Publicité
politique

Instagram et Twitter sont les terrains de jeu de Donald Trump Jr

« Tout le monde est bienvenu. Même les libéraux pleurnichards. »

par Eve Peyser; traduit par Sandra Proutry-Skrzypek
09 October 2018, 4:08pm

Image : captures d'écran de l'auteur prises sur le compte Instagram de Donald Jr.

Cet article a été initialement publié sur VICE US.

Donald Trump Jr. est presque (on dit bien presque) un personnage tragique, un fils mal aimé et pourtant tellement loyal envers son père. Tout le monde se moque de lui, son mariage s'est effondré et son père pense qu'il a enfreint la loi par accident. On aurait presque (encore une fois, on dit bien presque) pitié pour lui, si ce n’était qu'il est et ce qu’il représente. Fidèle à son image de garçon triste, Don Jr. est également un adepte des réseaux sociaux, sur lesquels il publie des fake news et défend l'honneur de son père coûte que coûte.

Mais tous les réseaux sociaux ne sont pas les mêmes, et Don Jr. a trouvé en Instagram un espace où il peut laisser libre cours à sa personnalité, un endroit où il peut interagir avec ses fans, publier des selfies et se lâcher un peu. Il peut sembler malvenu pour quelqu'un d'aussi célèbre (et soumis à une enquête) que lui d'interagir autant avec ses abonnés Instagram, mais comme il le dit lui-même, « C'est une page ouverte. Tout le monde est bienvenu. Même les libéraux pleurnichards ».

Il répond littéralement à n'importe qui. Il ignore souvent les commentaires des comptes vérifiés mais répond à ceux des comptes inconnus. On peut donc en déduire qu'il lit tous les commentaires, et Dieu sait qu’ils ne sont pas tous agréables. Face aux « libéraux pleurnichards », Don Jr. s’emballe, s’en prend à leur faible nombre d’abonnés, et/ou les accuse d'être des robots.

Qui dit commentaires absurdes dit réponses tout aussi absurdes. Quand un abonné a écrit « Époque Barack Obama. Barack Obama zéro scandale » sur un selfie qu’il a pris dans les bois, il a répondu « 🤣🤣🤣 ». Quèsaco ?

Mais ce qui est plus intéressant encore, c'est quand Don Jr. communique avec ses fans, ceux qui adhèrent à sa vision du monde. « Vos photos ne se chargent pas dans mon feed. Est-ce que quelqu'un d'autre a le même problème ? » s'est demandé un abonné, attribuant ce qui est probablement une connexion Internet merdique à une infâme conspiration Instagram pour priver le monde des formidables selfies de Donald Trump Jr.

« Ça arrive tout le temps », a affirmé ce dernier.

« J'ai mystérieusement perdu 2 000 abonnés depuis que j'ai posté des photos de Reagan et Krauthammer », déplore un autre abonné. « Pouf. Envolés. J’imagine que c’est le prix à payer quand on est conservateur. »

Bien qu'il soit moins politisé sur Instagram que sur Twitter, il distille de nombreux hommages à son père sur son fil d'actualité. Le 4 juillet, il a posté une image de son père en tant que Salt Bae, qualifiant affectueusement de « Freedom Bae » le papa dont il réclame désespérément l'amour.

Quand un fan lui a demandé si son père « allait être du côté droit ou gauche du mont Rushmore », Don Jr. a répondu vigoureusement : « Les deux ?!?! »

Pour quelqu'un d’aussi ouvertement rejeté, son empressement à demander conseil à ses adeptes Instagram a quelque chose de particulièrement pathétique. Après être rentré d’une semaine sans WiFi dans la montagne, il a posté sur Instagram deux selfies de sa barbe en naissante, avec, en légende : « Dois-je la garder ? Dites-moi ce que vous en pensez. »

« Dans une société qui tente de supprimer tout signe de masculinité, je te conseille de garder la barbe. Il reste peu de vrais hommes dans le monde », lui a fait remarquer un abonné. « S’il te plaît, rase-toi… Ça cache ton beau visage… Les libéraux boivent des bières [ sic], les conservateurs sont bien rasés, beaux et propres sur eux », a affirmé un autre. « Garde-la ! Elle fera peur aux libéraux. Est-ce que tu as chassé ? », a écrit un troisième, auquel Don Jr. a répondu un timide « peut-être un peu ».

Ce compte est une fenêtre ouverte sur l’âme d'un homme qui n'a peut-être pas vraiment envie d'être mêlé à toute cette affaire politique. Il aime chasser, se demander s’il doit garder sa barbe ou non, vivre son destin d'enfant à la richesse imméritée. Sur Twitter, cependant, il reste dans la ligne. Il publie des tweets en soutien à l’ICE, célèbre l'annulation de l’émission de Michelle Wolf sur Netflix et promeut le nouveau livre de son pote pro-Trump Charlie Kirk. Comme dirait son père : sad !

Eve Peyser est sur Twitter et Instagram.