Publicité
micro-trottoir

On a demandé à des gens à Bruxelles si les terroristes méritaient la peine de mort

« Ce serait leur faire plaisir, ils sont totalement masochistes. »

par Laurane Bindelle, Lola d'Estienne d'Orves, et Carole Poncin; photos Lola d'Estienne d'Orves
13 June 2018, 10:55am


L’année prochaine, la Belgique hébergera le septième congrès mondial contre la peine de mort. Une date qui coïncide plus ou moins avec le début du procès des attentats de Bruxelles. Au moment de la commémoration des attaques de Bruxelles, on s’est demandé si la Belgique avait l’esprit revenchard et s’il serait nécessaire de réintroduire la peine de mort pour ceux qui ont décidé de se trimballer avec des explosifs et attaquer des civils, sans autre raison que des revendications idéologiques.

Après 22 ans d’abolition, on est donc allés dans la rue pour vous poser cette question : « Est-ce qu’il faudrait restituer la peine de mort pour les terroristes ? »

Gabriel, futur prof enthousiaste

1521719596782-QOTD_1_BEWERKT

VICE : Salut Gabriel ! Tu penses qu’il faudrait restituer la peine de mort pour les terroristes ?
Gabriel : Non. Ca voudrait dire qu’on abandonne l’espoir de leur montrer qu’ils ont eu tort et qu’ils pourraient évoluer. Je pense plutôt à une peine minimum. Genre 30 ans, ou 20 ans ? En tout cas, pas la peine de mort. S’ils veulent de toute manière quitter ce monde, c’est pas ce genre de sanction qui va les en dissuader. Ils ne vont même plus se tuer dans l’attentat, ils vont faire des bombes à distance, attendre de se faire prendre pour finalement aller retrouver leurs vierges.

Donc pour toi ça serait un peu comme leur faire plaisir de les condamner à mort ?
Ils sont masochistes donc… oui. En plus de ça, s’ils se font tuer par d’autres gens, se seront encore plus des martyrs.

C’est quoi les solutions alors ?
Pour moi, les terroristes ce sont des belges qui se sont sentis rejetés de la société parce qu’ils ont eu un mauvais enseignement dans une mauvaise école. Ils se disent qu’on en a rien à faire d’eux ici. Et comme ils ont la volonté de quand même marquer ce pays, si ce n’est pas par le bien, ils vont ailleurs faire le Jihad, puis ils reviennent.

J’habite à Schaerbeek dans la rue à côté de celle où ont été confectionnées les ceintures d’explosif. Ce ne sont pas des Syriens qui sont venus foutre la merde, ce sont des Belges qui n’ont pas été compris et qui sont partis.

Donc le problème pour toi, ce sont les profs ?
Oui, et c’est pour ça que je veux devenir prof. Il y a un vrai manque d’écoute aujourd’hui. Si les gens se mettent à l’écoute, je pense qu’on peut apprendre de nos erreurs. Si personne ne les écoute, c’est la bombe qui fait le bruit qu’ils n’ont jamais pu exprimer.


Simon et Sabrine, qui nous ont piqué une clope

1521719629713-QOTD_3_BEWERKT

VICE : Salut, tous les deux. On se demandait si vous étiez pour la peine de mort pour les terroristes.
Sabrine : Non, quelle drôle de question. Ils sont humains, ils ont leur place sur terre comme nous.
Simon : La peine de de mort, c‘est agir comme ceux qu’on condamne. C’est rester dans le même processus d’œil pour œil, dent pour dent.
Sabrine : On est plus évolués que ça quand même.

On en fait quoi alors, de ces terroristes ?
Sabrine : J’irais pas dans une sanction, mais plutôt discuter avec eux et comprendre pourquoi ils font ça, pourquoi ils ont autant de colère et d’où ça vient.
Simon : Dans la société hyper-capitaliste dans laquelle on est, ça ne sert à rien de se venger. En soi la violence va dans les deux sens. Les terroristes, ils répondent à la violence du capitalisme par une violence physique. C’est compliqué de savoir que faire avec ces gens. En plus, la peine de de mort n’est pas une solution parce que les descendants, la famille, les proches vont cultiver de la rancœur donc ça ne se termine jamais. A moins d’éliminer toute la famille, tous les amis, on part sur le génocide. Pour moi c’est vraiment un gros problème sociétal qui touche tout le monde, et pas que les terroristes. C’est un jeu qu’on joue tous ensemble.

Sabrine : Mais les isolés, ils sont déjà isolés. Je ne sais pas trop ce qu’on pourrait faire vu l’état dans lequel on est, mais il y a beaucoup à changer pour qu’on puisse retourner à une certaine harmonie.

On est tous des terroristes à petite échelle ?
Sabrine : Oui. Après, eux ils s’expriment, ils « osent s’exprimer et agir ». C’est comme vous ce que vous faites, y’en a qui pourraient croire que vous êtes terroristes parce que vous allez parler de quelque chose qui dérange. Le terrorisme touche à tout, que ce soit psychique, psychologique, physique…

Nas, straight outta Boston

1521724569783-QOTD_2_BEWERKT

VICE : Hello, Nas. Bienvenue en Belgique. Il y a deux ans, nous étions victime d’un attentat. Aujourd’hui, on se demande si la peine de mort est nécessaire pour les terroristes.
Nas : Pour les terroristes qui essaient de tuer des gens innocents, oui. Personne n’a le droit de tuer des gens innocents. Tu ne peux pas laisser une personne malade vivre dans la société. Si tu le mets en prison, pour quelques années, il se vengera quand il en sortira.

En Belgique, on n’a pas la peine de mort. Qu’est-ce qu’on devrait faire ?
Une sentence à perpétuité. Ce sont des gens qui ne devraient pas être dans la société. Ils devraient plutôt créer un pays ou une ville pour eux, loin de nous.

Pour plus de Vice, c’est par ici.

Tagged:
Belgique
terrorisme
attentats