Publicité
Science

Une éruption énergétique a été observée sur Jupiter pour la première fois

Ces observations fournissent un lien crucial qui constituait un chaînon manquant dans les théories sur les tempêtes qui se produisent dans l’atmosphère de Jupiter.

par Becky Ferreira; traduit par Sandra Proutry-Skrzypek
16 September 2019, 7:35am

L’ammoniac sous les nuages de Jupiter. Image : ALMA (ESO/NAOJ/NRAO), I. de Pater et al. ; NRAO/AUI/NSF, S. Dagnello

Dans un premier temps, les scientifiques ont observé ce qui se passait à environ 48 kilomètres sous les nuages qui enveloppent Jupiter. Leurs observations ont permis de comprendre un lien crucial qui, jusqu’ici, constituait un « chaînon manquant » dans le modèle établi sur les dynamiques cachées qui animent la planète, selon une nouvelle étude.

Les tempêtes envoûtantes de Jupiter et les rubans de gaz colorés en font l'un des objets les plus photogéniques de l'espace, du moins dans le spectre de la lumière visible. Afin de pouvoir regarder sous ces nuages d'ammoniac et de glace, les scientifiques ont utilisé le Grand réseau d'antennes millimétrique/submillimétrique de l'Atacama (« Atacama Large Millimeter/Submillimeter Array » en anglais, en abrégé ALMA) installé dans le nord du Chili.

Début janvier 2017, une équipe de scientifiques dirigée par Imke de Pater, professeure émérite d'astronomie à l'Université de Berkeley, a utilisé l’ALMA pour observer un petit panache blanc brillant dans la ceinture équatoriale sud de Jupiter qui avait été détecté par Phil Miles, astronome amateur, quelques jours auparavant.

1568282359555-Capture-decran-2019-09-12-a-115903
Les observations faites par l’ALMA (en haut) et le télescope spatial Hubble (en bas). Image : image ALMA par Imke de Pater et S. Sagnello. Image Hubble publiée avec l’aimable autorisation de la NASA

On pense que ces panaches, ou éruptions, sont des tempêtes intenses qui éclatent sous la couche nuageuse et qui peuvent générer des éclairs, un peu comme les orages sur Terre.

« L’ALMA nous a permis de faire une carte tridimensionnelle de la distribution de l'ammoniac gazeux sous les nuages, a déclaré de Pater dans un communiqué. Et pour la première fois, nous avons pu étudier l'atmosphère sous les nuages d'ammoniac après une éruption énergétique sur Jupiter. »

Le phénomène s'est répandu vers le sommet des nuages de Jupiter, entraînant avec lui l'ammoniac des couches inférieures. Il s'est transformé en « une perturbation à grande échelle » qui a pu être observée par le télescope spatial Hubble, le Very Large Telescope au Chili et plusieurs télescopes à Hawaï, écrivent les chercheurs dans une étude parue dans le Astronomical Journal.

La vue à longueur d'ondes multiples de l'éruption a confirmé ce que l'on appelle la théorie de la convection humide, qui suggère que ces panaches proviennent d'une couche d'eau située à 80 kilomètres sous les nuages de surface de Jupiter. Lorsque l'eau liquide se condense dans cette région, elle émet de la chaleur qui transporte des panaches d'ammoniac vers la couche nuageuse supérieure.

« Les observations faites par l’ALMA sont les premières à montrer que des concentrations élevées d'ammoniac sont soulevées lors d'une éruption énergétique, a déclaré de Pater. La combinaison d'observations simultanées à différentes longueurs d'onde nous a permis d'examiner l'éruption en détail. »

Ne ratez plus jamais rien : inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire et suivez VICE Belgique sur Instagram.

Cet article a été publié sur VICE US.