Publicité
Tech

Les gens qui utilisent leur portable en mangeant sont plus malheureux que les autres

Une étude vient enfin valider ce que répètent vos parents, Slate et le pape François : les smartphones vous pourrissent la vie.

par Jelisa Castrodale
12 June 2018, 3:13pm

Photo : Dan Porges / Getty Images

Si vous avez passé un sale moment lors de votre dernier repas avec vos potes ou que le brunch en famille vous a laissé un arrière-goût un peu amer, ce n’est peut-être pas à cause des tacos et des pancakes sans gluten. Ça se trouve, c’est simplement la faute de votre portable.

Selon des chercheurs en psychologie de l’université de Colombie-Britannique, les gens rivés sur leurs portables pendant qu’ils bouffent avec des amis ou des proches passent un bien plus mauvais moment que ceux qui ne se comportent pas comme des gougnafiers.

304 personnes forment le panel à la base de l’étude et ont donc été envoyées dans un café – accompagnées de potes ou de membres de leur famille. Certains participants ont été invités à garder leurs portables sur la table (ce qu’ils auraient probablement fait de toute façon) ou à les ranger pendant le repas.

Pendant leurs commandes, les membres du premier groupe ont ensuite dû répondre à une enquête envoyée par texto sur leur téléphone. Les autres ont reçu les mêmes questions en version papier. Ensuite, les deux groupes ont été invités à évaluer leur expérience et à décrire les points qu’ils avaient appréciés.

Les chercheurs ont retenu que ceux qui gardaient leur téléphone à table se disaient beaucoup plus distraits que les participants sans portables. Et que (étonnamment), ils se faisaient beaucoup plus chier, se disant moins satisfaits de l’expérience globale.

« Aussi utile et pratique que soient les portables, nos recherches ont confirmé ce que nombre d’entre nous présageaient », confie Ryan Dwyer, étudiant en psychologie et auteur principal de l’étude à Science Daily. « Quand on utilise nos téléphones alors qu’on passe du temps avec les gens que l’on aime, en plus de les offenser, on a tendance à moins apprécier l’expérience que si on s’était débarrassé de ces appareils. »

Pour Elizabeth Dunn, prof de psychologie y a un « avantage réel et ostensible dans le fait de se séparer de son téléphone » pendant les interactions sociales.

Elizabeth Dunn, prof de psychologie et co-auteur de l’étude, a fait écho aux constatations de Dwyer, disant qu’il y a un « avantage réel et ostensible dans le fait de se séparer de son téléphone » pendant les interactions sociales.

Elle a probablement raison – même si on ne suit pas ses conseils pour autant. En intro de leur étude, les chercheurs ont cité une statistique assez déprimante de Pew Research selon laquelle 90 % des utilisateurs de smartphones ont déclaré avoir utilisé leur portable lors de leur dernière activité sociale.

Selon un sondage réalisé auprès de 5 000 Américains et commandé par Nutrisystem, 29 % des personnes interrogées ont déclaré que leurs portables étaient posés sur la table pendant chaque repas. Plus de la moitié avoue « scroller » sur son téléphone pendant « la plupart » des repas. (17 % des gens ont dit qu’ils n’utilisaient jamais leur téléphone pendant les repas – soit ils ont été punis par leurs parents, soit ils mentent.)

En 2012, des chercheurs de l’université d’Essex en Angleterre avaient découvert que le simple fait d’avoir un téléphone sur la table pouvait avoir un impact négatif sur les conversations et le sentiment de connexion entre les individus – rendant ainsi moins probable les échanges « significatifs ».

« La présence d’un smartphone peut orienter les sujets vers d’autres événements ou personnes qui ne sont pas forcément présentes ou pertinentes dans le contexte social immédiat », expliquait Andrew Przybylski au Telegraph. « Ces appareils détournent l’attention alors qu’une expérience interpersonnelle est en cours. Ils renvoient vers une multitude d’autres préoccupations et intérêts. »

Bien sûr, nous avons tous été psychologiquement programmés pour checker constamment nos portables. Heureusement, il n’est pas trop tard pour libérer son esprit et penser à son bien–être. Si ce n’est pas pour vous, faites-le au moins pour la personne avec qui vous partagez cette assiette d’accras. Instagram n’a pas spécialement besoin de nouvelles photos de bouffe.

Cet article a été préalablement publié sur MUNCHIES US.

Pour plus de Vice, c’est par ici.

Tagged:
Mobile
Social Media
iPhone
Santé
portable
SmartPhones
psychology
Psychologie
téléphone