Photo

Un été sur des planches à roulettes

Chris Luu a passé plusieurs mois avec les skateurs des rues londoniennes.

par Chris Luu
09 July 2018, 1:47pm

Nombreuses sont les choses qu'on ne réalise qu'après avoir quitté sa ville natale. Tous ceux qui ont quitté le cocon familial le confirmeront, et notamment Chris Luu, 23 ans. En 2016, après s'être lié d'amitié avec un Anglais qui voyageait à travers toute l'Australie, il a quitté Perth pour l'Angleterre. En tant que skater et photographe, son voyage ne l'a pas vraiment confronté à un choc des cultures.

« Le skate est la même chanson partout, mais c'est l'environnement dans lequel on le pratique qui est intéressant », dit-il. Le skate n'est pas le même à Londres et Bristol : « À Londres, c'est beaucoup plus brut et violent. J'étais un escargot sur mon skate tellement j'avais peur de me vautrer et de terminer sur le bitume. J'ai finalement trouvé un coin sympa un peu plus loin. »

« Le groupe d'amis avec lequel j'étais vivait une sorte d'endless summer anglais. Ils étaient tous super excités à l'idée de skater. Ça m'a rappelé moi quand j'étais gamin, quand je voulais sans cesse partir faire une session de dix heures de long sur le curb devant chez mon pote. Je vois le monde à travers les yeux de mes amis. Je ne veux faire rien d'autre que dévaler des descentes en longboard, pisser le sang, voyager et dormir à sept dans la même piaule. »

Durant tout l'été, Chris n'a cessé de les photographier. Il a filmé les conséquences de la chute de son pote Gabs, qui s'est littéralement éclaté : « L'une de ses roues s'est bloquée, il s'est envolé et s'est ramassé sur le trottoir. Sa main était à vif. Certains de mes meilleurs souvenirs viennent de ce voyage. On n'en avait rien à foutre de tout, on se lavait à peine. On voulait juste skater. »

En raison de sa taille, la ville de Perth compte seulement une « petite communauté de skaters ». Chris explique avoir rapidement pigé de quelle façon la culture skate était devenue une sorte de marchandise. « Je pense que les skateboarders eux-mêmes sont devenus une sorte d'accessoire de mode », dit-il. Il mentionne notamment le lien entre la gentrification de Londres et la manière dont le skate a été utilisé pour vendre un certain style de vie – des mots qui ne collent pourtant pas avec les gens qu'il a pu voir et rencontrer. « Ces mecs ont une personnalité qui va au-delà de "ce qui buzze" aujourd'hui dans le monde du skate. Mon été avec eux est un aperçu de ce que le skate entre potes devrait être. »

Suivez Chris sur Instagram

Cet article a été publié sur VICE US.