustements plus tard, l'émission est devenue incontournable dans pas moins de 145 pays. Selon Wikipédia, on compte au total 416 vainqueurs de la finale dans le monde entier, dont… heu… Mais si, vous savez... Lui, là... Ah, c’était X Factor ?

En attendant, la fortune de John de Mol est estimée à 1,5 milliard d’euros.

Manifestation royaume-uni

Ah, ces temps bénis d’avant le Brexit. Ces temps plus simples, où la hausse des frais d'inscription à l’université était la principale préoccupation des étudiants britanniques. Après avoir littéralement promis de réduire lesdits frais, les Libéraux-démocrates, dirigés par Nick Clegg, se sont vus contraints de partager leur bureau avec le parti conservateur. Et le premier ministre David Cameron a décidé qu'au lieu de réduire les frais de scolarité, il valait mieux les augmenter.

La pilule a été difficile à avaler. Une énorme manifestation étudiante de 50 000 personnes a éclaté à Londres et des centaines de personnes ont occupé le siège du Parti conservateur, ce qui a inspiré des événements semblables partout à travers le pays. Des centaines de personnes ont été arrêtées et ont découvert la technique de la nasse de la police. Tout le monde était très en colère. Cela en valait-il la peine ?

Pour les Gallois, peut-être, puisque leur assemblée a bloqué l’augmentation des frais. Les autres, en revanche, en seront toujours à rembourser leur prêt étudiant quand ils réclameront leur retraite à 93 ans.

Malte divorce

Il est difficile d'imaginer que jusqu'en 2011 à Malte, l'expression « jusqu'à ce que la mort nous sépare » était littéralement inscrite dans la loi de ce pays résolument catholique. Avant ça, les mariages ne pouvaient être défaits que par la mort.

La décision de légaliser le divorce a été prise par le biais de notre instrument démocratique préféré à tous : le référendum ! Après un débat public particulièrement pénible, au cours duquel un évêque a mis en garde ceux qui envisageaient de voter pour en leur disant qu’ils ne pourraient plus recevoir la communion, le « oui » l’a finalement emporté à 53 % des voix.

Donc non, ce n’était pas exactement une victoire écrasante. Mais elle a fait de Malte le dernier pays d'Europe à légaliser le divorce, laissant le Vatican et les Philippines seuls à l'échelle mondiale. Enfin, les Maltais ont pu faire passer leur désir de grandes fêtes et de cadeaux avant des choses effrayantes comme l'engagement pour la vie – tout comme nous autres, païens.

Norvège attentat

On s’en souviendra comme l’une des attaques les plus glaçantes de l’histoire moderne. Le terrorisme d’extrême droite Fjotolf Hansen, anciennement connu sous le nom d’Anders Behring Breivik, a tué 77 personnes en 48 heures en Norvège. Ses attaques ont commencé par une voiture piégée à Oslo, qui a fait 8 victimes, et ont fini à Utøya, une île sur laquelle se trouvait une colonie de vacances, où il a ouvert le feu et tué 69 personnes de plus, dont beaucoup d’enfants.

Ses motivations, publiées dans un manifeste en ligne le jour de l’attaque, ont rappelé avec horreur les conséquences perverses de l’islamophobie et de la misogynie dans la société moderne. Cela a poussé les médias à enfin appliquer le qualificatif de « terroriste » aux extrémistes blancs. Huit ans plus tard, un tireur australien a cité Fjotolf comme une inspiration pour son attentat qui a tué 51 personnes dans une mosquée à Christchurch, en Nouvelle-Zélande.

manifestations

On n’avait pas utilisé le mot « anarchie » de manière aussi libérale au Royaume-Uni depuis le morceau phare des Sex Pistols sorti en 1976. À la une des journaux de droite, le terme contenait la colère civile qui a explosé en août 2011, après que la police a abbattu Mark Duggan, un jeune homme noir accusé d’avoir fomenté un attentat. Pour la première fois dans l’histoire moderne du pays, Londres a été frappé par quatre jours de graves émeutes, d’incendies criminels, de pillages et de chaos général provoquant cinq morts de plus. La situation était si grave que le pauvre David Cameron a dû écourter ses vacances luxueuses pour démêler toute cette agitation.

Ces émeutes, ne faisaient qu’annoncer toute une série de manifestations acharnées des marginaux. Avec la crise financière, ces derniers se sont sentis encore plus écrasés par l’austérité des conservateurs, ce qui justifie leur participation aux manifestations. Cela a donné le ton à une vexation collective toujours brûlante neuf ans plus tard.

Berlusconi Italie

Il est presque impossible de dire les mots « Silvio » et « Berlusconi » sans les faire suivre de « bunga bunga. » L’ancien Premier ministre italien est celui qui est resté le plus longtemps en fonction depuis Mussolini. Il semblait intouchable, et il l’était.

Les scandales s’accumulaient autour de lui, mais rien ne semblait l’atteindre. Il y a eu les orgies et le scandale du Rubygate, où on l’a accusé d’avoir fait des avances sexuelles à une mineure. Il y a eu les innombrables commentaires racistes et les « gaffes » inappropriées (dont on parlait dangereusement dans la presse.) Comme, par exemple, la fois où il a justifié ses exploits sexuels de cette manière : « Il vaut mieux avoir la passion des belles femmes qu'être gay. » Et pourtant, il a survécu. Pourquoi ? Le fait de contrôler la grande majorité des médias italiens a certainement aidé. Sa démission, en 2011, a été accueillie par des fêtes et célébrations – un adieu approprié pour M. Bunga Bunga.

Prophétie Maya fin du monde

L’Europe a survécu à la fin du monde ! Et comme l’avons-nous remerciée ? En la foutant en l’air !

Pussy Riot

Formé en 2011, le groupe de punk rock féministe Pussy Riot a attiré l’attention du monde en février 2012. Après avoir retiré leur manteau d’hiver et enfilé des cagoules colorées, les membres sont montées sur l’autel de la Cathédrale du Christ-Sauveur de Moscou pour y prononcer une « prière punk », c’est-à-dire une chanson attaquant l’autoritarisme du président Vladimir Poutine et ses liens avec l’église orthodoxe.

Leur numéro très rock n’a pas été bien accueilli par les autorités russes. Moins de deux semaines plus tard, les activistes ont été accusées de vandalisme motivé par la haine religieuse, avant d’être arrêtées et placées en détention provisoire dans l’attente de leur procès. Des personnalités mondialement connues comme Sting, Madonna et les Red Hot Chilli Peppers ont exigé leur libération. Trois des membres ont reçu des peines de prison et beaucoup d’autres ont été attaquées à de multiples reprises. Petit clin d’œil à Poutine : leurs tenues dénudées sont devenues un symbole de protestation dans le monde entier.

Julian Assange

Dans la catégorie « Je gagne ma vie en dévoilant au public les crimes des personnes haut placées », j’ai nommé Julian Assange, fondateur de WikiLeaks, un site web polémique des années 2000 dont l’objectif était de publier les atrocités des gouvernements du monde entier.

Julian Assange est devenu mondialement célèbre après avoir diffusé des documents confidentiels liés aux guerres d’Irak et d’Afghanistan, que lui avait fourni Chelsea Manning, emprisonnée par la suite aux États-Unis. Mais tel est pris qui croyait prendre quand, en 2010, les rôles s’inversent. La Suède publie un mandat d’arrêt contre Assange pour viol et agressions. Plaidant l’innocence, Assange se défend en disant que ce n’était qu’une ruse complexe des Américains pour le piéger. On a alors assisté à un étrange jeu du chat et de la souris qui a conduit à son incarcération volontaire à l’Ambassade d'Équateur à Londres en 2012, où il a séjourné comme réfugié politique de facto – sans doute en surfant sur le Net et en se régalant de ceviche – pendant sept ans.

Boson de higgs

En voilà, une bonne nouvelle ! Les humains ont enfin utilisé leurs cerveaux pour élucider un mystère plutôt que pour se causer du tort les uns aux autres. Alors, qu’est-ce que c’est, le boson de Higgs ?

Selon la définition, le boson de Higgs (surnommé la « Particule de Dieu » parce qu'il est difficile à cerner) est « une particule subatomique dont l'existence est prédite par la théorie qui unifie les interactions faibles et électromagnétiques ». Ça nous fait une belle jambe. Quoi qu’il en soit, sa découverte a été monumentale en cela qu’elle est essentielle à notre compréhension de la structure de la matière, autrement dit… notre compréhension d’à peu près tout. C’est quelque chose que les scientifiques essayaient de prouver depuis très longtemps. De notre côté, on retiendra juste que ça a l’air plutôt important.

Prix Nobel de la paix

Il est difficile de comprendre comment ils attribuent le prix Nobel de la paix. Si des lauréats comme Malala Yousafzai ou Nelson Mandela y ont toute leur place, on peut questionner la légitimité de certains, comme Barack Obama avec ses « frappes de drone » et Aung San Suu Kyi, actuellement poursuivie pour génocide contre les Rohingyas.

Pendant des siècles, les guerres et les conflits ont défini les relations intereuropéennes, la première moitié des années 1900 étant une période particulièrement mauvaise pour la paix. Les États membres ne se sont pas ouvertement fait la guerre depuis le début de l'UE, et cela compte pour quelque chose. Pourtant, des membres de l'Union européenne ont été partiellement responsables de guerres ailleurs dans le monde et, chaque jour, des choses horribles empêchent des gens d'entrer dans l'UE.

Pape François

Le 13 mars 2013, la fumée blanche de la chapelle Sixtine de Rome a annoncé l’élection d’un nouveau Pape – et le choix était assez inattendu. Jorge Mario Bergoglio, alors archevêque de Buenos Aires, était le premier dans beaucoup de domaines. Le premier pontife jésuite, le premier des Amériques, le premier de l’hémisphère Sud et le premier pape non européen en 1 300 ans. C’était peut-être le signe que l'Église catholique était prête à faire les choses différemment.

Depuis lors, ce nouveau leader spirituel a introduit des idées plus progressistes en faisant pression en faveur de la lutte pour le climat, en exigeant la fin des armes nucléaires et en modernisant l'approche catholique de la contraception et de l'homosexualité. En ce qui concerne l’avortement, le point de vue de l’octogénaire demeure inchangé : c’est comme « engager un tueur à gages ». Bref, avec lui, il y a à boire et à manger.

Lance Amstrong

Les accusations de tricherie poursuivent l’imbattable cycliste depuis sa traversée de l’Europe en 1999, mais c’est finalement en janvier 2013, lors d’une interview frustrante avec Oprah Winfrey, que Lance Armstrong a admis avoir consommé des produits dopants interdits pour améliorer sa performance.

Armstrong était un héros de renommée internationale. Il a survécu à un cancer des testicules à seulement 25 ans, avant de remporter un record de sept titres au Tour de France. Mais quand on lui a demandé, au cours d’une interview très médiatisée, s’il avait consommé des stéroïdes, le cycliste a répondu par l’affirmative. Résultat, il a été déchu de toutes ses récompenses obtenues après août 1998. De quoi lui servir de leçon. Ou pas. Quelques années plus tard, dans une brillante démonstration d’humilité, Armstrong a déclaré à la BBC que si c’était à refaire, il « le referait probablement ». Mais peu importe, parce que bientôt, 1000 athlètes russes seront impliqués dans un scandale international de dopage, défiant Armstrong pour son titre longtemps convoité de « plus grand tricheur de la décennie ».

UE circulation

Au nouvel an 2014, les restrictions à la liberté de circulation des Roumains et des Bulgares ont expiré, ce qui signifiait qu'ils étaient désormais libres de vivre et de travailler dans tous les pays de l'UE sans avoir à obtenir de permis. Selon les prévisions, jusqu'à 50 000 Roumains et Bulgares émigreraient vers le Royaume-Uni chaque année. Mais, dans ce qu’on peut voir comme une atteinte à l’amour-propre des xénophobes du Parti pour l'indépendance du Royaume-Uni, il y a en fait eu une chute notable au début. Un peu comme le crétin de l'école qui surestimait beaucoup trop sa soirée à laquelle personne ne voulait aller de toute façon.

Quoi qu'il en soit, ce nombre a finalement augmenté et a été cité par les pro-Brexit. C'est à ce moment que la rhétorique anti-immigration au Royaume-Uni a commencé à vraiment tourner au vinaigre. Ironiquement, les migrants ont beaucoup plus contribué à l’économie et à la culture du pays que Nigel Farage et ses camarades.

Incitation à la haine

Islamophobe convaincu et leader du Parti pour la Liberté (PPV) d’extrême droite, Geert Wilders a encore une fois de plus entaché sa réputation lors de la campagne électorale de 2014. En attaquant la communauté marocaine des Pays-Bas – une diaspora de près de 400 000 personnes –, il est devenu très impopulaire, très vite.

Sa promesse électorale d’assurer « moins de Marocains » dans le pays s’il était élu a suscité l'indignation des civils, des politiciens et des médias. Résultat ? Le radiodiffuseur néerlandais RTL News a pris position pour la première fois en 25 ans, déclarant à Wilders qu'il avait « vraiment franchi la ligne ».

Des milliers de personnes ont porté plainte et Habib El Kaddouri, un responsable de la Fondation pour les néerlando-marocains, a fait savoir que la communauté se sentait attaquée. L’histoire s’est terminée au tribunal et Wilders a été reconnu coupable d’incitation à la discrimination. Malheureusement, cela n'a pas eu d'impact perceptible sur la performance de son parti lors des prochaines élections.

Russie Crimée

Dire que 2014 a été une mauvaise année pour l'Ukraine serait un euphémisme – ça a été un long cauchemar semé d'événements merdiques et le début d'une guerre qui n'est pas encore terminée.

Tout commence en novembre 2013, lorsque le président pro-Russe Victor Ianoukovitch tente de faire marche arrière sur un accord commercial avec l'UE. Après de violentes manifestations à Kiev, la capitale, il est expulsé du pays et son gouvernement est renversé.

Ensuite, les soldats russes envahissent et annexent la Crimée – une région du sud de l'Ukraine où la population russe est majoritaire. Quelques semaines plus tard, les rebelles séparatistes pro-russes commencent à s'emparer du territoire dans la région du Donbass, ce qui déclenche la guerre.

Dans un référendum (contesté), les habitants de Crimée ont prétendument voté pour l’annexion. La communauté internationale impose des sanctions à la Russie, qui refuse de reconnaître l’appropriation de territoire bien que les locaux aient l’air satisfaits du résultat.

Vol MH17

Le 17 juillet 2014, le vol MH17 de Malaysia Airlines entre Amsterdam et Kuala Lumpur a été abattu par un missile russe près de la frontière ukrainienne. Les 298 personnes à bord ont été tuées, dont 193 Néerlandais, 43 Malaisiens et 27 Australiens. Il s’agit de l'attaque la plus meurtrière dans la guerre en cours entre l'Ukraine et les séparatistes soutenus par la Russie. L'enquête qui a suivi a été la plus importante du genre dans l'histoire des Pays-Bas, impliquant près de 200 enquêteurs.

En 2018, l’implication de la Russie dans la tragédie a été confirmée dans une enquête réalisée conjointement par les gouvernements hollandais et australiens. En juin 2019, les autorités hollandaises ont émis un mandat d’arrêt à l’encontre de quatre personnes, dont un ancien membre des services de sécurité russes. Le gouvernement russe est, sans surprise, très peu coopératif et, à ce jour, la justice pour les 298 personnes tuées n’a toujours pas été rendue.

Écosse

Le bon vieux référendum a fait sa première apparition en Écosse en septembre 2014. La question de savoir si les Écossais voulaient l’indépendance du Royaume-Uni nous a donné un premier aperçu de l’incompétence des politiciens du Royaume-Uni à mener une campagne. Si les métaphores vous parlent, il n’y en a pas de meilleure que celle de ce problème embarrassant de drapeau. Parmi les autres points forts, on peut citer le présentateur Ka Burley qui s'est fait prendre en train de traiter « débile » une opposante à l’indépendance et de « bons garçons » les partisans de l’indépendance.

Sur le nombre record de 97% de personnes inscrites sur les listes électorales, 84,6 % se sont présentées le jour même. Autant dire que les gens étaient très engagés et qu'au bout du compte, la campagne d’opposition à l’indépendance a remporté 55,5 % des voix. Gonflés à bloc par ce qu'ils considéraient comme un résultat positif, les conservateurs ont enfin pu se concentrer sur le débat entourant l'adhésion du Royaume-Uni à l'UE. Mais ça, on en reparlera plus tard.

Conchita Wurst

On ne peut pas dire que le suspens était insoutenable. Quand Copenhague a accueilli l’Eurovision en 2014, Conchita Wurst a été catapultée comme la seule gagnante possible de l’inimitable compétition de chant avant même les résultats. Sa mélodie entraînante sur « Rise Like a Phoenix » est rapidement devenue un hymne queer, mais à en juger par le regard choqué et chargé d’émotion de l’Autrichienne, elle ne s’y attendait pas.

Bien sûr, il y a toujours eu un certain côté efféminé inhérent à la compétition et ce n’était pas la première fois qu’une performance LGBTQ participe, voire ne remporte la victoire. Mais la victoire de Conchita a marqué un tournant dans la communauté queer d’Europe. 195 millions de personnes du monde en entier ont été témoins du moment où une drag-queen queer barbue a reçu les douze points de la part de pays comme la Slovénie, l’Italie, le Royaume-Uni ou le Portugal.

Charlie Hebdo

Le 7 janvier 2015, douze personnes ont été tuées et onze autres ont été blessées lorsque les frères Chérif et Saïd Kouachi ont procédé à une fusillade de masse dans les locaux du journal satirique controversé Charlie Hebdo, situés dans le 11e arrondissement de Paris.

Les terroristes, armés de fusils d’assaut, ont ouvert le feu sur les employés, avant d’abattre un policier qui montait la garde devant l’immeuble pour s’échapper. La France a été placée en état d'alerte terroriste maximale à la suite d'une série d'attentats meurtriers, sous les yeux horrifiés de l’Europe. Quatre jours plus tard, dans une démonstration d'unité, deux millions de personnes – dont 40 dirigeants mondiaux – se sont rassemblées dans un cortège dans la capitale française.

Irlande mariage homosexuel

Les référendums peuvent avoir du bon, surtout lorsqu'ils appuient l'égalité des droits et ne se terminent pas en mascarade. Le 22 mai 2015, les électeurs irlandais ont marqué l’histoire en légalisant le mariage homosexuel. Les résultats étaient majoritairement en faveur du « oui » (62 %) et ont été un énorme marqueur de progrès dans un pays avec une influence massive de l'Église catholique. « Nous sommes un petit pays avec un grand message », a déclaré à la presse Enda Kenny, le Taoiseach, autrement dit le Premier ministre d’Irlande.

L’élan a continué avec la légalisation de l’avortement deux ans plus tard via un autre référendum, annonçant également un monde meilleur pour la communauté LBGTQ du monde entier.

écologie

C’est sans doute l’un des plus gros doigts d’honneur que des manifestants aient fait à un gouvernement. En 2015, un procès intenté au gouvernement néérlandais a contraint ce dernier de réduire ses émissions de 25 % en cinq ans. Le tribunal de La Haye a estimé que les plans du gouvernement néerlandais visant à réduire les émissions de seulement 14 à 17 % étaient illégaux et a statué en faveur d'Urgenda, une organisation militante nommée d’après l'urgence climatique.

Cette décision historique a été la première à établir que les gouvernements sont responsables non seulement moralement, mais aussi juridiquement, de la lutte contre le changement climatique, et le verdict a été confirmé en appel en 2018. Prenez-le comme preuve de l'impact positif que les manifestations peuvent avoir et utilisez-le comme carburant pour continuer à lutter pour l'environnement.

Crise des réfugiés migrants pauvreté

Pour beaucoup de gens, l’image la plus traumatisante de la décennie restera celle du petit Alan Kurdi, réfugié syrien âgé de trois ans, allongé visage contre terre, sur une plage en Turquie. Alan, sa mère et son frère, sont morts noyés en essayant d’atteindre l’île grecque de Kos en bateau. Alan a été l'un des quelque un million de réfugiés (principalement de la Syrie ravagée par la guerre) à essayer de rejoindre l'Europe en 2015, et l'un des quelque 4000 à mourir en route. L’année 2015 a sans aucun doute été le point culminant de ce que l’on appelle désormais la crise européenne des migrants. Il n’y avait pas eu autant de réfugiés en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale.

Depuis, la situation a évolué. La Commission européenne a annoncé il y a quelques mois que cette crise était officiellement terminée. Pourtant, d’innombrables personnes se trouvent toujours dans une situation désespérée.
Elles ont besoin d’aide : si vous souhaitez les soutenir, vous pouvez faire des dons via l’ UNHCR, ou si vous n’avez pas les moyens, vous pouvez faire du bénévolat pour Lighthouse Relief.

Volkswagen CO2

La même année que la signature du monumental accord de Paris sur le climat – lorsque les leaders mondiaux ont décidé à l’unanimité de limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré –, Volkswagen faisait la une des journaux pour de mauvaises raisons. Le scandale a explosé quand on a appris que le fabricant de voitures allemandes avait utilisé un logiciel illégal pour tricher sur les tests de diesel au Royaume-Uni afin de transformer ses niveaux d’émission de gaz.

L’affaire a reçu une couverture médiatique internationale et a, à ce jour, coûté à la compagnie plus de 30 milliards d’euros de frais d’amende, de réajustement de véhicules et de provisions. Cela a aussi provoqué la mise en examen de Martin Winkerton, ancien PDG de la compagnie, qui va passer sept ans en prison avec des charges pour fraudes. Le plus épouvantable, c’est l’impact sur l’environnement. The Guardian a estimé à l’époque que la compagnie pouvait être responsable de près d’un million de tonnes de pollution de l’air supplémentaire par an – soit l’équivalent environ des émissions de gaz produites par le Royaume-Uni en un an pour les stations essence, les véhicules, l’industrie et l’agriculture.

Rap attentat violence

En janvier 2013, le rappeur grec de gauche antifasciste Pavlos Fyssas (AKA Killah P), a été assassiné. Giorgos Roupakias, membre du parti politique d’extrême droite Golden Dawn, a avoué avoir commis le meurtre et a été emprisonné. Suite à cette tragédie, 69 adhérents à Golden Dawn, ainsi que son leader Nikos Michaloliakos, ont été arrêtés. Beaucoup d’entre eux ont été jugés en 2015 pour des charges relatives à une série d’attaques sur les migrants, les LGBTQ et les gauchistes. Le procès est toujours en cours et illustre la persistance de la protection institutionnelle contre le fascisme en Grèce. Cela a aussi mis en valeur la scène antifasciste grecque qui a été profondément touchée par le meurtre de l’un des siens.

Roumanie discothèque incendie

Ils étaient venus pour danser, boire et profiter au maximum de leur jeunesse. Beaucoup d’entre eux n’en sont jamais revenus. Le 30 octobre 2015, un incendie dans cette boîte de Bucarest a fait 64 victimes. Il s’agit de l’incendie le plus meurtrier de l’histoire moderne roumaine. Le feu, qui s’est déclenché dans les instruments pyrotechniques du groupe, a balayé la salle surpeuplée alors que les jeunes se piétinaient pour fuir par la seule sortie de secours.

« J’étais allongé sur une pile de personnes, a témoigné un survivant. Je me suis dit, « Attends, j’ai 20 ans, qu’est-ce qu’il se passe ? Je vais mourir ». »

Mais ce n’était pas un tragique accident : c’était un désastre évitable. Ces décès ont mis en lumière non seulement l’incompétence et la corruption des autorités sanitaires et des fonctionnaires, mais cela a aussi remis en question le système du gouvernement roumain. Après des manifestations qui ont rassemblé des milliers de personnes dans les rues, le premier ministre Victor Ponta a été contraint de démissionner.

Bataclan attentats Eagle of Death Metal

N’importe quel Parisien sait exactement où il se trouvait quand une série d’attentats terroristes coordonnées a éclaté dans la ville ce vendredi 13 novembre 2015. Au total, 130 personnes ont été assassinées en une nuit dans l’une des attaques les plus glaçantes perpétrées à ce jour par l’organisation État islamique. La majorité des victimes assistaient à un concert des Eagles of Death Metal au tristement célèbre Bataclan.

Trois kamikazes sont entrés dans la salle pendant le concert et ont ouvert le feu, faisant 90 morts et 200 blessés, avant de se faire exploser (l’un d’eux a été abattu par la police). Les Parisiens ont utilisé le hashtag #portesouvertes pour accueillir ceux qui avaient peur de rentrer chez eux après l’attaque et toutes les écoles et universités publiques étaient fermées le lendemain. Il s’agit de l’événement le plus meurtrier en France depuis la Seconde Guerre mondiale.

Accord sur le climat

Comme Greta vous le dirait, si la planète ne brûle pas vivante, beaucoup de travail et de choix difficiles seront inévitables. Mais si la Terre que nous connaissons survit un ou deux siècles de plus, on pourra se dire que le nettoyage du changement climatique a commencé dans une salle de conférences de la banlieue parisienne.

En décembre 2015, 195 leaders du monde ont négocié un accord visant à limiter le réchauffement climatique à moins de 2 degrés, à neutraliser le carbone sur la planète et à créer des fonds pour réduire les gaz à effet de serre.

L’accord de Paris n’était pas parfait. Rien ne forçait légalement les gouvernements à s’engager et quelques pays l’ont plutôt ignoré depuis. En 2017, le gouvernement des États-Unis a annoncé son retrait. Néanmoins, ce fut un moment historique. Cela a montré au monde entier que les dirigeants prennent le changement climatique au sérieux (bien que pas assez) et a créé un cadre pour de futurs accords.

Attentats Bruxelles

De nouvelles tueries insensées. Cette fois, au cœur de la politique européenne. Bruxelles a été la cible d’une attaque coordonnée faisant 32 victimes et 340 blessés. Trois attentats-suicides ont explosé à différents endroits de la ville. Les attaques, revendiquées par l’organisation État Islamique, semblaient envoyer un message fort à la population. Le réseau européen du groupe était toujours opérationnel, malgré les enquêtes des autorités à travers le continent. Comme la fuite d’un rapport l’a révélé plus tard, le district de Molenbeek était le refuge de près de 51 groupuscules liés à des organisations terroristes. Cette information a conduit le chef de la diplomatie américaine à le qualifier de « trou à rats », ce qui, à n’en pas douter, a été très bien accueilli. Les critiques n’ont pas tardé à rétorquer qu’aucun président américain n’avait mis le pied dans la capitale belge depuis 20 ans.

Quoi qu’il en soit, les cœurs des Européens ont saigné pour ces 32 vies supplémentaires arrachées par les terroristes, sur fond de rhétorique anti-immigration et de soutien aux partis d'extrême droite.

Brexit

Le Brexit a divisé les familles, causé une impasse législative, assisté à la montée et à la chute de beaucoup de politiciens et contribué à la mort de la députée travailliste Jo Cox. Il a aussi mis un terme à la tradition britannique de ne pas parler de politique, probablement le seul point positif dans tout ce merdier.

Le Royaume-Uni a voté à 52 % en faveur de sa sortie de l’UE en juin 2016, rendant victorieuse la campagne pro-Brexit, dont les tactiques sont toujours vues d’un mauvais œil.

Depuis, la seule chose sur laquelle les parlementaires du Royaume-Uni ont réussi à se mettre d’accord est qu’ils en sont incapables. L’impasse technologique, combinée à l’influence du Parti pour l’Indépendance du Royaume-Uni et son leader Nigel Farage, a instauré un climat de rage parsemé de crimes de haine et de soutien à la montée des groupes d’extrême droite. Sans mentionner les milliers de conséquences déprimantes. Le Royaume-Uni est la risée du monde entier et les choses ne vont pas en s’arrangeant.

Cannes Burkini

La France a la forme quand il s’agit de réglementer les tenues des femmes musulmanes. En 2004, tous les vêtements religieux – dont la burqa, le hijab et le niqab – ont été bannis des écoles publiques françaises. En 2011, c’était au tour du voile intégral d’être interdit au niveau national. Et en 2016, quelques mois après l’attentat du 14 juillet à Nice, David Lisnard, maire de Cannes, a pris une mesure supplémentaire en interdisant le burkini. Les journalistes ont attiré l’attention sur le fait que le burkini laisse apparaître le visage et, de fait, respecte la loi. Mais Lisnard n’en a pas démordu : selon lui, le burkini, qui est peu ou prou l’équivalent d’une combinaison de plongée à cagoule, est un « symbole de l’extrémisme ».

L’interdiction a été rejetée en 2016 pour violation des libertés civiles, mais pas avant que vingt villes françaises n’aient emboîté le pas et qu’une femme musulmane n'ait reçu une amende de 490 euros de frais de nettoyage pour avoir nagé dans une piscine privée en burkini. Si cela semble scandaleux, c’est probablement parce que ça l’est.

Pologne

Elles ont afflué par milliers, toutes vêtues de noir, et ont scandé des slogans tels que : « Mon utérus, mon opinion ! »

Le 3 octobre 2016 sera connu sous le nom de Lundi noir, car quelque 100 000 femmes polonaises se sont mises en grève et sont descendues dans les rues pour manifester contre une loi prévoyant d’interdire l’avortement, y compris en cas de viol. « Je ne veux pas vivre dans un pays où le gouvernement met le nez dans ce qui ne le regarde pas », a déclaré une manifestante.
La réaction était trop forte pour être ignorée. Bien que la Pologne ait toujours des lois parmi les plus strictes en Europe, son parlement a abandonné l’idée de la nouvelle proposition immédiatement.

Attentats de Londres

« Le monde a tremblé et explosé, a raconté Martin Hibbert. Et puis il y a eu des cris et, tout d’un coup, on n'était plus à un concert, mais en enfer. »

Vingt-deux innocents sont morts – dont sept enfants – dans l’attentat-suicide qui a éclaté lors d’un concert de la chanteuse Ariana Grande au stade de Manchester le 22 mai 2017. Beaucoup de fans ont été blessés, à l’instar d’Hibbert, qui se trouvait au plus près de l’explosion avec sa fille de 15 ans, tous deux paralysés.

Une seconde attaque terroriste a éclaté douze jours plus tard dans la capitale. Cette fois, trois terroristes ont d’abord foncé sur des passants avec leur fourgonnette sur le pont de Londres. Ils ont ensuite attaqué d’autres passants au couteau au Borough Market, avant d’être finalement abattus par la police.

Malgré tout, un jour seulement après l’attaque dévastatrice de Londres, plus de 55 000 personnes ont occupé le terrain de cricket de Manchester pour assister au concert One Love coorganisé par Ariana Grande dans une démonstration émouvante de force.

Frais d'itinérance

Pendant des années, ça a été le cauchemar de quiconque possédait un téléphone portable : partir en vacances à l’étranger, oublier de désactiver l’itinérance des données et recevoir une note bien salée à son retour. Chaque été, les journaux locaux aimaient à raconter des histoires de vacanciers rentrant heureux et bronzés, avant de se rendre compte qu’ils devaient plusieurs milliers d’euros à Orange ou SFR.

Puis, l’UE est intervenue. En juin 2017, toutes les charges d’itinérance de données, ou roaming, ont été abolies pour les citoyens européens voyageant intra-muros. Où que vous soyez dans l’un des 28 pays, vous payez le même prix que chez vous pour les appels, les textos et les téléchargements.

La législation a été le fruit de dix ans de négociations et a rendu la vie plus facile (et moins chère) à tous ceux qui explorent l’Union Européenne. Deux ans plus tard, Bruxelles considère toujours la loi comme l’une des ses « plus grandes et tangibles victoires ».

Fourgonnette attentats Allemagne

C’est l’une des rues les plus célèbres d’Europe ; une allée d'arbres abritant des terrasses ensoleillés, des boutiques, des théâtres, des spectacles de rue et menant jusqu’à la mer Méditerranée étincelante.

Mais l’allée de Las Ramblas de Barcelone est devenue un théâtre d’horreur le 17 août 2017, lorsqu’un terroriste de l’organisation État islamiste a foncé en camionnette sur des piétons, faisant 15 morts et 131 blessés. Les six extrémistes liés à l’attaque ont été abattus par la police.

« Je ne pourrais jamais effacer de mon esprit le souvenir de tous ces cadavres », a confié un employé d’hôtel. Pourtant la ville de Barcelone, comme Paris, Nice, Bruxelles et Manchester avant elle, a refusé d’être terrorisée par la terreur.

Le jour de la tragédie, des centaines de locaux se sont rendus dans les hôpitaux de la ville pour donner leur sang. Le lendemain, des milliers de personnes se sont rassemblées à Las Ramblas en scandant en catalan « No tinc por », autrement dit « Je n’ai pas peur ».

Référendum Catalogne

Quand 2,2 millions de Catalans sont arrivés au bureau de vote pour deposer leur vote sur l’indépendance de la région début octobre 2017, ils ne s’attendaient pas à se heurter violemment à la police. Dans des scènes qui ont fait comme un choc électrique à toute l’Europe, les officiers munis de matraques ont fait usage de la force pour empêcher les Catalans de participer au référendum, déclaré inconstitutionnel par le gouvernement et les institutions espagnoles. Les violences policières ont fait plus de 800 blessés.

« Dès que j’ai vu ces images de brutalité, je suis allée au bureau de vote le plus proche et j’ai voté, a declare une femme à ce moment-là. Je n’étais pas séparatiste avant ça, mais maintenant, je le suis. »
Quand les résultats sont sortis, 90 % des électeurs s’étaient pronounces en faveur de l’indépendance. Cependant, Madrid n’était pas d’humeur à écouter. Deux ans plus tard, l’indépendance de la Catalogne reste polémique et neuf organisateurs du référendum ont été emprisonnés pour désobéissance à la loi.

Attentat à la voiture piégée

Daphne Caruana Galizia était une journaliste maltaise qui enquêtait sur la corruption, le blanchiment d'argent, le népotisme, le crime organisé et toutes ces choses qui mettent les gens puissants très mal à l’aise.

Comme beaucoup de ses collègues, elle était souvent accusée de propager des fake news. On a essayé de l’intimider par le biais de procès, d’arrestations, de tentatives d’incendies sur sa maison et du meurtre de trois de ses animaux domestiques. Mais c’est une bombe placée sous sa voiture qui aura eu raison de la courageuse journaliste.

Depuis son assassinat le 16 octobre 2017, des enquêtes réalisées par l’UE et les autorités locales ont conduit à l’arrestation de trois tireurs, d’un homme d’affaires et, plus récemment, de trois membres du gouvernement du Premier ministre Joseph Muscat. Ce dernier a alors déposé sa démission, déclenchant une crise politique nationale.

Aujourd’hui, la mort de Daphne nous rappelle combien il est facile de transformer l’opinion publique en neutralisant les personnes qui osent dire la vérité sur le pouvoir. En fait, cela pourrait être la politique de Trump la plus populaire au niveau international.

Empoisonnement

Célèbre jusque-là pour sa très haute cathédrale et sa proximité avec Stonehenge, la paisible ville de Salisbury, dans le sud-ouest de l’Angleterre, est devenue le théâtre d’une querelle diplomatique internationale et d’un complot de meurtre.

Le 4 mars 2018, Sergueï Skripal, ancien militaire russe devenu agent secret pour le Royaume-Uni, et sa fille Youlia, ont été retrouvés inconscients sur un banc après avoir dîné dans un restaurant italien. Ils avaient été empoisonnés au Novichok. Deux Russes, membres des services secrets, ont été identifiés comme étant les coupables – bien que dans une étrange interview télévisée du gouvernement russe, les deux hommes se soient défendus en disant qu’ils s’étaient rendus dans la ville pour y faire du tourisme, et non pour tuer.

En réaction, l’Angleterre a expulsé des diplomates russes, ce à quoi Moscou a répondu en expulsant exactement le même nombre de personnes.

Féminisme grève

Environ 5,3 millions de femmes sont descendues dans les rues du pays lors de la journée internationale de la femme pour protester contre les inégalités salariales, la discrimination sexuelle et les violences domestiques. Il s’agit de la première grève féministe du pays.

Le mouvement a touché chaque ville importante d’Espagne et les manifestantes ont demandé la fin de la culture « machiste ». « Si nous nous arrêtons, le pays s’arrête », disait le slogan officiel.

En quoi cette grève a-t-elle changé quelque chose ? Écarts de salaire, discrimination des sexes et violences contre les femmes sévissent toujours en Espagne et ailleurs. Néanmoins il est certain que l’action a souligné le besoin de changement. « Nous brisons des millions de barrières, a déclaré la manifestante Marta Llucia au site the Little Black Book. Les femmes sont plus unies que jamais. »

Greta Thunberg écologie

À seulement 15 ans, Greta Thunberg s’est heurtée à une vérité avec laquelle l’humanité est aux prises depuis bien avant sa naissance : le changement climatique tue vraiment la planète.

Mais contrairement à beaucoup d’entre nous, la jeune Suédoise a décidé que ce n’était pas le problème des autres. Elle s’est sentie concernée et a voulu assumer sa responsabilité en séchant les cours un vendredi d’août 2018 afin de manifester devant le parlement de son pays. Depuis, elle continue à le faire chaque semaine. « C’est une responsabilité morale », a-t-elle commenté pour justifier ses actes.

Heureusement, elle n’est pas restée seule très longtemps. Inspirée par ses actions, des millions d’écoliers du monde entier font désormais grève un vendredi par mois pour exiger des adultes qu’ils arrêtent de tout détruire et agissent enfin pour le bien de la planète. Quant à Greta, elle a été nominée pour le prix Nobel de la paix.

Gilets Jaunes

La preuve que, quand les Français protestent, ils ne le font pas à moitié. Une pétition lancée en ligne contre la flambée des prix du carburant est devenue virale et a tourné à la violence le 17 novembre 2018, quand les manifestants ont envahi les rues de Paris pour protester contre tout le système.

Des voitures ont été brûlées, des entreprises vandalisées, des magasins pillés et les Gilets jaunes se sont battus contre les jets de gaz lacrymogène de la police. En huit semaines environ, les dégâts s’élevaient à plusieurs milliers d’euros et 3 000 manifestants ont été arrêtés. Dix personnes sont mortes. Un an plus tard, les manifestants n’ont pas faibli. Malgré les différentes tentatives du gouvernement pour enrayer le mouvement, notamment en réduisant le prix de l’essence, les manifestations continuent chaque semaine.

Marche pour le climat

Dès le début, c’est devenu un mouvement sans précédent dans l’histoire de par sa taille et son étendue. En mars 2019, dans plus de 80 pays, des millions d’écoliers inspirés par Greta Thunberg ont séché les cours du vendredi pour manifester pour le climat.

De l’Australie à l’Autriche, en passant par l’Inde et l’Italie, ils se sont rassemblés dans les centres-ville en demandant une seule chose : le droit d’hériter d’une planète pas complètement détruite.

« Personne n’est ici pour le plaisir de manifester, a declare un jeune de 14 ans au journal The Independent. Mais à quoi bon aller en cours si on n’a pas de futur ? »

Il semble que les gouvernements commencent à pencher pour ces jeunes. À mesure que les manifestations deviennent plus régulières, les pays annoncent, les uns après les autres, des lois vertes qui, bien que limitées, suggèrent au moins que cette crise existentielle est enfin prise au sérieux.

UE

C’était le plus grand traité bilatéral de commerce jamais négocié : un monstre de presque 300 milliards d’euros entre les deux plus grandes puissances économiques de la planète.

Les partisans du traité transatlantique entre l’UE et les États-Unis disaient qu’il donnerait un coup de pouce à l’économie, créant des millions d’emplois et tirant vers le haut les conditions de travail en libérant le marché. Pour les opposants, c’était un sale coup de la part des grandes corporations qui voulaient autoriser les élites à privatiser les services publics et passer au-dessus des lois gouvernementales. Quoi qu’il en soit, ça n’a pas abouti. Après quatre ans de discussions, Sigmar Gabriel, vice-chancelier allemand, a annoncé l’accord abandonné « de facto » en août 2016. La complexité même et l’aspect militant inévitable dans ses négociations avaient, semble-t-il, confondu les esprits économiques les plus brillants du monde. En 2019, la Commission européenne a déclaré le TTIP « obsolète et plus d’actualité ».

Coupe du monde féminine

La représentation des athlètes femmes à la télévision a fait du chemin depuis l’idée que « les filles peuvent le faire aussi et seront toujours canon », illustré edans des chefs-d’œuvre cinématographiques comme Charlie’s Angels et Tomb Raider. Alors que la France était toujours étourdie par la victoire de l’équipe masculine lors la Coupe du monde de football en 2018, le pays a accueilli le tournoi féminin qui a marqué l’histoire sur le terrain et au-delà.

C’est un record de 1,12 milliard de téléspectateurs sur l’ensemble du tournoi et 260 millions pour le match marquant la victoire des États-Unis sur les Pays-Bas, avec 88 % de téléspectateurs aux Pays-Bas. Le record d’audimat a aussi été battu au Royaume-Uni, en France, en Allemagne et en Chine.

Comme dans beaucoup de domaines professionnels, cependant, l’écart de salaire est bien réel pour ces femmes athlètes courant après un ballon. Bien que le prix ait doublé pour la compétition féminine, atteignant presque 30 millions d’euros, le contraste avec les 350 millions d’euros accordés au tournoi masculin qui s’est tenu en Russie est toujours immense.

Matteo Salvini

Environ 73 ans après que Benito Mussolini a été tué et pendu sur la place de Milan, l’Italie tourne au populisme. Le 1er juin 2018, la Ligue du Nord de Matteo Salvini, parti italien penchant vers l’extrême droite, a plus que quadruplé son nombre de voix, faisant de lui le ministre italien de l'Intérieur et chef de facto d'une coalition avec le Mouvement populiste Five Star (M5S).

La rhétorique anti-immigration, anti-mariage homosexuel et anti-européenne de Salvini a charmé les électeurs privés de leurs droits. Lorsqu’il a interdit à tous les navires transportant des migrants d'entrer dans les eaux italiennes, il a entraîné le M5S dans une sorte de coup de force de l'opinion publique. « Je suis convaincu, a-t-il dit aux Italiens, qu'il y a une tentative de remplacement ethnique."

Mais le leader d’extrême droite a raté son coup. En août dernier, le parti a quitté la coalition dans le but de forcer les élections anticipées et gagner plus de pouvoir. C’était un échec. Le premier ministre Giuseppe Conte a salué la Ligue du Nord et s’est allié à une autre coalition centre gauche à la place.

Carola Rackete

Le courage tranquille de la capitaine Carola Rackete est peut-être mieux saisi dans sa conversation radiophonique maintenant célèbre avec les gardes-côtes italiens.

En juin 2019, son bateau avait passé deux semaines en Méditerranée avec 42 migrants sauvés d'un radeau. À bord, une crise sanitaire se développait. Mais l'Italie, gouvernée de facto par Matteo Salvini, refusait l'accès à ses eaux.

« Bonsoir, Messieurs, a dit Carola aux gardes-côtes. Je dois vous informer que je suis dans l’obligation d’entrer dans les eaux italiennes. Je ne peux plus garantir la sécurité de ces personnes. »

Quand les autorités l’ont menacée d’un blocage naval, elle a simplement répondu. « J’arriverai au port dans environ deux heures. »

Depuis, Carole Rackete, travailleuse humanitaire allemande de 31 ans, a continué à défier la marine du pays, a amarré son bateau, sauvé la vie de 42 personnes, avant de se faire arrêter. Bien que relâchée par la suite, ses actions ont fait d’elle le symbole d’une Europe meilleure : courageuse, tolérante, et surtout, qui n’en a rien à foutre de Matteo Salvini.

Roumanie Alexandre Macesanu

Lorsqu'elle a été enlevée alors qu'elle faisait de l'auto-stop, l'écolière roumaine Alexandra Macesanu a réussi à appeler la police à trois reprises.

« S'il vous plaît, venez vite, j'ai peur », a imploré la jeune fille de 15 ans, avant de dire qu'elle avait été violée et de donner des détails sur l'endroit où elle était détenue.

La police a mis 19 heures à identifier la propriété. Au moment de l’intervention, le 24 juillet 2019, la jeune fille était déjà morte. Elle était la deuxième victime de Gheorghe Dinca, 65 ans, qui avouera plus tard avoir tué une autre adolescente dans la ville de Caracal.

Des manifestations de masse contre l’incompétence des autorités ont éclaté. Le chef de la police du pays a été licencié, ainsi que d’autres officiers haut placés, tandis que le ministre de l'Intérieur a démissionné. Mais de nombreux Roumains restent furieux : ils sont convaincus que la police roumaine n'est tout simplement pas à la hauteur de la tâche.

Suivez VICE Belgique sur Instagram.

This article originally appeared on VICE UK.

Tagged:
attentats
Années 2010