Culture

Ce que les ados d’aujourd’hui pensent des teen movies des années 1990

Entre racisme ordinaire, hétéronormativité et slut-shaming, nos classiques ont décidément très mal vieilli.
03 April 2020, 11:35am
teen movies Gen Z
Capture d'écran du film American Pie

La vie est douce dans les teen movies. Chaque adolescent vit dans une maison incroyable avec des parents aimants, n’importe quel geek devient attirant une fois ses lunettes retirées et l’unique inquiétude est de savoir qui va inviter qui au bal de promo. C’est sans compter les innombrables pool parties, qui ne ressemblent en rien aux fêtes auxquelles vous alliez au même âge et qui consistaient principalement à s'asseoir sur un canapé pour boire des Cara Pils chaudes en écoutant Katy Perry sur un iPhone 3G.

Mais même si nous repensons à ces films avec tendresse et nostalgie, il faut reconnaître qu’ils n’ont rien à voir avec ceux d'aujourd'hui. En comparaison, le racisme ordinaire, l'hétéronormativité et le slut-shaming sont beaucoup moins présents dans À tous les garçons que j'ai aimés, Alex Strangelove ou Sierra Burgess is a Loser.

Et vu que les adolescent·es d'aujourd'hui ont des avis très tranchés sur certaines des comédies romantiques les plus aimées des années 1990 et 2000, on a voulu savoir ce qu’iels pensaient aussi de nos précieux classiques.

Clueless (1995)

Sam, 16 ans : « Ce film n’est pas fondamentalement mauvais. Ce qui me gêne, c'est qu'Elton essaie d'agresser Cher mais n’en subit aucune conséquence. Je suppose que c’était socialement acceptable à l’époque ? »

Hannah, 17 ans : « Je sais que ce film est censé être un classique, mais honnêtement, je trouve Cher un peu chiante avec son sentiment de supériorité exacerbé. Je n’aime pas non plus quand elle vanne Tai qui, elle, n’est ni riche ni chic, à cause de son accent et de son vocabulaire. Et je trouve l’histoire d’amour avec son ex-demi-frère un peu malsaine. Il est censé être diplômé de l'université et elle n'a que 16 ans, donc ça fait un peu prédateur, au-delà de l’aspect incestueux. »

Daisy, 19 ans : « J'aime bien ce film mais je me rends compte que l'histoire est assez bizarre. Cher finit quand même avec un type qui est grosso-modo son demi-frère. Le problème avec ces films, c’est qu’il y a toujours des groupes sociaux stéréotypés, comme les sportif·ves et les drogué·es. Ça donne l’impression que tu dois rentrer dans un moule et ne jamais en sortir. »

American Pie (1999)

Taylor, 16 ans : « Tout dans ce film est complètement ridicule. La seule chose qui intéresse les personnages masculins est le sexe. Ils sont prêts à dire et à faire n'importe quoi pour convaincre les filles de coucher avec eux. Je ne sais pas si c'était réaliste quand le film est sorti, mais je pense que les hommes traitent les femmes avec beaucoup plus de respect et d'égalité aujourd’hui. »

Hannah, 17 ans : « La partie où Jim et les autres personnages masculins filment l'étudiante étrangère dans sa chambre est profondément problématique. Le film ne remet même pas en question la moralité de cette démarche, il donne l'impression que c'est une blague et que les hommes sont tous des "légendes" pour avoir réussi à exécuter leur plan. C'est une énorme violation de la vie privée et Jim commet un délit sexuel en la filmant et en partageant ensuite les images avec ses potes. On ne verrait plus ça dans un teen movie aujourd’hui. »

Olivia, 18 ans : « Dans ce film, les mecs sont presque des incels : ils sont persuadés que le sexe est un dû et que les femmes ne sont bonnes qu'à ça. Ils se fichent de nouer une relation amoureuse avec quelqu'un qu'ils respectent. C’est inquiétant : un adolescent qui regarderait ce film pourrait penser qu’il a le droit de se comporter comme il le souhaite envers les femmes. »

American Girls (2000)

Sam, 16 ans : « Je trouve assez drôle que l'équipe de pom-pom girls rivale dise que le plagiat de ses enchaînements est une appropriation culturelle au motif qu'une fille blanche n'aurait pas pu les inventer. C'est une honte qu'elles perdent à la fin et que l'autre équipe, composée principalement de blanches, gagne en ayant triché. Mais peut-être que c’est réaliste ! »

Taylor, 16 ans : « Iels utilisent beaucoup de langage homophobe et sexiste tout au long de ce film. Les filles se traitent de putes et de salopes en permanence, et tout le monde lance des mots comme gouine et pédé. Je pense à une scène où l'un des personnages féminins principaux, qui est censé faire partie des gentilles, demande à un mec s’il peut "parler comme un pédé". C'est vraiment dommage parce que le film est bien sinon. »

Daisy, 19 ans : « Il y a beaucoup de mots inacceptables dans ce film – iels se traitent tout le temps de putes et d'attardé·es. Et les pom-pom girls sont considérées comme des idiotes juste parce qu'elles font du cheerleading. Ce n'est qu'un passe-temps et ça ne reflète pas du tout une présence ou une absence d’intelligence. Les activités dites "féminines" sont souvent considérées comme stupides et c’est problématique. Mais je pense que la situation est en train de changer. »

Eh mec ! Elle est où ma caisse ? (2000)

Taylor, 16 ans : « Je ne peux sérieusement pas imaginer que ce film sorte aujourd'hui et ce, pour beaucoup de raisons. J'ai détesté le fait que toutes les femmes semblent n’exister que pour le plaisir sexuel des deux personnages principaux, qu’il s’agisse de leurs petites amies aux filles qu'ils rencontrent à la fête, en passant par celles du club de strip-tease. Évidemment, tout le film est complètement ridicule, mais les personnages principaux sont des losers sexistes qui ne méritent aucune attention féminine. »

Hannah, 17 ans : « Je ne suis pas arrivée à la fin de ce film et je ne comprends vraiment pas comment quelqu'un peut rester assis là et le regarder jusqu’au bout en trouvant ça drôle. Il y a tellement de choses qui ne vont pas, en particulier la scène où ils vont chercher un plat chinois à emporter au drive-in et où la dame qui prend la commande n'arrête pas de dire "ensuite" au personnage d'Ashton Kutcher. Je n'ai pas compris si la blague c’est qu'elle ne les comprend pas ou qu'elle veut qu'ils commandent davantage, mais dans tous les cas, ce n'est pas du tout drôle et assez raciste. »

Olivia, 18 ans : « J'ai détesté du début à la fin, mais le pire, c'est quand Jesse se fait faire une lap-dance par une strip-teaseuse qui s'avère être une femme trans, ou comme ils le disent en plaisantant dans le film "un homme qui a un problème de genre". Ensuite, Jesse panique et commence à s'essuyer la langue parce qu'il l'a embrassée, avant de soulever sa jupe pour voir ses parties intimes. Le film joue sur les stéréotypes des trans en tant que travailleurs du sexe et usurpateurs, et il légitime la transphobie masculine. C'est tellement dégoûtant. »

Eurotrip (2004)

Sam, 16 ans : « Je n'aime pas la façon dont tou·tes les étranger·es qu'iels rencontrent en voyage sont présenté·es comme des stéréotypes idiots des pays dont iels sont originaires. Je ne sais pas si on peut qualifier cela de raciste, mais je déteste la manie qu’ont les Américain·es de se moquer de toutes les autres nations. »

Hannah, 17 ans : « La plupart des scènes ressemblent à du porno mal écrit. Comme celle où Cooper entre dans le jacuzzi et convainc la fille d'enlever son soutien-gorge et de se toucher. Et il y a des seins nus partout, sans raison. C'est vraiment gênant. »

Olivia, 18 ans « Je déteste la façon dont ce film joue sur les stéréotypes de la fille cool. Jenny doit littéralement se comporter comme un mec pour être acceptée par eux. Elle n’arrête pas de leur répeter "je suis une fille" et Cooper continue de l'ignorer, tout simplement parce que c’est un porc sexiste qui ne remarque que les femmes avec qui il veut coucher. »

Ne ratez plus jamais rien : inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire et suivez VICE Belgique sur Instagram.

Cet article a été publié sur VICE UK.